Israël n’est plus la Startup Nation, c'est une puissance technologique

Actualités, Alyah Story, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël n’est plus la Startup Nation, c'est une puissance technologique

Le PDG de Synopsys, Aart de Geus, est en visite en Israël pour repérer les start-up dans les domaines de la cyber sécurité et de l’intelligence artificielle (IA).

Synopsys est l'une des sociétés de logiciels les plus importantes et les plus chevronnées au monde dont vous n'avez probablement jamais entendu parler. Elle a commencé comme une petite start-up que ses fondateurs ont créée après avoir quitté General Electric en 1986. Elle compte aujourd'hui plus de 12 000 employés et 100 bureaux dans le monde, dont un centre de développement à Herzliya avec 140 employés.

Synopsys est un leader dans l'Electronic Design Automation (EDA) pour la conception de semi-conducteurs. Ce n'est pas un domaine particulièrement brillant, mais la croissance de l'entreprise est impressionnante: sa capitalisation boursière atteint actuellement près de 13 milliards de dollars, contre 3 milliards de dollars il y a dix ans, et se classe au 15e rang parmi ses homologues mondiaux.

Aart de Geus, l'un des deux co-fondateurs de Synopsys, dirige l'entreprise depuis sa création. Je l'ai rencontré pour la première fois il y a dix ans et quand je l’ai revu récemment, j’ai senti que le temps s'était arrêté et avait peut-être même reculé: De Geus semble plus jeune, plus serein et détendu aujourd'hui qu'il y a dix ans, peut-être à cause du bond du cours de l'action.

La société a dépassé de 2 milliards de dollars celle de son principal concurrent Cadence Design Systems, qui possède également un important centre de développement en Israël. Synopsys a atteint cette position en partie grâce à des acquisitions en série de sociétés. "92, ou peut-être que nous avons acquis le 93e au moment où nous parlons", dit De Geus en réponse à une question sur le nombre de startups déjà acquises. Ces entreprises incluent la start-up israélienne Seeker Security, acquise en 2015, qui constitue la base du centre de développement de Synopsys en Israël, qui se concentre sur la cybersécurité et les ventes.

Le PDG de Synopsys, Aart de Geus

Le PDG de Synopsys, Aart de Geus

D’origine néerlandaise, De Geus est né en 1964, a grandi en Suisse et vit maintenant dans la Silicon Valley. La société qu'il dirige est aujourd’hui positionnée à un carrefour important dans le monde des semi-conducteurs, une industrie qui est devenue de plus en plus centrale en raison de l'importance pour le développement des technologies du futur dans l'intelligence artificielle et les industries automobiles.

Au début de notre conversation, je lui ai posé un défi: expliquer ses actions en Israël sans utiliser l'expression «Startup Nation». Après avoir gloussé et l’avoir qualifié avec humour «Old Hat Nation», il a répondu qu'il était venu examiner la cybersécurité israélienne et les startups d'intelligence artificielle, bien que Synopsys refuse de mentionner les noms et affirme que, pour l'instant, il n'y a pas de contacts sur les acquisitions. Après, il a démonté l'expression bien connue et abondamment utilisée: «Je n'appellerais plus Israël la StartUp Nation», a déclaré Aart de Geus à Globes.

"Vous êtes maintenant une puissance industrielle. Dans le monde entier, si on vous dit qu'il y a une opportunité d'acquérir ou de construire quelque chose en Israël, les gens vont considérer cette éventualité - et c'est quelque chose qui prend beaucoup de temps à construire. L'expérience entrepreneuriale se déroule en cycles d'au moins cinq ans, et vous avez un pays avec plusieurs entrepreneurs et fonds de capital-risque qui ont traversé quatre ou cinq cycles. C'est beaucoup d'expérience. Nous sommes aujourd’hui bien loin de l’amateurisme".

Source : globes.co.il

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi