Israël: passeurs de drogue à leur insu

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: passeurs de drogue à leur insu

Un nouveau rapport a mis en lumière l'arrestation récente du petit-fils du député haredi Menachem Eliezer Moses pour contrebande de cocaïne en Israël et a allégué que les haredim sont couramment utilisés pour introduire involontairement des stupéfiants en Israël.

Plus tôt ce mois-ci, Baruch Klien, 22 ans, a été arrêté à l'aéroport Ben Gurion après la découverte de millions de dollars de cocaïne cachés dans diverses parties de ses bagages, y compris dans des bouteilles de vin et dans sa pochette de Tefillin (Phylactères).

Klien a prétendu qu'il avait été trompé en acceptant de transférer un paquet pour une connaissance, en ignorant tout de son contenu illicite. Cependant, le juge Guy Avnon lui a refusé la mise en liberté sous caution après avoir déterminé qu'il était fort probable qu'il était au courant de sa cargaison illégale. Selon des reportages, des membres connus d'une famille criminelle locale sont arrivés à l'audience afin d'intimider Klien et de lui faire garder le silence pendant l'enquête policière.

La nouvelle que le petit-fils d'un député haredi (orthodoxe) avait fait de la contrebande en Israël avait provoqué un choc dans tout le monde haredi. Cependant, selon un rapport récent du radiodiffuseur Kan, les fonctionnaires des douanes disent que le phénomène des haredim utilisés comme « mules » devient de plus en plus commun en raison de leur absence de casier judiciaire.

"Le phénomène de la contrebande de drogues par les jeunes garçons et filles haredi est extrêmement répandu, particulièrement ces dernières années", a déclaré l'avocate Talya Griddish. Le rapport présentait une jeune femme haredi qui expliquait comment un trafiquant de drogue l'avait utilisée pour faire passer de la cocaïne à son insu.

"Il m’a dit : "Viens avec moi à l'étranger, shopping, hôtels, vols, tout est payé", a raconté la jeune femme. "Je le connaissais un peu alors je pensais que tout allait bien et que tout ce qu'il voulait c'était m’offrir une escapade romantique."

Une fois le couple arrivé à Amsterdam, sa connaissance lui a donné de nouvelles valises, affirmant que ses bagages étaient trop lourds. Quand ils sont revenus en Israël, il a repris sa valise et lui a dit qu'il la lui rendrait plus tard. Cependant, la jeune femme a dit qu'elle avait réalisé avoir été utilisée après l’arrestation de son ami un mois plus tard pour trafic de stupéfiants.

Les trafiquants sont très ingénieux

Les trafiquants sont très ingénieux

"La police m'a dit que j'étais soupçonnée de trafic de drogue et de complicité de crime", a-t-elle dit. "C'est seulement à ce moment que j'ai réalisé que j'étais une victime." Les fonctionnaires des douanes ont ajouté que le trafic de drogue vers Israël avait connu une augmentation massive au cours des dernières années, avec des importations de cocaïne, d'héroïne, d'ecstasy et de LSD.

L'utilisation de jeunes haredis piégés dans la contrebande a d'abord attiré l'attention du public en 2008 après que trois étudiants de yeshiva israéliens ont été interpellé alors qu'il faisaient entrer de la drogue au Japon - dans une valise qu'un ami leur avait demandé de prendre pour lui. Ils ont été condamnés à de longues peines de prison.

Les trois garçons d'une yeshiva hassidique de Jérusalem et Bnei Brak, tous âgés de moins de 20 ans et l’un d’entre eux de moins de 18 ans, ont été invités à transporter des antiquités de la Hollande au Japon. Tous trois faisaient partie d'un «club de charité», et l'ami qui leur demandait la faveur, et leur offrait 1 000 dollars à chacun leur assurant que tout était légal, était le coordinateur de leur groupe. Ils n’ont par conséquent eu aucun soupçon.

Une fois à Amsterdam, ils ont reçu les «antiquités» - dissimulées dans des valises à fond plat. On leur dit que c'était une précaution contre le vol, ils ne soupçonnaient encore rien et se sont envolés pour Tokyo. Au Japon, les doubles fonds ont été rapidement détectés et brisés par les douaniers - qui n’y ont trouvé aucune antiquité, mais 3,6 millions de dollars de pilules d'ecstasy.

L'homme qui a conduit les jeunes gens à transporter des drogues illégales, Bentzion Miller, était un membre bien connu d'une communauté hassidique israélienne. Selon la police, Miller avait «vécu une double vie», agissant comme un Juif religieux à l'extérieur alors qu'il faisait de la contrebande et commercialisait d'énormes quantités de drogues.

Source : Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi