Pour la première fois en Israël, les manuscrits originaux de Maïmonide

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Pour la première fois en Israël, les manuscrits originaux de Maïmonide

Une exposition qui ouvrira la semaine prochaine au Musée d’Israël présentera la signature originale de l'un des géants spirituels du monde juif, telle qu'elle apparaît sur ses écrits, ainsi qu'une série de manuscrits rares datant d'environ 900 ans. La Bibliothèque nationale organisera une conférence internationale sur la philosophie du Rambam, à laquelle participeront des chercheurs et des penseurs renommés, israéliens et étrangers.

Dans le cadre de la coopération entre les institutions, la signature rare du philosophe, médecin et autorité halakhique du XIIe siècle, par laquelle il a approuvé la version corrigée de son œuvre centrale, Mishneh Torah, sera présentée dans l'exposition, ainsi qu'un manuscrit qui lui est attribué sur son commentaire de la Michna. L'exposition présentera également des éléments de périodes ultérieures.

L'exposition intitulée "Personne n'égale Moïse - Maimonide: des débuts de l'impression à l'ère numérique" (comme titre de la conférence) présentera des manuscrits originaux des XIIe au XVe siècles, dont certains sont arrivés à Jérusalem par avion depuis des prestigieuses institutions du monde entier: la British Library de Londres, le Metropolitan Museum of Art de New York, la Bibliothèque apostolique du Vatican à Rome, la Bibliothèque nationale de France à Paris, la Bodleian Library de l'Université d'Oxford et bien plus encore, pour le projet conjoint des deux institutions israéliennes financées par la « Fondation Maïmonides ». Ils ont été transférés en Israël sous couvert du secret et d’importants moyens de sécurité ont été déployés de peur que quelqu'un ne tente de voler ces objets rares et précieux.

Les écrits de Maïmonide

L'exposition présente pour la première fois sous un même toit des manuscrits originaux et illustrés ainsi que d'autres écrits rédigés en France, en Allemagne, au Yémen, en Espagne, en Égypte etc - et des objets plus "piquants": une amulette avec le portrait de Maïmonide, une sélection de livres pour enfants historiques le représentant, des documents décrivant le 800e anniversaire de sa naissance en Espagne et en Égypte, etc.

Parmi les documents qui seront exposés au Musée d'Israël figurent deux volumes du Piroush Hamishna, écrits à la main par Maïmonide pendant son séjour en Égypte, des copies illustrées de Mishneh Torah et de son traité de philosophie, "Le Guide des Egarés". (Le Mishneh Torah a probablement été copié en Espagne ou en Provence au 14ème siècle, où les illustrations ont été ajoutées); des traductions latines des écrits de Maïmonide depuis la naissance de l’impression, le Sefer HaMitzvot des Sépharades pour les Marranes qui ont fui à Amsterdam, etc. Parmi les documents, comme indiqué, se trouve sa signature personnelle, écrite de sa propre main.

La Bibliothèque nationale s'est efforcée de rendre les textes rares accessibles et les a numérisées pour les conserver dans ses archives numériques. Les conservateurs de l'exposition et de la conférence disent que l'objectif est "de mettre en lumière la place de Maïmonide dans la culture juive et son importance pour la vie et la pratique juives contemporaines".

Michael Magen, directeur du laboratoire de préservation du papier au Musée d'Israël, examine le Mishna Torah du Rambam (Photo: Oleg Kalachnikov, Musée d'Israël)

Michael Magen, directeur du laboratoire de préservation du papier au Musée d'Israël, examine le Mishne Torah du Rambam (Photo: Oleg Kalachnikov, Musée d'Israël)

La conférence d'ouverture sera animée par le président de la Cour suprême à la retraite, le juge Aharon Barak, et portera sur la tension existant entre les ouvrages juridiques de l'État d'Israël et l'ancienne loi juive. Au cours de la conférence, des discussions et des rencontres auront lieu entre intellectuels sur des questions d'actualité, telles que "Maïmonide contre les défis de l'État d'Israël" et "Etre philosophe dans le monde musulman", les relations entre religion et État, etc.

En outre, le site de la Bibliothèque nationale comprendra un mini-site spécial consacré à la fascinante histoire de la vie de Maïmonide et au voyage de sa famille d’Espagne au Maroc, en l’Égypte et en Israël, ainsi qu’à la manière dont il a été reçu dans divers lieux et communautés juifs.

"Pertinent encore aujourd'hui"

Le président de la Bibliothèque nationale, David Blumberg, a déclaré: "Maïmonide continue d'influencer la pensée juive et israélienne, peut-être parce que tout le monde peut y trouver son propre reflet: les érudits de la Torah le considèrent comme un homme de loi juive, les intellectuels laïcs le considèrent comme un philosophe critique et le mouvement Chabad croit en son messianisme politique. En fait, Maïmonide continue d’être pertinent dans presque tous les domaines du discours juif en raison de ses formidables accomplissements dans les domaines de la philosophie et de la théologie, de la médecine et des sciences, du Talmud et de la loi juive, et même de la politique. "

Le professeur Ido Bruno, directeur général du Musée d'Israël, a ajouté: "Cette exposition est une occasion extraordinaire de s’imprégner des manuscrits les plus importants de Maïmonide qui sont présentés pour la première fois au Musée d'Israël. Ces magnifiques trésors culturels, accompagnés d'une exposition spéciale sur sa vie, permettent au visiteur d'observer en profondeur l'influence complète d'un philosophe, d'un érudit, d'un scientifique, d'un médecin, d'un chercheur et d'un dirigeant du Moyen Âge à nos jours. "

Le Rambam (Rabbi Moshe ben Maimon) était un scientifique, un médecin, un érudit et un philosophe, l'une des plus importantes autorités halakhiques de l'époque et l'une des figures les plus importantes du judaïsme.

En raison de la persécution des Juifs, il s'installa au Maroc avec sa famille, puis en Égypte, où il rédigea ses écrits importants, notamment en tant que chef de la communauté juive du Caire, et occupa le poste de médecin. Il mourut en 1204 et ses ossements furent par la suite apportés en Eretz Israel à sa demande. Son lieu de sépulture, selon la tradition, est à Tibériade, et sa tombe est un lieu de pèlerinage très fréquenté à toutes les époques de l’année.

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi