Israël: la révolution française dans les assiettes

Actualités, Alyah Story, Cacheroute, Culture, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: la révolution française dans les assiettes

La cuisine française est considérée comme l'épine dorsale du monde culinaire de toutes les cuisines du globe. La période francophile de la cuisine israélienne s'est achevée il y a une vingtaine d'années et les restaurants ont progressivement évolué vers une langue méditerranéenne où la matière première locale est devenue l'étoile principale.

Les restaurants français ont disparu, et ici et là, sont restés ceux qui avaient encore le courage de servir un tournedos Rossini, un coq au Vin, ou d'autres plats parfumés à la française. Aujourd'hui, la cuisine française renaît de ses cendres.

On ne sait toujours pas si cela est dû à l’aliya des juifs français, ou si cette tendance est à attribuer à un nouvel esprit qui souffle de Tel-Aviv, qui cherche les nouveaux classiques. Il y a un certain nombre d'endroits très branchés et recherchés dans la ville, dont le menu parle couramment le français (comme Bar-à-Vins à Tel Aviv), ainsi que des lieux ouverts par des immigrants français qui combinent la cuisine française, marocaine et locale.

Il est vrai que d'une part, la cuisine française traduite en hébreu crée une sensation rétro dans l'assiette, mais d'autre part elle a aussi une facette d'innovation reflétée dans la nouvelle vague française. Cette vague prend les classiques français et les rends modernes, jeunes et méditerranéens, et nous, gourmets, apprécions tous les mondes, et surtout ce qui manquait ici peut-être dans la précédente vague française – l’ajustement "ici et maintenant". Cette sélection n'est pas exhaustive et ne propose que des restaurants cashers.

Rooftop

Dans le restaurant de l'hôtel Mamilla de Jérusalem, vous dégusterez un tartare classique, servi avec des plats d'accompagnement intéressants qui ajoutent une touche surprenante et pas du tout française. Le tartare lui-même est fait de bœuf avec des échalotes hachées, du persil et de la moutarde avec le jaune d'un oeuf de caille au-dessus, et sur l’assiette à côté reposent champignons shimeji et moelle osseuse (68NIS).

Hôtel Mamila King Solomon 11, 02-5482230, dimanche-jeudi de 18h à 23h. casher

Crêperie BREIZH

Dans la petite et intime crêperie de Jérusalem, vous dégusterez des crêpes françaises classique, servies dans une version sucrée ou salée, préparées selon la tradition bretonne - à partir de sarrasin. Sur le menu, vous trouverez des plats tels que des crêpes au saumon fumé avec du fromage à la crème, des oignons verts et violets, de l'ail et des feuilles de roquette (42 NIS); du fromage de chèvre aux canneberges, feuilles de roquette et amandes grillées (38 NIS), et des crêpes au fromage sucré, confiture de lait et noix de pécan ou des crêpes au fromage sucré et aux graines de pavot (35 NIS).

David Remez 4, ancienne gare de Jérusalem, pas de téléphone, dimanche - jeudi de 11h00à minuit, vendredi de 10h00 à 16h00 , le samedi après chabat- 24h00, casher

Tmol Shilshom

Le restaurant "Tmol Shilshom", qui célèbre son 24ème anniversaire cette année, sert un plat de "Bourguignon de racines", qui comprend également des champignons et du fromage St. Mor (58 NIS).

Rue Yoel Moshe Salomon 5, Nahalat Shiva Jérusalem, 02-6232758, dimanche-jeudi 8h30- 23h00, vendredi 8h30-15h00-, samedi après Chabat 24h00, casher

1868

Dans le restaurant - nommé d'après l'année durant laquelle le bâtiment a été construit - le chef Yankele Turgeman sert un plat de tartare de bœuf avec un jaune mariné sur le dessus, avec de la pomme de terre et de la crème de pois (68 NIS).

King David 10 Jérusalem, 02-6222312, dimanche-jeudi 14h30-12h30, 22h00-18h00, casher

Chloelys

La tarte tatin

La tarte tatin

Dans le "Hilton Chloelys" du Hilton, le chef Victor Gluger sert de la tarte tatin version « interprétation personnelle ». C'est un plat appelé «tarte aux pommes cassées» composé de pommes caramélisées, de feuilles de filo caramélisées, de glace à la vanille et de sauce caramel chaud. Pour toute cette merveille, vous payerez 57 NIS.

Hayarkon 205 Hilton Hotel, 03-5202127, dimanche-jeudi de 19h00 à 23h00, casher

Carroussel

La fondue au fromage

La fondue au fromage

Caroussel est un bistrot français et le prix de leur fondue est de 90 NIS par personne (pour minimum deux personnes). La fondue se compose ici de trois types de fromage jaune moulu fabriqués en Israël, qui sont fondus avec du vin blanc sec avec de l'ail, de la muscade et de la moutarde de Dijon. La fondue est servie dans une casserole au centre de la table sur une flamme avec des croutons de pain cuits sur place et une salade. La texture peut être lourde mais le goût est raffiné. Bref, un pur plaisir français.

Zarchin 3 Raanana, 09-7460586, dimanche-jeudi 12h00-14h30, 19h00-22h00, casher

2C

Le restaurant 2C, qui offre une vue imprenable sur la ville au dernier étage de l'une des tours Azrieli, propose un plat Rossini Tornado avec une touche israélienne. Ce plat comprend du filet de bœuf et du foie gras servi sur une purée de truffe dans un bouillon de bœuf (NIS 230).

Menahem Begin 132 Tel Aviv, 03-6081990, Dimanche-Jeudi 12h00-24h00-, Samedi soir après Chabat 21h00-1h00, Cacher

Meat Kitchen

Le chef Nadav Netzer sert un plat de carpaccio de foie d’oie. Il comprend de la crème de châtaigne, des graines de coriandre sucrées, des chips de basilic, des tuiles de noix de pécan et de la poudre d'or, et coûte 79 NIS.

Yigal Alon 65 Tel Aviv, 03-6310684, dimanche-jeudi 12h00-24h00, samedi  soir après Chabat 20h30- 24h00, casher

Carmen

Dans la nouvelle Carmen, il y a un grand choix de plats français avec un accent sur la région du sud de la France. Le restaurant propose entre autres un foie d'oie «au torchon» à base d'épinards, de confit d'oie, de baies et d'amandes (65 NIS).

Un autre plat intéressant est le cassoulet, une sorte de cholent du sud de la France à base de haricots blancs, de confit d'oie et de saucisse (149 NIS).

Lillinblum 24 Tel Aviv, 03-9338381, du dimanche au jeudi de 18h00 à 23h00, casher

Le 11ème étage

Le restaurant du 11ème étage, tenu par le chef Kobi Avitan, sert une salade niçoise, qui comprend un mélange de salade, d’aïoli au basilic et au citron, de champignons shimeji, d’asperges, de pommes de terre, de croûtons, un œuf mollet et des morceaux de saumon grillés accompagnant le tout. Le prix du plat est de 62 NIS.

Menahem Begin 132 Tel Aviv, 03-7774067, dimanche-jeudi 12h30-15h00, 19h00-22h30, casher

Source: Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi