Israël: Thanksgiving très apprécié dans le judaïsme

Actualités, Alyah Story, Cacheroute, cuisine, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
thanksgiving en Israël

Action de grâce à Jérusalem, thanksgiving aura lieu le 28 novembre 2019
Ce qu'en disent les Olims, nouveaux immigrants. Il y a beaucoup d'aspects fascinants à vivre à Jérusalem.  Ce que je préfère, c'est la nature hétérogène et variée des gens parmi lesquels je vis et la connaissance de leur culture et de leurs traditions familiales.

La communauté olim, dont je fais partie, fait partie de la population de Jérusalem et fait de la capitale juive une ville riche et colorée.

Le concept de Thanksgiving est très apprécié dans le judaïsme.

Rendre grâce - hakarat hatov - est au cœur de nos relations avec Dieu et ceux qui nous entourent.

En fait, à l'époque du Temple, un sacrifice spécial a été apporté, la todah korban, pour précisément cette raison - pour rendre grâce.

Le Talmud énumère quatre types de personnes qui sont obligées d'apporter une torah korban - une qui revient d'un voyage en mer ; une qui revient d'un voyage dans le désert ; une qui est libérée de prison ; et une qui se remet d'une maladie.

Lorsque nous avons fait notre alyah des États-Unis il y a plus de 18 ans, mon mari et moi avons décidé de perpétuer la tradition de Thanksgiving. Ces fêtes ont été particulièrement significatives pour son grand-père immigré, qui a fui l’Europe juste avant la Shoah, et pour mon père immigré, un survivant de la Shoah.

La première fois que j’ai essayé d’acheter une dinde entière pour notre dîner de Thanksgiving, les bouchers de trois quartiers m’ont regardé comme si j’étais une folle. « Ein davar kazeh po ! » (il n’y a pas de telle chose ici), a dit l’un d’eux, et m’a suggéré d’emporter une belle poitrine de dinde à la maison.

« Pourquoi tu veux ça ? » demanda un autre.

Quant à la sauce aux cranberries, oubliez ! Dans les dernières années, les magasins des quartiers anglophones de villes comme Jérusalem et Raanana ont commencé à faire des réserves de sauce aux cranberries.

Et cette année, mon supermarché local a aussi commencé à en vendre, probablement par référence envers un nouveau groupe de jeunes immigrants des États-Unis qui ont déménagé dans notre communauté ces dernières années et qui continuent, apparemment, à célébrer Thanksgiving.

Dimanche, quand je suis allée commander une dinde entière chez le boucher local, la femme au comptoir m’a dit que j’étais la troisième commande ce matin-là !

« Pour Chag Hahodaya, n’est-ce pas ? » m’a-t-elle demandé, en utilisant une traduction littérale de « Fête de l’action de grâce ». (Dans une étrange coïncidence linguistique, le mot hébreu pour dinde, hodou, peut aussi signifier « rendre grâce ». C’est un fait amusant pour tout le monde sauf pour la dinde.)

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi