Israël: l'Iran développe des missiles à capacité nucléaire

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterresh

France, l'Allemagne et le Royaume-Uni à l'ONU: "L'Iran développe des missiles à capacité nucléaire"

Les ambassadeurs ont envoyé une lettre au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterresh, indiquant que l'Iran mettait au point des missiles balistiques capables de transporter des têtes nucléaires en opposition à la décision du Conseil de sécurité. Rapport: Trump envisage d'envoyer 14 000 soldats supplémentaires au Moyen-Orient

Les ambassadeurs de France, d'Allemagne et du Royaume-Uni ont envoyé mercredi une lettre au secrétaire général de l'organisation, Antonio Guterres, affirmant que "l'Iran développe des missiles balistiques pouvant transporter des ogives nucléaires contrairement à la décision du Conseil de sécurité des Nations unies". Dans une réunion qui devra durer deux semaines, l’Iran devra expliquer ses activités qui sont à l’encontre de ses décisions conformément à l’accord de 2015 sur le nucléaire.

La lettre comprenait des photos postées sur les réseaux sociaux en avril et montrant une expérience sur le missile balistique "Shihab 3" avec un équipement permettant de transporter une tête nucléaire. Les ambassadeurs ont indiqué que la Commission de l'énergie nucléaire de 2015 avait déjà déclaré dans un rapport de 2015 qu '"il existe de nombreuses preuves suggérant que des recherches iraniennes auraient pour but d'armer Shihab 3 au sommet d'un explosif nucléaire".

Outre les essais de missiles Shihab du 3 avril, les ambassadeurs ont fourni trois autres exemples d'essais de missiles iraniens menés en juillet et en août, affirmant qu'il s'agissait "d'exemples récents de missiles balistiques iraniens".

L'administration Trump a notamment affirmé que l'Iran développait des missiles Lissite à capacité nucléaire, mais les Iraniens l'ont nié. Lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'année dernière, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a demandé au Conseil d'empêcher l'Iran de développer de telles capacités et d'autoriser l'embargo sur les ventes d'armes à l'Iran.

La semaine dernière , le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré que Paris envisageait sérieusement de mettre en œuvre un accord nucléaire avec l'Iran susceptible d'entraîner des sanctions de l'ONU contre Téhéran.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussaoui, a déclaré que cette déclaration était irresponsable: "Le retrait de l'Iran de ses obligations est une mise en œuvre de ses droits légaux de répondre au retrait illégal et unilatéral de l'accord et du fait que les partenaires européens de cet accord n'ont pas rempli leurs obligations".

"Dans ces circonstances", a déclaré le porte-parole, "l'accord ne permet pas aux partenaires européens de gérer la procédure, et de telles déclarations d'un responsable français sont irresponsables et inutiles".

Au cours des derniers mois, rappelle-t-on, Téhéran a commencé à violer de plus en plus d'engagements pris dans le cadre de l'accord nucléaire, en réponse à la décision du président américain Donald Trump l'année dernière selon laquelle Washington renonce à l'accord et réaffirme de sévères sanctions à son encontre , notamment bloquer  les comptes bancaires  écrans des organisations suspectes, les banques ont l'obligation de les fermer et de confisquer les sommes  sous peine de sanctions et d'amendes

Hier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le secrétaire d'État américain Mike Pompeo à Lisbonne et s'est exprimé sur le problème iranien: "Il existe désormais un vaste réseau pour affaiblir l'Iran", a-t-il déclaré à son arrivée au Portugal. Dans une déclaration commune lors de l'ouverture de sa réunion avec Pompeo, il a déclaré: "La question que je vais aborder est celle de l'Iran. La deuxième question que je soulève est celle de l'Iran et la troisième que je soulève est celle de l'Iran et d'autres".

"Nous sommes chanceux que le président Trump mène une politique de pression continue contre l'Iran", a ajouté Netanyahu. "L'Iran intensifie son agression alors que nous parlons. Ils tentent de foncer contre nous , contre la région depuis l'Iran même, depuis l'Irak, la Syrie, le Liban, Gaza et le Yémen - et nous travaillons pour nous défendre contre cette agression".

Dans le même temps, le Wall Street Journal a annoncé hier soir que l'administration Trump envisageait d'augmenter considérablement le nombre de troupes américaines au Moyen-Orient, envoyant des dizaines d'autres navires et outils militaires dans la région. Selon le rapport, les États-Unis pourraient envoyer jusqu'à 14 000 soldats de plus - tous pour faire face à la menace iranienne - depuis mai dernier, ils ont déjà renforcé leurs effectifs de 14 000 hommes dans la région. 

Ces derniers mois, des responsables israéliens et occidentaux ont averti l'Iran de devenir de plus en plus audacieux dans ses opérations et d'étendre de plus en plus ses frontières. L'événement le plus significatif en est l' attaque par missile contre  les installations pétrolières saoudiennes en septembre.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi