Israël: il pirate le système informatique de Tsahal pour prouver sa vulnérabilité

Actualités, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: il pirate le système informatique de Tsahal pour prouver sa vulnérabilité

Un soldat a mis en garde ses commandants, leur affirmant que 'Tzahalnet' est exposé à des hacks. Ils l'ignorent - mais il prouve son point de vue en piratant la base de données secrètes.

Le sergent D., un vétéran de Tsahal et un génie de l'informatique, a piraté pendant son service militaire les systèmes informatiques de l'armée pour prouver à quel point le système était exposé.

Channel 10 a rapporté qu'après son incorporation, il a été placé dans l’unité technologique d'une division d'élite, et pendant son service, il a découvert que le système informatique de Tsahal "Tzahalnet" était exposé à des piratages de l'extérieur.

D. a commencé à inonder ses supérieurs avec des messages les avertissant du défaut - mais ses commandants l'ont ignoré, se sont fâchés, lui ont refusé l'accès aux ordinateurs de l'armée et l'ont envoyé travailler comme commis de cuisine.

CYBER

Malgré le mauvais traitement qu'il a reçu, D n'a pas perdu son élan pour corriger les faiblesses du système informatique militaire et a commencé à le pirater. Il en a extrait les détails personnels des responsables du cyber-réseau de Tsahal - les mêmes personnes dont le travail consistait à protéger le système militaire - et s'est tourné vers eux, se rendant chez les hauts fonctionnaires, les appelant et les avertissant que s'il réussissait à obtenir leurs détails sur le système, ce dernier sera exposé à des piratages.

Finalement, la police militaire a arrêté D, l'a interrogé et l'a jugé. Avec son avocat de la défense, le major Lior Ayish et le capitaine Eliasaf Melamed, il a expliqué lors de son procès qu'il avait agi pour des raisons idéologiques et qu'il voulait mettre en garde contre les piratages.

En fin de compte, une négociation de plaidoyer a été conclue avec une peine particulièrement légère de condamnation avec sursis et une amende de 1 500 shekels.

Source : Arutz7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi