Israël: un nouveau projet pour les enfants syriens réfugiés

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: un projet pour les enfants syriens réfugiés

Les éducateurs et les conseillers du mouvement juif israélien Hashomer Hatzair et du mouvement arabe israélien Ajyal vont bientôt se lancer dans une mission volontaire commune pour mettre en place un centre communautaire et une école pour les enfants syriens réfugiés sur l'île grecque de Lesbos.

La première délégation de deux chargés de mission de chaque mouvement, plus le coordinateur Yair Leibel de Hashomer Hatzair, s'apprêtent à quitter Israël le 19 février pour y rester pendant trois semaines. La deuxième délégation sera accompagnée par Rnin Kahil, coordinatrice de l'Ajyal.

Les membres et les dirigeants des deux mouvements de jeunesse se réunissent périodiquement depuis près d'une décennie, habituellement pour des dialogues informels.

«Lors d'une de nos dernières réunions, la situation syrienne a été soulevée », explique Leibel. «Nous avons pensé à faire quelque chose ensemble pour aider les gens qui souffrent dans une nation de notre région, même si la Syrie est considérée comme un pays ennemi d'Israël.

Kahil déclaré que l'objectif était d'établir un centre communautaire qui fonctionnera comme une école le matin où les volontaires israéliens enseigneront les mathématiques, l'arabe, l'anglais et les matières générales, et comme centre pour des activités informelles l'après-midi.

Bien que les chiffres changent à mesure que les réfugiés quittent Lesbos à la recherche de logements plus permanents, l'île abrite quelque 5 000 réfugiés majoritairement syriens à tout moment, dont la moitié ont 18 ans ou moins.

Médecins juifs et arabes et travailleurs sociaux, clinique de Natan en Serbie.

Médecins juifs et arabes et travailleurs sociaux, clinique de Natan en Serbie.

"Les enfants n'ont rien à faire," dit Kahil, 21. "Ils ont vraiment besoin de quelqu'un."

«Nous sommes deux mouvements éducatifs et nous savons comment travailler avec les jeunes», ajoute Leibel, 28 ans.

Les souffrances de la Syrie au cours des dernières années de guerre civile, et en particulier au cours de la dernière année, ont donné lieu à une effervescence de bonne volonté populaire.

Les groupes de jeunes et les particuliers ont collecté de l'argent et des fournitures pour les envoyer par le biais d'organisations israéliennes sans but lucratif, parfois à grand risque. L'armée israélienne a organisé le transfert de quelque 2 500 Syriens blessés pour un traitement dans des hôpitaux israéliens depuis février 2013. Le gouvernement prévoit d'accueillir jusqu'à 100 orphelins syriens ainsi que plus de victimes d'Alep.

Un groupe de restaurateurs juifs et arabes a récemment fait don des bénéfices de la vente de plats inspirés par la Syrie sur une période de deux semaines à la Fondation Karam pour aider les réfugiés.

Plusieurs ONG, dont IsraAID et Natan International Humanitarian Aid, ont des volontaires en Grèce, en Serbie et dans d'autres parties de l'Europe pour soigner les blessures physiques et émotionnelles des milliers de réfugiés fuyant la Syrie. Natan est sur le point d'ouvrir une clinique dentaire mobile pour les réfugiés à Lesbos.

Le coordonnateur de terrain de Natan à Lesbos, Einav Levy, et son personnel superviseront les bénévoles de Hashomer Hatzair et d'Ajyal, fournissant l'orientation et le soutien pour le projet de centre communautaire.

«Nous travaillons avec une organisation suisse qui nous aidera à trouver une place pour le centre», explique Naama Shilo, COO de Natan. "Chaque délégation bénéficiera de la présence de deux personnes de chaque  mouvement de jeunesse, plus tard trois, qui rejoindront notre station d'évaluation à Lesbos."

Leibel dit qu'un objectif secondaire de la mission humanitaire est de favoriser un sens plus profond de la fraternité entre les participants des deux mouvements de jeunesse en travaillant et restant ensemble à Lesbos.

Kahil, qui vit à Ramla, une ville avec une population mixte de Juifs israéliens, d'Arabes et de chrétiens, dit qu'elle est enthousiasmée par cette possibilité. "Nous espérons que la connexion se poursuivra pour plus tard et mènera à la construction d'autres programmes et projets ensemble."

Source : Israel21c

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi