Israël: une autre excellente raison de boire du thé vert et du vin

Actualités, Alyah Story, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: une autre excellente raison de boire du thé vert et du vin

Une nouvelle étude israélo-américaine suggère qu'il existe un espoir de traiter certaines maladies métaboliques congénitales innées, et cet espoir est un composé facilement disponible dans une tasse de thé vert ou un verre de vin rouge.

La plupart des personnes ayant des troubles métaboliques héréditaires naissent avec un gène défectueux qui entraîne une déficience enzymatique critique. Parce qu'il n'y a pas de remède, ils doivent souvent suivre une alimentation stricte et contraignante toute leur vie.

C'est pourquoi cette étude récemment menée par le professeur Ehud Gazit et son élève Shira Shaham-Niv, étudiante en doctorat à l'université de Tel Aviv, est si prometteuse. Leurs résultats ont été publiés dans la revue du groupe Nature Communications Chemistry.

Les chercheurs ont examiné deux composés: l'épigallocatéchine gallate (EGCG), trouvé naturellement dans le thé vert, qui a attiré l'attention au sein de la communauté médicale pour ses avantages potentiels pour la santé; et l'acide tannique, trouvé dans le vin rouge, qui est connu pour empêcher la formation de structures amyloïdes toxiques qui provoquent des troubles neurodégénératifs tels que la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson.

"Dans le cas des maladies métaboliques congénitales, le corps ne produit pas d'enzyme métabolique vitale", a déclaré Shira Shaham-Niv. "En conséquence, les métabolites - des substances qui sont, entre autres, les éléments constitutifs de l'ADN et des protéines - s'accumulent dans le corps. Une telle accumulation incontrôlée est toxique et peut causer de graves troubles du développement et des troubles mentaux.

"Notre nouvelle étude démontre une fois de plus la capacité de la nature à produire le meilleur médicament pour traiter certaines des pires maladies humaines."

Collectivement, ce groupe de troubles constitue une partie importante des maladies génétiques pédiatriques.

Le thé vert, un médicament naturel

Le thé vert, un médicament naturel

La maladie nommée phénylcétonurie (PKU), qui produit l'accumulation de la phénylalanine dans l’organisme, est une maladie métabolique innée commune. Les personnes nées avec la PKU sont confrontées à de graves problèmes de développement débilitants, à moins de se tenir à l'écart des aliments contenant de la phénylalanine, notamment les produits laitiers, la viande, le poisson, le poulet, les œufs, les haricots et les noix.

"Mais c'est une tâche incroyablement difficile, puisque la phénylalanine se trouve dans la plupart des produits alimentaires que nous consommons", a déclaré Shaham-Niv. "L'exclusion de certaines substances est le seul moyen de prévenir les effets débilitants à long terme des maladies métaboliques congénitales. Nous espérons que notre nouvelle approche facilitera le développement de nouveaux médicaments pour traiter ces troubles. "

Une refonte dans la compréhension des maladies métaboliques

La nouvelle recherche est basée sur deux études antérieures menées au laboratoire TAU de Gazit. Dans la première étude, la phénylalanine s'est révélée capable de s'auto-assembler et de former des structures amyloïdes comme celles observées dans les maladies d'Alzheimer, de Parkinson et d'autres maladies neurodégénératives.

Dans la seconde étude, réalisée par Shira Shaham-Niv, d'autres métabolites s'accumulant dans d'autres maladies métaboliques congénitales ont également été soumises à des processus d'auto-assemblage et forment des agrégats amyloïdes toxiques.

"Les deux études ont conduit à une refonte de la compréhension de la communauté de recherche sur les maladies métaboliques", a déclaré Shaham-Niv. "Dans notre nouvelle étude, nous avons examiné si les molécules identifiées dans des études antérieures sur la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies amyloïdes, qui inhibent la formation d'agrégats amyloïdes, pourraient également aider à contrer le processus de formation de métabolites amyloïdes dans les maladies métaboliques."

Dans cette étude, l'EGCG et l'acide tannique ont été testés sur trois métabolites liés à trois maladies métaboliques innées: l'adénine, la tyrosine cumulée et la phénylalanine. Les deux substances se sont avérées efficaces pour bloquer la formation de structures amyloïdes toxiques.

Les chercheurs ont également utilisé des simulations informatiques pour vérifier le mécanisme qui entraîne les composés.

"Nous entrons dans une nouvelle ère de compréhension du rôle et de l'importance des métabolites dans diverses maladies, y compris les maladies métaboliques, les maladies neurodégénératives et même le cancer", a conclu Shaham-Niv. "Les outils que nous avons développés sont révolutionnaires et ont un énorme potentiel pour aider un large éventail de patients à l'avenir."

Des scientifiques de l'Université de l'Illinois et de l'Université du Texas ont également participé à l'étude.

Source : Israel21C

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi