Israël: pas de le droit de voyager avec sa poupée Shoshi dans sa voiture

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
israel ne jeune femme voyage avec une poupée sexuelle exposée aux élèves

Un établissement d'enseignement municipal a déposé une plainte auprès de la police contre une jeune femme qui a pour passagère une poupée sexuelle dans son véhicule et qui est exposée aux yeux des élèves.
Les policiers qui sont arrivés chez sa mère ont menacé de lui faire un rapport si elle ne la retirait pas.

Moore Greenberg, 25 ans, une jeune résidente de la ville qui avait l'habitude de sortir avec une poupée sexuelle n'imaginait pas que son comportement provoquerait une confrontation entre elle et la police. Il s'avère qu'une plainte récemment déposée contre elle par un établissement d'enseignement près de chez elle, affirmant qu'il s'agissait d'une abomination a déclenché des troubles.

La jeune femme  dont le seul but était de plaisanter, a assis la poupée dans la voiture depuis un certain temps et n'a jusqu'à présent rencontré aucune réaction négative de la part des passants, des usagers de la route ou des voisins.

Les policiers de Petah Tikva ont frappé à sa porte et l'ont menacé de lui faire rapport si elle ne retirait pas immédiatement cette poupée installée sur le siège passager de sa voiture garée près du pavillon.

La raison de la venue de la police provenait d'une plainte déposée par un établissement d'enseignement situé à proximité du pavillon de la jeune femme.
Le chef  d'établissement s'est présenté à la police pour obliger la jeune femme à retirer la poupée et l'empêcher qu'elle ne recommence.

Les policiers ne savaient pas comment traiter cette plainte inhabituelle.

La jeune femme s'est présenté au poste de police avec la poupée, qu'elle a appelée "Shoshi", et a demandé à la police ce qui n'allait pas. "Je voulais savoir quelle loi j'avais enfreint mais aucun policier n'a pu me dire que j'avais fait quelque chose d'interdit " dit-elle. "Shoshi n'a aucune preuve évidente qu'elle est une poupée sexuelle parce qu'elle est entièrement vêtue. Ma mère a été consternée à la vue des deux flics sur le pas de la porte. ".

Elle a déclaré que l'histoire avait pris une tournure inquiétante en raison de la réponse de la police face à une action fantaisiste et inoffensif. "Peut-être que cela explique le sentiment du public pour la police", dit-elle. "Au lieu de s'engager dans l'application de la loi , elle sanctionne des citoyens inoffensifs."

La police de Petah Tikva confirme qu'une plainte par téléphone a bien été reçue et affirme qu '"il n'y a eu ni infraction ni menace dans le rapport."

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi