Israël: un hôpital déclare la mort d'un patient bien vivant

Actualités, Insolites, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: un hôpital déclare la mort d'un patient bien vivant

La Cour a statué que le ministère de la Santé et l’hôpital Brazilaï devront verser des dommages et intérêts à hauteur de 15 000 shekel à un patient qui a été déclaré mort alors qu'il était bien vivant.

Un homme âgé de 78 ans a été effaré de constater que l’hôpital Brazilaï l’avait « tué » de son vivant. Cette histoire kafkaïenne a débuté il y a un an et demi. A. a été soigné dans la clinique de la douleur de l’hôpital et a subi une opération, suite à laquelle il a reçu un rapport médical. Comme il ne savait ni lire ni écrire, A. s’est tourné avec le rapport médical vers son médecin de famille pour qu’elle lui explique de quoi il était question. A son grand étonnement, son médecin lui a annoncé que selon ce qui y était inscrit, il était décédé durant l’intervention.

« Lorsque le médecin a lu le rapport, elle m’a regardé et s’est mise à trembler. Elle a immédiatement appelé la directrice du centre. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Elle m’a expliqué qu’il était inscrit que j’étais mort sur la table d’opération. J’ai couru à la maison pour m’assurer que mon épouse et mes enfants n’avaient pas reçu cette mauvaise nouvelle », raconte A.

L'hôpital Brazilai

L'hôpital Brazilai

Dans la plainte déposée par A. au tribunal de Rehovot contre l’hôpital Brazilaï et le ministère de la Santé, il explique l’angoisse qui l’a étreint à la suite de l’incident. C’est la raison pour laquelle il a demandé des dommages et intérêts. « Depuis ce moment, je ne suis plus qu’une moitié d’homme, cela m’a rendu fou. On m’a envoyé chez le psychiatre qui m’a donné des dizaines de cachets ».

L’avocat représentant le ministère de la Santé et l'hôpital a fait valoir qu’il était question d’une erreur technique résultant d'un nouveau système informatique qui avait été intégré à l'hôpital à l'époque. Il a également ajouté que A. était un homme souffrant de troubles mentaux et que la plainte pourrait encourager d’autres personnes à faire de même.

Le juge Eyal Baumgart qui a écouté le témoignage de A. a affirmé que cette plaine n’était pas sans fondement et que la personne recevant un tel message pourrait avoir un choc émotionnel, même elle souffre d’ores et déjà de problèmes mentaux. De plus, il a souligné qu’une erreur technique ne justifiait pas une telle mesure et que l’hôpital devait s’assurer que le patient reçoive le bon message.

Le juge a condamné de ministère de la Santé à verser à A. 12 000 shekel de dommages et intérêts plus 3000 shekel pour les frais de justice.

Source : mako.co.il

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi