Israël : madame refuse le divorce religieux à madame

Actualités, Insolites, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : madame refuse le divorce religieux à madame

Le tribunal de Haïfa rabbinique oblige une personne transgenre à accorder le gett à sa femme, ce qu’il refuse, prétendant qu'il ne peut pas le lui donner car il est une femme.

Deux personnes se sont récemment présentées à la Cour Rabbinique de Haïfa  pour se battre pour un divorce. Il s'est avéré que l'un d'eux avait récemment subi une opération de changement de sexe. Ils se sont mariés comme un couple normatif et ont  élevé leurs enfants ensemble. Lorsque le mari a été opéré il y a un an, le couple s'est séparé. L'épouse ne pouvait pas poursuivre normalement sa vie et se remarier avec quelqu'un d'autre, parce qu'elle était encore halakhiquement (selon la loi juive) mariée à son «mari» - qui ne lui avait pas accordé de gett (document de divorce).

Madame refuse le gett à madame

Madame refuse le gett à madame

Après avoir entendu l’histoire de cette situation pour le moins inhabituelle, les juges rabbiniques ont décidé que c'était une raison suffisante pour accorder le gett.  Ils ont statué qu’il n'y avait pas besoin d'insister auprès du conseil de conciliation habituellement obligatoire, car il ne conduirait évidemment pas à une réconciliation. Le tribunal a ordonné aux parties d’entamer le processus de divorce.

Le mari a alors prétendu qu'il ne pouvait pas donner de gett parce qu'il n'était plus un homme, mais une femme, et qu’une femme est dans l’impossibilité d'accorder le divorce.

L’épouse a demandé une annulation du mariage, mais les juges ont déclaré que ce ne serait pas possible puisque elle avait épousé un homme qui est toujours un homme au regard de la loi juive. Les juges ont décidé que le mari devait donner le gett et que, s'il ne le faisait pas, il serait considéré comme « récalcitrant » et serait emprisonné tel que la loi le permet.

Le mari a finalement accepté de donner le gett, mais au cours du processus, il s’est rétracté et a expliqué que le fait d’être considéré comme un homme dans les textes du contrat représentait pour lui une pression émotionnelle. Il a critiqué la cour qu’il a accusé de «vivre au Moyen Âge». Après avoir été averti à nouveau de l'éventualité de se retrouver en prison, il / elle a accepté de terminer le processus et donner le get.

Source : Arutz 7

Vos réactions

  1. apz82@orange.fr'salomon

    Comment se fait-il que le tribunal rabbinique puisse être confronté à une situation pareille ? Depuis la loi de Moïse les choses ont bien changées.Dans la Thora un transexuel est en abomination, je crois même qu’il doit être lapidé. C’est honteux d’après la Thora, comment se fait-il que ce tribunal si dur, soit obligé de mettre les »mains dans le cambouis? » Je ne compre’nds pas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi