Israël: Tel Aviv expose les vêtements de femmes assassinées par leur conjoint

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La municipalité de Tel-Aviv présente l'exposition "Elle est partie", composée de vêtements appartenant à des femmes qui ont été tuées par leur époux

La municipalité de Tel-Aviv montre des vêtements de femmes assassinées par leur conjoint.

Le hall d'entrée de la municipalité était rempli d'articles tous des vêtements originaux de ces mêmes femmes qui ont été assassinées.

Dans le cadre de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, la municipalité de Tel-Aviv présente une collection de vêtements portés par des femmes assassinées par leur mari à l'entrée du bâtiment.

L'exposition, intitulée She's Gone, a été présentée lundi par l'artiste Keren Golstein Yehezkeli.
Il cherche à "protester haut et fort" contre le meurtre de femmes par leurs partenaires.

"Les femmes coincées dans un cycle de violence rencontrent d'interminables paires d'yeux sur leur chemin qui pourraient leur donner un coup de main ", a dit Mme Yehezkeli. "Ils pourraient les écouter, leur offrir une solution, dissiper leurs craintes. Pour qu'elles ne deviennent pas des statistiques."

L'adjoint au maire de Tel-Aviv, qui est le superviseur désigné pour l'égalité des sexes, a déclaré que le nombre de femmes assassinées l'année dernière est "effrayant et choquant".
"Chacune de ces femmes a une histoire de vie, une histoire," dit-elle. "Ce sont des mères, des sœurs, des filles, et elles ont toutes une chose en commun : une fin tragique de leur vie. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter le prochain meurtre."

L'exposition a été présentée le dimanche et le restera jusqu'à mardi.

Les habitants de Tel-Aviv ont été  francs sur la question de la violence à l'égard des femmes. Après l'assassinat de Michal Sela, 32 ans, par son mari en présence de leur bébé de huit mois, début octobre, les habitants de la ville se sont réunis sur la place Rabin pour protester contre l'absence de politique gouvernementale de lutte contre ces violences.
"Au lieu de s'occuper de la violence mortelle à l'égard des femmes, nous assistons à des compressions budgétaires et la question est reléguée au bas de la liste des priorités ", a déclaré le député bleu et blanc Miki Haimovich lors du rassemblement.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi