Israël: trafic de bébés juifs israéliens envoyés aux Etats-Unis

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
trafic de bébés juifs vers les etats unis

Un rabbin américain soupçonné de diriger un réseau de trafic de bébés
La police israélienne a arrêté cinq personnes, dont un rabbin américain à la tête d'une yeshiva, pour avoir prétendument dirigé un réseau international de trafic de bébés qui visait des mères handicapées mentales.

Le tribunal d'instance de Nazareth a identifié jeudi le rabbin comme étant Shmuel Puretz, 44 ans, un homme d'affaires qui partage son temps entre New York et Jérusalem, selon le Times of Israel. Lui et au moins quatre autres suspects ont été arrêtés en février, mais les détails de l'enquête de trois ans menée contre eux avaient fait l'objet d'un secret jusqu'à ce que le tribunal en lève certaines parties, jeudi.

Tous les suspects ont été libérés dans l'attente d'un acte d'accusation et d'un procès.

Puretz, qui nie ces allégations, est accusé d'avoir envoyé aux États-Unis des femmes enceintes israéliennes dans le besoin ou souffrant d'un handicap mental depuis les communautés orthodoxes haredi pour qu'elles accouchent aux États-Unis. Les bébés seraient donnés à des parents d'accueil sans enfant qui auraient payé Puretz et d'autres personnes pour les bébés.

De nombreux détails concernant l'affaire, y compris le montant d'argent facturé pour une telle transaction, font toujours l'objet d'une ordonnance de bâillon.

Yediot Aharanot a rapporté dans un article publié en 2017 au sujet de l'affaire qu'ils ont facturé des " frais de traitement " de 100 000 $ à 150 000 $ par enfant.

Rivkah Segal, l'épouse d'un rabbin de Migdal Haemek, une ville du nord d'Israël, est l'une des complices présumés. Elle est soupçonnée d'abuser de sa tutelle légale à l'égard d'une femme enceinte ayant des problèmes de santé mentale. La mère a dit que Segal l'avait emmenée à New York  enceinte, qu'elle avait accouché d'un garçon par césarienne et qu'elle lui avait enlevé.

Segal a nié les accusations. Mais la semaine dernière, un tribunal israélien a statué qu'elle devrait verser 144 000 $ en dommages-intérêts à cette mère.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi