Israël: Torah Tech, torah et techno une autre façon de nourrir l'âme et l'esprit

Actualités, Alyah Story, High-Tech, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Thora et Techno, la Torah Tech une façon de nourrir l'âme et l'esprit

année dernière, j'ai été invité à prendre la parole à TorahTech, un programme d'une année sabbatique qui intègre l'étude de la Torah au développement professionnel par le biais de stages en entreprise.

J'ai été époustouflé de voir la combinaison de la technologie et de la Torah, mes deux domaines de prédilections. Nourrir l'âme et l'esprit. C'est l'objectif de cette startup unique.

L'idée a commencé avec deux personnes à Tel Aviv, un rabbin et un spécialiste du marketing numérique.

Shlomo Chayen, père de quatre enfants, est diplômé en éducation, en psychologie et en sociologie. Il est un rabbin et un coach de vie dont l’objectif principal est de rendre les gens plus heureux et épanouis.

Yehuda Goldberg était bien immergé dans l'écosystème de la haute technologie, ayant travaillé dans le marketing numérique pendant 16 ans, après quoi il a voulu trouver un moyen de s'épanouir.

C'est sur ce point d'intersection qu'ils ont décidé de travailler ensemble et de combiner les deux mondes.

En réunissant ces deux pratiques de l'étude de la Torah et de l'étude de l'entreprise pour influencer les jeunes adultes à un moment crucial de leur vie, TorahTech a été créée.

Pourquoi travailler dans ce deux domaines ? Comme l'a expliqué Chayen, la Torah et la technologie se complètent et permettent ainsi à chacun de gagner en importance dans la vie des élèves. il est important de donner du sens à la technologie. En étudiant la Torah et la Techno, on apporte de l'âme à la technologie et de la pratique à la Torah.

Au cours des cinq à dix dernières années, le nombre d’étudiants étrangers venus étudier en yeshivot et ayant participé à des bourses de recherche est passé de 14 000 à 10 000.

Les fondateurs de TorahTech pensent que ce déclin est en partie dû au fait qu'il est difficile pour de nombreux étudiants d'abandonner l'expérience traditionnelle de la yeshiva en Israël. Dans le même temps, les étudiants sont de plus en plus intéressés par une expérience pratique plutôt que par un simple apprentissage de la Torah toute la journée.

Les personnes religieuses ne veulent pas faire un programme qui soit une affaire, et la communauté laïque ne veut pas simplement rester assise et apprendre la Torah toute la journée. Ce programme est un terrain d'entente qui combine les deux piliers de l'écosystème israélien de manière forte sans réduire le calibre et l'importance de l'un ou l'autre.

Torah Tech est basé au cœur de Tel Aviv, dans l’épicentre des technologies en Israël.

Le programme a terminé sa première année avec 10 participants et a commencé sa deuxième année en septembre avec 10-12 participants. Bien qu’ils aient suscité un vif intérêt, les organisateurs ont décidé de passer une année supplémentaire avec une petite inscription afin de renforcer leur programme et de lui permettre de s’élever efficacement à l’avenir.

En tant que fondateur de Maverick Ventures en Israël et capital à risque à Tel-Aviv, qui se considère comme un Juif religieux non observateur, j'ai également eu la chance de jouer un petit rôle dans la mise en place du programme. Je crois vraiment que les enseignements de la Torah incitent les étudiants en technologiques à devenir des leaders. Pour moi, cela peut aider à renforcer leur sensibilisation pour des raisons évidentes.

Divers leaders techniques viennent parler aux participants tout au long de l'année pour partager leurs expériences. Hillel Fuld, gourou de la technologie israélienne et éditorialiste du Jerusalem Post («Hillel's Tech Corner»), s'est adressé au groupe et a trouvé ses membres incroyablement motivés pour participer à la société israélienne, tant sur le plan économique que spirituel.

La prochaine étape consistera à lancer un programme pour les femmes en 2020 à Raanana, ce qui donnera aux participantes l’occasion d’explorer l’écosystème croissant des entreprises dans les régions de Raanana et de Herzliya.

À long terme, Chayen et Goldberg ne voient pas cela comme un programme d'année sabbatique ; ils y voient plutôt un système éducatif qui s'étend à divers groupes d'âge et à tous les milieux juifs.

En créant des programmes post-universitaires qui permettent à des personnes de vivre en Israël cette intersection de conseils spirituels et de technologies , des programmes d'études secondaires qui enseignent les relations humaines et l'économie, en  HEVROUTOT(apprentissage en petit groupe dans les études talmudiques).

TorahTech espère d'étendre sa mission au-delà du groupe d'âge post-secondaire et de développer la présence de la Torah et de la technologie main dans la main.

L’auteur est le fondateur de Maverick Ventures Israel et du Tel Aviv Angel Group. Il siège au conseil d'administration de United Hatzalah, une organisation de services médicaux d'urgence à but non lucratif indépendante, qui compte plus de 5 000 premiers intervenants volontaires dans tout Israël.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi