Israël va traduire les documents fonciers datant de la période ottomane

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël tente de rationaliser les actes de propriétés datant de l'autorité ottomane

Le site NRG a annoncé samedi que l’administration civile des FDI en Judée et Samarie examinait un projet de traduction des registres et des documents turcs conservés en sa possession et documentant la propriété foncière dans la région sous la période de domination militaire.

Cela fera partie d'un effort censé rationaliser les procédures d'enregistrement des terres contemporaines, qui sont naturellement basées sur des documents passés.

L'administration a en sa possession des registres manuscrits datant des périodes ottomane, britannique, jordanienne et israélienne. Certains livres sont en ottoman, un ancien dialecte turc utilisé par la bureaucratie impériale.

On estime que le volume de documents nécessitant une traduction du turc officiel est d'environ 100 000 pages. Certains des carnets comprennent les noms et les adresses des propriétaires fonciers, aux côtés des opérations de vente ou de location. D'autres décrivent les parcelles et les montants payés dans chaque transaction. Certains documents sont accompagnés de cartes des parcelles.

Dans certains cas, les terres appartenaient au souverain qui régissait la Palestine à l'époque, en particulier en Judée-Samarie, d'autres terres appartenaient à des particuliers.

rationaliser les procédures d'enregistrement des terres contemporaines

rationaliser les procédures d'enregistrement des terres contemporaines

L'Administration civile recherche actuellement une entreprise qui effectuerait la traduction et la saisie, et compilerait le contenu traduit dans la base de données des systèmes d'information. L'objectif du projet est de mettre l'information à la disposition du public et des employés de l'administration civile, afin de réglementer les opérations internes au sein de l'organisation.

Meir Deutsch, du mouvement Regavim, critique la lenteur de l'administration civile en ce qui a trait à la question de savoir qui possède les terres de Judée-et-Samarie, ce qui entraîne souvent des actions en justice nuisibles contre les acheteurs de terres juives.

"Le fait que le registre foncier de Judée et Samarie soit toujours écrit dans en langue turque d'origine illustre plus que toute autre chose que le domaine de l'immobilier [dans l'administration civile] est en retard d'une génération par rapport à d'autres pays modernes ", a-t-il déclaré.

Selon Meir Deutsch, «dans l'État d'Israël, chaque citoyen peut se mettre en ligne et localiser facilement les détails des propriétaires de chaque terrain, alors qu'en Judée et Samarie un Juif souhaitant acheter des terrains rencontre un mur bureaucratique quasi infranchissable. Le registre foncier est bloqué de l'examen public - un vestige anachronique de la politique antisémite du Royaume de Jordanie, qui interdit la vente de terres aux juifs ".

"Il y a seulement quelques jours, le gouvernement israélien a célébré le 50e anniversaire de la libération de la Judée et de la Samarie", a déclaré M. Deutch, ajoutant: "Il est grand temps de traduire non seulement les registres fonciers mais de permettre également le droit fondamental de mener les transactions foncières de manière conventionnelle ".

Source : The Jewish Press

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi