Israël tendance : Il doit y avoir un émoticône pour dire cela

Actualités, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Les émoticônes nous ramèneront-ils au temps des dessins des hommes des cavernes?
Un émoticône «mammouth» pourrait donc s'avérer utile.

L'expression "il doit y avoir un mot pour cela" pourrait bientôt figurer sur la liste des espèces menacées et remplacer par «il doit y avoir un émoticône pour ça». Alors que je me demandais sur quoi écrire, on m'a envoyé un signe. En fait, il y avait 117 signes, mais j'en ai ignoré 116 et je me suis concentrée sur celui qui me "parlait" le plus...

Le 29 janvier, Unicode Consortium, l'arbitre des émoticônes a publié sa liste de nouvelles images approuvées pour 2020. Ce sont les symboles qui vont émerger autour du village mondial via les smartphones, les tablettes et les ordinateurs portables ponctuant les e-mails et les messages sur tous plateformes sociales.

Une image particulière a créé une vague en Israël,  pourtant ,durant une période où le pays ne manquait pas vraiment de grandes nouvelles comme le plan de paix Trump, est celle du doigt pincé , communément appelé simplement« geste de la main italienne ».»

Qui pourrait se traduire par  «que voulez-vous?» les Italiens peuvent l'utiliser également pour exprimer une menace du type «attendez et vous verrez bien».

Les Israéliens l'interprètent comme un appel à la patience :  «Rak rega!» (Juste une minute), «Savlanut» (patience) ou en arabe «Shway, shway» (lentement, lentement). )

Dans  la Twittersphere où ces choses importent plus que dans le monde réel - les émoticônes ont lancé une nouvelle bataille en se déclinant selon les tons de peau - italien, arabe, israélien ou généralement méditerranéen.

En d'autres termes, utilisez ce type de langue des signes avec prudence. Une mauvaise interprétation due à des pratiques culturelles différentes pourrait être plus qu'embarrassante.

À l'occasion de la Journée mondiale des émoticônes en juillet, parmi les discussions sur la façon d'utiliser les symboles omniprésents, il y avait un avertissement pour les éviter dans les environnements liés au travail, car vous ne pouvez pas être sûr de la façon dont le destinataire va les percevoirLes symboles sont énigmatiques plus que subtils et véhiculent littéralement des messages mitigés.

Le geste de la main pincée vient instinctivement des Israéliens. Pendant mon service militaire au sein de  Tsahal, j'ai même vu des forces de la FINUL et de la FNUOD qui l'ont imité et / ou adopté. C'était beaucoup plus facile que d'essayer de prononcer le double «resh» de «rak rega» pour ceux pour qui l'hébreu n'est pas leur langue maternelle.

Je répugne à utiliser des émoticônes. Je suis sûre que tout ce que j'utiliserai laissera quelqu'un à la recherche du symbole facepalm*. Les émoticônes sont destinés à clarifier les émotions d'une personne - se sentir triste, stupide, surpris, sarcastique, etc. - mais ils ne seront jamais aussi efficaces qu'un appel téléphonique dans lequel vous communiquez réellement, en utilisant des mots. Exprimer de la sympathie via le nouvel émoticône de dessins corporels bleus et enlacés ne dit pas tout.

Il y a quelques années, un autre émoticône polyvalent mais énigmatique a gagné en force dans le monde virtuel: le «haussement d'épaules», les épaules levées souvent en combinaison avec les bras levés et les mains plates.

C'est aussi un geste très israélien, mais que cela signifie-t-il  en réalité ? Pour certains, c'est simplement une façon de dire «je ne sais pas», pour d'autres, c'est un grand «je m'en fiche». Les enfants israéliens l'utilisent avant même de savoir parler; Les adultes israéliens l'utilisent au lieu de parler.

C'est assez drôle de savoir que les Israéliens aiment le signe «Rak rega», alors que la patience n'est pas une de nos caractéristiques nationales. Pour moi, le signe s'interprète  comme «Arrêtez et sentez les roses», un message de ralentissement avant Tu Bishvat, le Nouvel An juif pour les arbres, qui commence dimanche soir.

Un langage de symboles ne vous mènera pas très loin s'il n'inclut pas une gamme complète de verbes, la syntaxe déterminant la structure des phrases et la grammaireAlors que les bandes dessinés connaissent un retour en force, ils ne pourront jamais remplacer la littérature.
La Bible ne se traduira pas bien sous forme émoticônes.
C'est un récit, pas une bande dessinée. Une version caricaturale peut être attrayante pour les enfants mais sans la langue, il n'y a pas de profondeur - pas de complexité ou de significations plus profondes à chercher..

Plusieurs symboles diffusés pour 2020 semblent viser à effacer les distinctions de genre comme le émoticône qui a fait ses débuts avec le symbole  «Mx Claus », une alternative sexospécifique au Père Noël et à Mme Claus. Sur un podcast de Jeremy Burge et Keith Broni sur le site Emojipedia, ils ont noté la difficulté de savoir comment prononcer «Mx». Il y a quelque chose de symbolique là-dedans.

Sur le thème  «si vous ne pouvez pas les battre, rejoignez-les», beaucoup reconnaissent que les émoticônes sont, sinon là pour rester en tout cas faire partie de nos vies. En mai, la Conférence des rabbins européens a appelé le consortium à ajouter de nouveaux émoticône pour représenter les Juifs, à savoir un homme portant une kippa et une femme portant un couvre-chef. »

Militante du bien-être animal je pourrais employer le chat noir de temps en temps avec la prudence requise car ayant grandie en Angleterre, pour moi, un chat noir symbolise la chance mais j'ai appris à la dure que cela signifie exactement le contraire dans de nombreuses autres cultures.

Le monde a radicalement changé . Il y a seulement deux décennies, une grande partie de la terminologie utilisée sur les réseaux sociaux aurait été littéralement inconcevable.
J'espère trouver le temps de visiter l'exposition du Musée d'Israël intitulée émoticônes: Picture-Writing from Hieroglyphs to the Emoji et découvrir notre développement et notre régression.

Pour moi, les émoticônes sont généralement le dernier recours, lorsque les mots échouent. 
liat@jpost.com

*Le facepalm est un geste qui peut exprimer divers sentiments (honte, embarras, exaspération, consternation ou malheur), et qui consiste à se couvrir le visage ou les yeux avec la paume de la main pendant un bref instant.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi