Israël: un accélérateur de particules lancé au Moyen Orient

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Des scientifiques israéliens, iraniens et jordaniens lancent le premier accélérateur de particules de la région

L'espoir était de construire un outil capable de sonder les secrets du monde matériel. Le rêve est qu'un tel outil ne représente pas seulement une révélation de classe mondiale au Moyen-Orient, mais aussi une coopération sans précédent dans une région en conflit.

En janvier, l'espoir a porté ses fruits. Les scientifiques d'Allan, en Jordanie, utilisant un accélérateur de particules, ont propulsé des électrons autour d'un anneau de 133 mètres jusqu'à ce qu'ils atteignent quasiment de la vitesse de la lumière. Ces électrons à vitesse excessive émettent une lumière puissante qui peut être utilisée pour étudier les plus petits éléments de n'importe quel matériau.

Ce moment a été le point culminant de plus d'une décennie et demie de rencontres semestrielles entre des scientifiques de pays qui ne s'entendent pas souvent: Israël, l'Iran, Chypre, la Turquie, le Pakistan, la Jordanie, l'Égypte et l'Autorité palestinienne.

L’accélérateur de particules à Allan, Jordanie

L’accélérateur de particules à Allan, Jordanie

Au fil des ans, la guerre, et surtout les pénuries de financement, ont menacé de faire dérailler le projet. Mais au fil des ans également, à l'exception d'une unique fois où des scientifiques israéliens ont été exclus du Maroc, aucun des scientifiques de n'importe quel pays n'a manqué une réunion entre les Etats membres.

L'idée n'est pas nouvelle. Dix ans après la Seconde Guerre mondiale, les États européens - à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du rideau de fer du communisme - ont uni leurs forces pour construire le CERN, le plus grand centre mondial d'étude de la physique des particules.

Les gouvernements du Moyen-Orient ont fait face à un choix: soit sauter dans le train de coopération soit rester en arrière. Et c'est ainsi que cet outil, connu sous le nom SESAME, acronyme de Synchrotron-light for Experimental Science and Applications in the Middle East, a démarré.

Source : nocamels.com

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi