Israël : les orthodoxes s’habillent en Prada

Actualités, International, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : les orthodoxes s’habillent en Prada

À première vue, tous les Juifs orthodoxes ont exactement le même aspect : pantalon noir, chemise blanche, veste et chapeau. Noir et blanc. Il s'avère que chaque vêtement a des nuances et atteste du niveau de pratique religieuse et d'appartenance - style hassidique, lituanien ou autre.

Alors, comment tout a commencé? "Les Juifs de la diaspora présentaient des caractéristiques spécifiques, censées les différencier des autre nations", explique le Dr Mordechai Braun. "Cela était dû à l'antisémitisme, mais aussi pour le bien des Juifs, car cela empêchait l'assimilation et créait un climat d'appartenance communautaire.

Le shtreimel - le célèbre chapeau de fourrure fait à partir de queues de renard, porté par les hassidim le Shabbat et les jours de fête - aurait été créé à cause du décret de l'un des dirigeants, qui stipulait que les Juifs devaient porter la queue d'un animal impur pour savoir qui ils étaient. Un autre argument, à l'exact opposé, affirme qu'il s'agit d'une coutume polonaise selon laquelle les riches et les dignitaires entouraient leur chapeau d'une queue de zibeline.

Le costume et le chapeau qui sont devenus la marque de fabrique de tout homme orthodoxe sont à l'origine les vêtements des nobles polonais il y a 200 ans. Dans ce cas, l'intention des rabbins était de donner aux étudiants de la yeshiva une apparence spéciale et digne, celle de personnes importantes et non de villageois ou d’hommes des champs.

La déclaration sociale selon laquelle un élève de la yeshiva est sage et instruit, et doit donc s'habiller comme il convient à son statut, a grandement façonné les générations par la suite.

Des queues de renard

Des queues de renard

Il existe des différences subtiles, mais elles assez importantes. Ainsi, dans la hassidout Toldot Aaron, contrairement à d’autres, le shtreimel est porté dès l'âge de la bar-mitsva et non du mariage.

Il y a ceux qui portent délibérément un streimel bas et simple, et d'un autre côté, dans les cercles hassidiques aux États-Unis, un concours a été créé pour acheter le produit le plus élégant, comme le Spodik - un chapeau en fourrure qui ressemble à un streimel mais qui est plus grand et plus étroit. Le Colpic est un chapeau similaire, mais plus haut et plus volumineux.

Tous ceux qui ont vu la série "Shababnikim" savent qu’une grande partie de l’attention est liée au "kneitash" - le chapeau. Le nom dérive du yiddish et il se caractérise par le fait que son dôme a un pli unique sur toute sa longueur.

Sur la face avant du dôme, il y a deux autres petites rides appelées les yeux. Le chapeau est fait pour que la circonférence qui l’entoure soit inclinée vers le haut, à la manière du Kappalosh - un chapeau porté par la plupart des hassidim polonais les jours de semaine.

Le devant du chapeau a un pli. Les kneitash sont portés par des hommes orthodoxes - lituanien et les hassidim de Chabad - et sont souvent constitués de feutre, parfois de velours. En dehors du monde Haredi, ils s'appellent fedora.

"Shababnikim"

"Shababnikim"

En descendant un peu plus bas, on trouve le "frak" - la veste. C'est un manteau long jusqu'au genou avec une longue fente dans le dos et deux boutons au milieu. L'élite orthodoxe du monde Haredi a tendance à le porter, y compris les Rashei Yeshiva, les grands rabbins et les personnalités publiques.

Dans certaines communautés,le marié porte le frak le jour de son mariage. Ces dernières années, certains hommes orthodoxes ont pris l’habitude de porter le frak pendant les fêtes et les événements festifs. Un autre type de costume est le "sirtouck" - contrairement au frak, il est plus long et et fait de soie. Les hassidim de Chabad le portent le Shabbat et les jours de fête.

Les pantalons sont également importants. "Viezen in die zacken" - "le pantalon dans les chaussettes" en hébreu, illustre la manière spéciale dont les hassidim de Gur portent leur pantalon. Les extrémités de la jambe du pantalon sont insérées dans la chaussette au niveau de la cheville, puis un pli est formé comme un pantalon militaire - 15 cm au-dessus de la chaussure.

Cette méthode est également connue sous le nom de "chaussettes cosaques" parce qu'elle a été créée comme un compromis vestimentaire, lorsque le gouvernement polonais a décidé de retirer le pantalon court et le shtreimel que les Hassidim portaient et de privilégier l’habit cosaque. En conséquence, les hassidim ont également commencé à cacher leurs papillotes sous la kippa.

La kippa est différente dans certains courants hassidiques - la forme, le tissu et parfois l'inscription. "Yehi adonenou, morenou verabbenou, melekh hamashiah leolam vaed", pour les Chabad, "N, Nah Nahm, Nahman Meouman" pour les Breslev. Les Lituaniens et les Sépharades portent une cravate, mais pas les hassidim. Les hassidim de Chabad, Ruzhin et Karlin la portent parfois.

Les chaussures ont différentes interprétations. Certains hassidim s'assurent de porter des chaussures plates et d'autres ne portent pas de lacets. La raison en est probablement d'éviter de les toucher pendant la journée, ce qui amène l’impureté. Certains hassidim de Skver portent des bottes.

Les styles vestimentaires incluent également les coiffures. Les Lituaniens ont une coupe courte et ramènent leurs peot derrière leurs oreilles. Les hassidim pour leur part prennent soin de se raser leur cuir chevelu et la plupart d'entre eux laissent leurs peot pendre librement sur les côtés de la tête. Les hassidim de Chabat portent des peot courtes.

Source : Israel HaYom

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi