Israël : un traitement révolutionnaire du cancer du pancréas d'ici 2020, le CPI-613

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
un traitement révolutionnaire du cancer du pancréas

Le traitement révolutionnaire du cancer du pancréas est le CPI-613 en référence aux 613 mitsvots, selon Sanjeev Luther président-directeur général de Rafael Pharmaceuticals

UNE ÉTUDE DE PHASE III DU TRAITEMENT RÉVOLUTIONNAIRE DU CANCER DU PANCRÉAS S'OUVRE EN ISRAËL.

L’espoir est que les essais réussis permettent à  Rafael Pharmaceuticals d’obtenir l’approbation accélérée de la FDA d’ici à la fin de 2020.

Rafael Pharmaceuticals a lancé jeudi un essai clinique de phase 3 sur le cancer du pancréas sur huit sites en Israël. L’enquêteur principal est la Dre Talia Golan, chef du Centre du cancer du pancréas du Sheba Medical Center. 

"C'est passionnant de voir la croissance de la recherche sur le métabolisme du cancer dans la région, après les progrès réalisés par [CPI-613] aux États-Unis", a déclaré Golan.

CPI-613 est le nom du médicament utilisé dans l'essai.

Les essais cliniques ont débuté dans huit hôpitaux du pays, dont le centre médical Hillel Yaffe, le centre médical Yitzhak Shamir, le centre médical Soroka, le centre médical Sheba, le campus de soins de santé Rambam, l’hôpital Laniado, le centre médical Sourasky de Tel Aviv et le centre médical Shaare Zedek.

Les cellules cancéreuses ont été affamées jusqu'à la mort - un concept vieux de plusieurs décennies qui a été maintes fois écarté - était finalement la solution au traitement de ce cancer. Le concept de ciblage du métabolisme du cancer - appelé thérapie métabolique cellulaire - consiste à traiter les tumeurs en perturbant leur source d'énergie, empêchant ainsi les cellules cancéreuses de se développer et de se propager.

Plus précisément, le CPI-613 est un analogue de lipoate de petite molécule, a expliqué Tim Pardee, médecin en chef de Rafael. Cette molécule imite l’intermédiaire catalytique de deux enzymes clés du cycle de l’acide tricarboxylique (TCA): la pyruvate déshydrogénase et l’alpha-cétoglutarique déshydrogénase. Le CPI-613 active les éléments régulateurs autour de chacun de ces complexes.

Le cycle du TCA est une série de réactions chimiques utilisées par tous les organismes aérobies pour libérer de l’énergie stockée par l’oxydation de l’acétyl-CoA dérivé des glucides, des graisses et des protéines en adénosine triphosphate et en dioxyde de carbone.

"Ce qu'il fait, c'est nourrir la désinformation de ces éléments régulateurs, en leur faisant sentir qu'il y a trop de flux de carbone dans ces deux complexes, ce qui les inhibe", a déclaré Pardee.

«Il inhibe simultanément les deux complexes, empêchant ainsi les cellules tumorales principalement entraînées par le glucose d’utiliser le glucose dans le cycle du TCA.

En clair, plus de glucose plus de tumeur. 

Les cellules tumorales principalement liées à l'utilisation de glutamine ne peuvent pas utiliser de carbones dérivés de la glutamine dans le cycle du TCA. Et surtout, les tumeurs ne peuvent pas basculer d’une source à l’autre en présence du CPI-613 », at-il expliqué.

Il a déclaré que frapper simultanément deux complexes présente de nombreux avantages. La première est que la source de carbone dont dépend principalement la tumeur ne fonctionne plus  et un autre est qu’il est très peu probable que la résistance des deux complexes simultanément se produise. En clair, elle peut continuer à survivre sans apport de carbone en cherchant une autre source d'alimentation mais étant bloquée par le CPI-613 elle n'a plus aucun moyen de survie, elle meurt littéralement de faim

Pardee a déclaré que les principaux facteurs de différenciation du CPI-613 réside dans le fait qu'il est très sélectif en ce qui concerne l'absorption et le niveau cible dans les cellules cancéreuses, ce qui entraîne une moindre toxicité pour les cellules sainesCela permet aux patients de suivre des traitements prolongés et d’utiliser le médicament en association avec d’autres médicaments. 

Le CPI-613 est administré dans le cadre de cet essai clinique avec une association de fluorouracile, de leucovorine, d'irinotécan et d'oxaliplatine, appelée FOLFIRINOX.

 Quelque 250 personnes recevront une chimiothérapie plus une dose complète de CPI-613, tandis que 250 autres personnes recevront uniquement la chimiothérapie.

Il espère que d'ici la fin du mois de septembre 2020, les résultats prouveront l'efficacité du traitement et que la société sera en mesure de demander et d'obtenir l'approbation rapide de la FDA. Sino, le traitement serait sur le marché en octobre 2021. 

Le chiffre 613 dans CPI-613 correspond aux 613 mitsvot (commandements) de la Torah, selon Sanjeev Luther, président-directeur général de Rafael . Luther est en Israël du 16 au 19 juillet. 

«Sauver une vie, c'est sauver un univers», a-t-il déclaré, citant le concept talmudique.

En Israël, les cas de cancer du pancréas ont fortement augmenté au cours des cinq dernières années. Selon le registre national du cancer, 888 patients ont été diagnostiqués avec le cancer en 2013. Le nombre d'incidents a atteint 1 024 en 2018 et devrait en atteindre 1 086 en 2020.

«Le cancer du pancréas étant la quatrième cause de décès par cancer en Israël, nous voulons élargir le processus dans ce pays , Israël », a déclaré Howard Jonas, président de Rafael.

Luther a déclaré que la société avait déjà effectué  un «travail de compassion» en Israël - utilisant CPI-613 pour traiter des patients gravement atteints d'un cancer du pancréas et pour lesquels aucun autre traitement n'avait fonctionné ou n'est disponible.

Selon le Dr Philip A. Philip, professeur de médecine et d'oncologie à la Barbara Ann Karmanos Cancer Institute de la Wayne State University, le cancer du pancréas est également une préoccupation majeure aux États-Unis; on estime que d'ici 2030, la maladie sera la deuxième cause de décès par cancer.

Philip est en Israël pour le lancement de la  phase 3 du traitement.
Il a expliqué que l’une des raisons pour lesquelles le cancer du pancréas est si mortel est qu’il n’existe toujours pas de test de dépistage précoce, ce qui signifie que la majorité des patients découvrent qu’ils l’ont déjà à un stade avancé.

«Chaque jour, plus de 1 200 personnes dans le monde reçoivent un diagnostic de cancer du pancréas. Notre essai est porteur d'espoir car il s'agit du seul essai de phase 3 sur le cancer métastatique du pancréas», a déclaré Luther.

Il a souligné que l'extension de l'essai en Israël était «la première étape pour amener notre engagement à développer des traitements pour les patients présentant des besoins médicaux importants non satisfaits au niveau mondial».

Luther profite de son séjour dans le pays pour rencontrer des prestataires de soins médicaux pour le début des essais.
Jeudi, des représentants des huit hôpitaux, des infirmières en essais cliniques et des pharmaciens se sont réunis pour une demi-journée de formation. 

Rafael mène actuellement deux essais cliniques de phase 3 - pour le cancer du pancréas et pour la leucémie myéloïde aiguë - ainsi qu'un essai de phase 2 sur le lymphome de Burkitt pour le CPI-613.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi