Un millionnaire chinois ouvre un laboratoire d'intelligence artificielle en Israël

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un millionnaire chinois ouvre un laboratoire d'intelligence artificielle en Israël

Zong Qinghou, chef de la direction d'une des plus grandes entreprises chinoises, a annoncé son intention de mettre en place un centre de recherche à l'Université de Haïfa mettant l'accent sur l'intelligence artificielle.

L'Académie chinoise des sciences sera également un partenaire de recherche.

Le président de l'Université de Haïfa, Ron Robin a déclaré : "Lors d'un événement de signature mardi, les partenaires de recherche ont annoncé que Zong fournira au centre d'intelligence artificielle (AI) au moins 10 millions de dollars sur cinq ans, une grande partie du financement étant destiné à construire des laboratoires et à obtenir des équipements haut de gamme".

"Pour nous, c'est un game-changer (une démarche de développement). Si nous sommes reconnus par un important investisseur chinois, cela signifie que le travail que nous accomplissons est important ", a déclaré Robin.

Zong, qui dirige le groupe Hangzhou Wahaha, la plus grande entreprise de boissons chinoise, a visité quatre fois le campus de l'Université de Haïfa.

Le centre de recherche se concentrera sur l'amélioration de l'objectif des caméras placées derrière les voitures sans conducteur - nécessaires pour faire fonctionner un véhicule lorsqu'il pleut ou que le temps est brumeux - alors que les grandes entreprises automobiles et les entreprises de technologie concourent pour perfectionner cette technologie sur le marché des véhicules autonomes, qui représente plusieurs milliards de dollars.

"Nous avons développé une série de caméras capables de reproduire des films de résolution de très haut niveau à l'aide d'un très petit nombre de pixels. Nous avons également développé une caméra qui fonctionne sous l'eau, de haute résolution. L'un de nos chercheurs a fabriqué une caméra qui peut prendre des images sous-marines à grande profondeur sans pratiquement aucune lumière ", a déclaré Robin.

D'autres universités israéliennes se lancent dans la course au perfectionnement des véhicules sans conducteur, depuis l'Institut de technologie Technion-Israël qui s'unit avec le géant automobile coréen Hyundai, à l'Université hébraïque qui travaille avec la société israélienne Mobileye, vendue au fabricant de puce informatique Intel pour 15 milliards de dollars plus tôt cette année. La plupart des grands constructeurs automobiles ont établi un centre de recherche dans le pays.

L'intelligence artificielle et nous

L'intelligence artificielle et nous

Le centre de recherche de l'Université de Haïfa sera également spécialisé dans d'autres domaines d’IA, y compris la biotechnologie, les applications big-data et l'identification biométrique, dans lesquelles les entreprises de sécurité israéliennes sont de plus en plus actives.

Robin a déclaré que la propriété intellectuelle développée dans le centre de recherche Haifa AI serait répartie équitablement entre les partenaires académiques, le groupe chinois Wahaha et le chercheur concerné. Il n'a donné aucune précision au sujet de l’arrangement financier. Certains partenariats académiques et entrepreneuriaux en Israël ont basculé en poursuites judiciaires contre ceux qui gagneraient de l'argent à partir d'innovations marketing commercialisées.

Quelque 15 étudiants israéliens diplômés se rendront en Chine pour un semestre, et 15 étudiants chinois post-doctorants effectueront des recherches en Israël. Environ 200 étudiants chinois étudient déjà à l'Université de Haïfa, sur les 18 100 inscrits sur le campus.

Robin, qui était auparavant professeur au département d'histoire et de communication de l'université, a déclaré que le don de Zong pourrait ouvrir la porte à d'autres investisseurs et collaborateurs avec la Chine.

"Cela signifie que nous avons rejoint un petit groupe d'universités à travers le monde avec des investissements chinois majeurs dans son infrastructure et son programme d'études", a déclaré M. Robin, ajoutant que le nouveau centre de recherche avait témoigné de la faiblesse du mouvement BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) contre Israël .

"En Chine, le BDS est insignifiant. Il n'existe pas. Les chinois ont une grande admiration pour les universités israéliennes ", a-t-il déclaré. "Le plus gros problème est le BDS non officiel, lorsque quelqu'un prend un document d'un de nos chercheurs, et le jette aux ordures sans même l’ouvrir. C'est un gros problème dans le monde occidental, pas en Chine ".

L'Université de Haïfa est également engagée dans deux autres projets chinois de recherche. Avec la Shanghai’s East China Normal University, l'école israélienne a mis en place un institut de traduction conjointe, qui met l'accent sur les neurosciences. Une autre collaboration a été lancée avec un groupe d'investisseurs chinois capables d’investir 6 millions de dollars, principalement dans la biotechnologie et les produits pharmaceutiques.

Zong a déclaré avoir choisi de faire un don à l'école en raison du statut d'Israël en tant que chef de file - avec un plus grand nombre de start-up hi-tech par habitant que n'importe quel autre pays.

"Israël excelle dans un écosystème de recherche avancé et innovant. Nous avons choisi de collaborer avec les chercheurs hautement accomplis de l'Université Haifa ... qui, selon nous, peuvent nous aider à atteindre notre objectif de créer des technologies révolutionnaires d'intelligence artificielle ", a déclaré Zong dans un communiqué.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi