Israël: plus de femmes refusent le guet, divorce religieux, que les hommes

Actualités, Contre la désinformation, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: plus de femmes refusent le guet, divorce religieux, que les hommes

Les statistiques des tribunaux rabbiniques d'Israël pour les cinq dernières années illustrent un tableau intéressant concernant le nombre de conjoints séparés qui refusent le divorce, le faible nombre de dérogations accordées aux hommes pour épouser une deuxième épouse et plus encore.

Un « guet-refuser » («guet» est le mot hébreu pour «document de divorce») est défini comme un homme qui refuse d'accorder le guet ou une femme qui refuse d'accepter le guet de son mari dans l’espace d’un mois suivant la prononciation du divorce par la Cour Rabbinique.

Certains seront probablement très étonnés mais environ 56.000 couples ont divorcé au cours des cinq dernières années. Dans la grande majorité de ces cas, le Beit Din (tribunal rabbinique) réussit soit à obtenir un divorce par consentement mutuel, soit le présente dans le cadre d’un «accord irrévocable». Cependant, dans près de 7 000 cas, le Beit Din a été forcé d'ordonner un guet - 3,566 contre les hommes, et 3 384 contre les femmes. Dans la grande majorité des cas (809 exceptés), le guet a été donné en l’espace d’un mois.

Sur ces 809 cas, 382 d'entre eux concernaient un mari récalcitrant, tandis que les 427 autres - près de 12% de plus - concernaient des femmes qui refusaient d'accepter le guet. Cela va à l'encontre de la perception conventionnelle que les divorces non résolus sont invariablement le résultat d'hommes prenant leurs épouses en "otage" jusqu'à ce que leurs demandes déraisonnables soient remplies.

Un tribunal rabbinique

Un tribunal rabbinique

Entre les années 2012 et 2015, 249 femmes ont refusé le guet, tandis que 205 hommes l’ont fait. L'année 2016 a connu un bond surprenant dans le nombre de divorces non résolus, provoqués également par les hommes comme par les femmes: 143 par les hommes, 142 par les femmes. Jusqu'à présent, en 2017, 36 femmes et 34 hommes refusent les conditions du conjoint dont ils sont séparés.

Au cours de cette période de cinq ans, 69 hommes ont été emprisonnés pour avoir refusé de donner un guet. Aucune femme n'a été emprisonnée pour avoir refusé de l’accepter.

D'autre part, depuis 2012, 53 hommes ont été autorisés à se remarier. Cette autorisation implique un processus complexe nécessitant deux niveaux de tribunaux et réclamant l'autorisation expresse du Président de la Haute Cour Rabbinique. Il est fait seulement quand la femme est soit physiquement incapable d'accepter le guet, soit quand son refus de le recevoir semble être intraitable.

Il se pourrait fort bien qu'étant donné que les femmes ont, de par la loi juive, l’interdiction de se remarier sans divorce, les seules mesures qui peuvent être prises contre les hommes est l'emprisonnement - alors que les femmes récalcitrantes ne sont pas mises en prison et la permission est accordée à leurs maris d’épouser une seconde femme.

19 hommes ayant obtenu la permission par le Beit Din régional de se remarier ont été empêchés de le faire par la Haute Cour Rabbinique.

Le rabbin Shimon Yaakobi, directeur du système des tribunaux rabbiniques, dit que "chaque jour où un guet est refusé est un jour trop long. Tout homme ou toute femme qui demande le guet est à lui seul comme un monde entier et mérite notre aide. La Cour Rabbinique travaille nuit et jour pour trouver des solutions et mettre fin à ces situations tristes ".

Source : Arutz 7

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi