Israël: un projet de loi nommé Soros contre les défenseurs du BDS

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: un projet de loi nommé Soros contre les défenseurs du BDS

Le député Miki Zohar (Likoud) prévoit dans les prochains jours de soumettre un projet de loi nommé « loi Soros », qui stipule que les organisations ayant effectué un don en faveur du BDS ne pourront contribuer à aucune organisation ou association en Israël.

Le projet de loi porte le nom de George Soros, le magnat juif américain d’origine hongroise qui finance des organisations de la gauche radicale. « Il est temps de démolir les groupes gauchistes qui sapent le gouvernement, calomnient Israël et essayent de porter atteinte à son droit de se défendre », a dit hier le député Zohar. « Nous devons bloquer leurs sources de financement et les empêcher ainsi de nuire au pays. »

Ces derniers jours, Soros a fait les manchettes au sujet d’une campagne menée contre lui en Hongrie en raison de son soutien à l'immigration massive musulmane et sa contestation de l'État-nation. Soros fonctionne ainsi dans le monde entier, et il investit dans les organismes de la société civile.

George Soros, Juif anti-sioniste finance le BDS

George Soros, Juif anti-sioniste finance le BDS

Selon le site Web de l’ONG Monitor, qui coordonne l’information rapportée sur les organismes en Israël, entre 2012 et 2015, Soros a investi 6,3 millions de shekel dans diverses organisations. Selon les documents divulgués il y a environ un an par une organisation nommé « La société ouverte » de Soros, le but des investissements en Israël est de jeter le doute sur le statut d'Israël comme démocratie en attisant la radicalisation des Arabes israéliens et en encourageant leurs appels aux forums internationaux comme l'ONU et l'UE.

Selon les documents divulgués, Soros a investi dans une longue liste d'organisations arabes et palestiniennes, dont certaines ne sont pas officiellement enregistrées en Israël, niant l'existence même d'Israël en tant qu'Etat juif et prenant part à la campagne BDS mondiale. L'une des conclusions les plus importantes dans les documents Soros est son soutien au New Israel Fund (Keren Hadasha LeIsrael) et à l’organisme « Molad » (Centre pour le renouveau de la démocratie israélienne).

Le New Israel Funds a reçu une subvention de 830 000 dollars, et « Molad » a bénéficié entre 2013 et 2015 de deux subventions totalisant 200 000 dollars pour « générer un soutien public et politique contre les colonies de peuplement par des recherches sur leurs implications économiques, stimuler le dialogue politique et présenter des recommandations politiques pour mettre fin à l'occupation israélienne ». Par ailleurs, Soros est considéré comme l'un des plus grands donateurs du Parti démocrate aux États-Unis, il a soutenu Hillary Clinton à la présidence et a investi des capitaux considérables dans les organisations qui ont favorisé l'accord nucléaire avec l'Iran.

Source : Israel HaYom

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi