Israël n'est pas prêt pour le prochain tremblement de terre

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israel n'est pas Pret pour le prochain tremblement de terre

Les secousses de dimanche soir ont certes bousculé les Israéliens, mais elles ont aussi servi à réveiller les secteurs public et privé pour qu'ils agissent ensemble dans le but d’assurer la sécurité des personnes et de renforcer les structures et les infrastructures.

Le séisme de magnitude 7,2 a frappé dimanche soir la frontière de l'est de l'Irak et la frontière nord-ouest de l'Iran et a tué environ 400 personnes dans les deux pays, selon le US Geological Survey.

Des répliques ont été signalées dans tout le Moyen-Orient et ont pu être ressenties dans certaines parties d'Israël, même si elles se trouvent à environ 1 300 kilomètres du point d'impact.

Lundi matin, alors que le nombre de morts continuait d'augmenter, l'Etat d'Israël a envoyé ses condoléances aux deux pays.

Israël n'est pas non plus à l'abri des tremblements de terre, et comme le pays est situé le long de la ligne de faille syro-africaine (une ligne qui longe la frontière entre la Jordanie et Israël), un séisme important est statistiquement prévu dans la région tous les 80-100 ans.

Le dernier grand tremblement de terre à avoir frappé Israël remonte à 1927. Il a été enregistré à 6,2 sur l'échelle de Richter et fait près de 500 morts.

À la lumière des événements de dimanche soir, Tamir Levy, ingénieur en chef de l'Association pour un meilleur logement, prévient que la plupart des habitations ne résisteraient pas à un puissant tremblement de terre.

"Un grand nombre de maisons en Israël seront endommagées par un grand tremblement de terre, peu importe quand elles ont été construites", a déclaré Levy dans un communiqué publié lundi, ajoutant: "Il n'est pas possible d'empêcher les tremblements de terre, mais il est possible de s’y préparer et de réduire ainsi les dommages qu'ils causent. Puisque les tremblements de terre ne peuvent pas être prédits, nous devrions être prêts à tout moment. La préparation signifie avant tout que les bâtiments dans lesquels nous vivons et travaillons répondent aux normes rigoureuses de construction requises pour se protéger contre les tremblements de terre. "

L'association a déclaré qu'elle travaillait en coopération avec le Home Front Command, fournissant aux civils et aux familles des ateliers et des techniques de planification d'urgence pour mieux préparer les citoyens à une éventuelle catastrophe naturelle.

"Il faut se préparer dès que possible"

"Il faut se préparer dès que possible"

Chaque été, les forces de sécurité et les services d'urgence effectuent un exercice de quatre jours pour améliorer la coopération entre ces groupes en cas de séisme majeur.

À la suite de l'exercice d'entraînement de 2012, le Commandant du Front de l'Intérieur, le Maj.Gén. Eyal Eizenberg a déclaré que "un tremblement de terre en Israël est plus dangereux que la guerre", car il en résulterait "des dommages à la vie et à la propriété à une échelle beaucoup plus importante".

Le gouvernement a commencé à financer des projets de préparation aux tremblements de terre et le Home Front Command a publié ces dernières années un logiciel de préparation, mais selon un rapport du Sous-comité du Front intérieur du Comité des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, si Israël devait être frappé par un tremblement de terre de magnitude 7,5, environ 7 000 personnes seraient tuées, 8 600 autres blessées et 377 000 se retrouveraient sans abri. En outre, le pays pourrait subir des dommages de l'ordre de 200 milliards de NIS.

En plus des bâtiments détruits, les dommages causés aux infrastructures critiques telles que l'électricité, l'eau et la communication devraient être importants.

Selon l'autorité nationale d'urgence, il existe 80 000 bâtiments, y compris des écoles et des hôpitaux, de plus de trois étages qui ont été construits avant 1980, ce qui signifie qu'ils n'ont pas été conçus pour répondre aux normes actuelles. Et seulement 2700 de ces bâtiments ont reçu l'approbation pour le programme de reconstruction Tama 38 du gouvernement.

L'objectif du Tama 38 est de renforcer les bâtiments construits après 1980, en particulier ceux situés le long de la Great Rift Valley, un endroit très vulnérable aux tremblements de terre. Cependant, dans une déclaration publiée par TamaFix, la plupart des travaux réalisés dans ce projet ont été réalisés dans des grandes villes, laissant des milliers de familles dans des endroits comme Arad, Tibériade et les communautés proches du Jourdain sans protection en cas de catastrophe naturelle.

"Cela peut arriver n'importe quand, et il n'est pas bon que les gouvernements locaux ne fassent pas assez pour encourager les gens à renforcer leurs structures", a déclaré Eliran Simani, PDG de TamaFix Israël lundi.

Au mois d'août, seulement 13 bâtiments situés en périphérie des grandes villes ont été renforcés et mis aux normes en cas de tremblement de terre, contre 4385 dans les grandes villes comme Tel Aviv, Haïfa et Jérusalem depuis la création du Tama 38 en 2005.

Selon le co-PDG de TamaFix, Lior Gozes, "le montant nécessaire pour prévenir l'effondrement d'un appartement dans les petites localités est de 84 000 shekels".

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi