Israël : menacé d'hôpital psychiatrique, un milliard de NIS prend la poudre d'escampette

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : menacé d'hôpital psychiatrique, un milliard de NIS prend la poudre d'escampette

Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, a affirmé avoir transféré plus d'un milliard de NIS au ministère de la Santé pour la rénovation et l'amélioration des conditions de vie dans les hôpitaux psychiatriques en Israël. Mais selon lui, l'argent n'a pas atteint sa destination et a disparu en cours de route.

Kahlon a prononcé ces paroles inhabituelles, qui sont révélées ici pour la première fois, lors d'une réunion tenue la semaine dernière dans les bureaux de l'Association médicale israélienne avec des représentants des syndicats médicaux et de la direction de l'Association médicale israélienne.

Les budgets ont été alloués il y a environ un an aux hôpitaux psychiatriques, où les patients souffrent de conditions d’hospitalisation précaires et de traitements insuffisants et peu adaptés, d'une grave pénurie d'infrastructures et de personnel médical et infirmier.

Israël possède 11 hôpitaux psychiatriques avec environ 3 500 lits. Il y a un an, le contrôleur d'État Yosef Shapira avait mis en garde contre les carences. Le mois dernier, Israël Hayom a été exposé à de graves plaintes émanant d’employés de l'hôpital Abarbanel de Bat Yam, concernant des conditions d'hospitalisation inappropriées et le manque de lits.

Lors de la réunion, Kahlon a posé des questions sur la misère de ces hôpitaux et a répondu en toute honnêteté qu’il y a un an, "le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman Tov, a reçu 1 milliard de NIS en faveur de la psychiatrie. C’est moi-même qui fais les comptes et qui transfère l’argent, et l’on me dit ici qu’il n’y a pas d’argent. Et puis nous avons réalisé qu’il y avait un problème. Un milliard de shekels supplémentaire a été transféré aux l’infrastructures et, je sais que vous allez me détester - mais je ne sais pas où vont ces fonds".

"On me dit que l'argent est en train d'être transféré, mais les psychiatres attestent n’avoir rien reçu. Je ne suis pas un ouvrier du bâtiment et je ne suis pas un médecin, je donne l'argent et je dois compter sur les organismes professionnels pour que le travail soit fait. "

Le professeur Hagai Zion, président de l'Association des médecins israéliens

Le professeur Hagai Zion, président de l'Association des médecins israéliens

Le docteur Zvi Fishel, président de l'association psychiatrique israélienne et directeur d'une unité fermée de l'hôpital psychiatrique Geha de Petah Tikva, a avoué que la déclaration de Kahlon était très surprenante.

"Le système de psychiatrie en Israël est en état d'urgence. Nous en avons assez des fausses promesses, des chèques en bois, des normes révisées ou non réalisées, de l'argent théorique provenant de la vente future d'un hôpital psychiatrique, ou de l'argent de programmes présentés comme s'ils venaient d'être validés – en substance, rien.

Nous avons maintenant appris que le ministre des Finances avait ordonné le transfert de 1 milliard de NIS en psychiatrie, mais où est l'argent? Nous ne l'avons pas vu et pire,  le ministère de la Santé dit qu'ils n'a même pas reçu d'argent. Nous demandons un examen immédiat de l'endroit où l'argent est parti. C'est scandaleux et dédaigneux pour les patients qui ne peuvent même pas se plaindre.

Des infrastructures vétustes

Le professeur Hagai Zion, président de l'Association des médecins israéliens, a déclaré en réponse aux remarques de Kahlon: " Nous comprenons des hauts responsables de la santé que la réforme de la psychiatrie a échoué".

Le système de services psychiatriques, tant dans les hôpitaux que dans la communauté, souffre d'un manque de personnel et d'infrastructures vétustes, ce qui rend le temps d'attente pour un rendez-vous avec un psychiatre déraisonnable. "

"En outre, 1 milliard de NIS ont été transférés et ne sont pas arrivés à destination, et une commission d'enquête est nécessaire pour examiner où les fonds alloués ont disparu."

Le ministère de la Santé a déclaré en réponse: "Contrairement à ce que l'on prétend, le milliard de NIS promis à la construction des établissements psychiatriques n'a pas été transféré au ministère de la Santé par les professionnels du ministère des Finances.

Nous réclamons un budget supplémentaire pour le système psychiatrique, qui, comme tous les départements médicaux, a un besoin urgent de ressources importantes. "

Source : Israel HaYom

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi