Israël: quand Pourim devient une fête féministe

Actualités, Fêtes, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Regard sur les israéliennes qui ont transformé Pourim en fête féministe

Wonder Woman, Rosie the Riveter et une femme pilote de chasse israélienne ont pénétré dans un bar. Ce ne sont que quelques-unes des héroïnes qui étaient de sortie samedi à Tel-Aviv pour la nuit de Pourim.

Avec la Journée internationale de la femme tombant un jour avant le week-end de fête de Pourim cette année, partout en Israël des femmes habillées comme des icônes féministes autonomes ont abondé tout au long de la semaine. Les soldates et les super-héros affluaient dans les rues et sur les médias sociaux, et Rosie, symbole de la canonisation féminine de la Seconde Guerre mondiale, semblait être partout.

Shir Yorkevitz et deux autres professeurs portaient le costume de Rosie the Riveter dans leur collège à Herzliya mercredi. Yorkevitz, une enseignante en histoire âgée de 26 ans, a dit qu'elle souhaitait envoyer un message féministe à ses étudiants.

Occupée à réviser ses examens de science politique à l'Université de Tel Aviv, Eilit Rozin a envoyé sa mère en ville pour lui procurer un costume de Wonder Woman. Rozin a dit qu'elle était inspirée par la représentation du personnage par l'actrice israélienne Gal Gadot, notant qu'elle était l'une des rares femmes à avoir obtenu son propre film de Marvel Comics, "Wonder Woman", qui sort cet été.

"Ce n'était pas seulement un costume mignon pour célébrer Pourim, mais c'était aussi un moyen d'amener les filles à parler des droits des femmes", a-t-elle dit. "C'est bien parce que c'est un costume vraiment facile à faire."

«J'aime vraiment les films de super-héros et les émissions de télévision, mais il n'y a pratiquement pas de super-héros féminins», a-t-elle déclaré. "Vous les voyez comme des sous-fifres ou dans des petits rôles. Pour moi, il est vraiment important de voir les femmes combattre les méchants. "

Eilit Rozin montrant son costume de Wonder Woman devant la maison d'un ami à Tel Aviv avant la grande fête de Pourim, le 10 mars 2017.

Eilit Rozin montrant son costume de Wonder Woman devant la maison d'un ami à Tel Aviv avant la grande fête de Pourim, le 10 mars 2017.

Rozin, qui était en Rosie the Riveter l'année dernière, a déclaré avoir trouvé Wonder Woman particulièrement ad hoc après avoir vu le 7 mars à la télévision la vidéo d'un éminent éducateur sioniste religieux, Rabbi Yigal Levinstein, disant que le service militaire "avait conduit nos filles à la folie ». Elle a déclaré qu'elle même et de nombreuses autres femmes de la vie réelle avec qui elle a servi dans l'armée ont été agacées par les commentaires.

"C'est une conception étrange et les gens ont besoin d’aller plus loin que cela", a déclaré Rozin.

Certains rabbins se sont précipités pour défendre Levinstein, et le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri l'a qualifié de «courageux» pour avoir osé parler. Mais la réaction écrasante en Israël a été la condamnation, y compris par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Avigdor Liberman. Le 9 mars, un commandant de char a déclaré que l'armée entamerait la pratique controversée de recruter des femmes dans le corps blindé le mois prochain.

Le contrecoup des commentaires de Levinstein dans les médias et sur Facebook s'est mélangé à la journée internationale de la femme et à Pourim. Largement partagée sur Facebook, une histoire du magazine du  week-end de Yediot Aharonot sur deux jeunes filles s'habillant comme leur mère officier pour Pourim.

"Je suis vraiment fière de ma mère et je voulais être comme elle, mais son uniforme était trop grand pour moi", a déclaré Liel Dahan, 9 ans, au sujet de sa mère, officier de la police militaire. Dans une photographie accompagnant l'histoire, Liel est montrée saluant à côté de sa maman armée. Elles portent des uniformes assortis.

Yorkevitz a dit que peu de ses étudiants - soit au collège ou au lycée où elle travaille - portaient ce qui pourrait être considéré comme des costumes féministes cette année «à moins que vous comptiez Fiona de Shrek».

"Les filles veulent juste quelque chose qui embellisse leur corps, et les garçons ne s'habillent pas vraiment à moins qu'ils le fassent avec une fille", a déclaré Yorkevitz.

Les étudiantes "se figurent que les femmes ont les mêmes droits. Elles peuvent porter des pantalons et faire tout ce qu'elles veulent, alors elles pensent que la lutte est déjà terminée », a-t-elle ajouté.

Yorkevitz a dit que même les autres enseignants qu'elle a recrutés pour porter des costumes de Rosie the Riveter ont dû être briefés à l'avance sur le personnage. Mais Rozin apprécie les sacrifices des femmes qui viennent à elle. Lors de la Journée internationale de la femme, elle a acheté des fleurs pour sa mère.

"Je lui ai dit qu'elle était mon modèle parce qu'elle est vraiment forte et indépendante", a déclaré Rozin. "Elle est mon super-héros préféré."

Source : Jta.org

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi