Israël : l'incroyable histoire de la découverte de la route des Pèlerins à Jérusalem

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
route de pèlerinage à Jérusalem

UNE ROUTE DE PÈLERINAGE VIEILLE DE 2 000 ANS

Cette découverte qui s'ouvrira bientôt au public changera de manière significative et jusque là jamais vue,   la façon dont les Juifs se rapprochent de leur passé et de leur vérité.
Celle que Jérusalem est le lien unique et sacré du peuple juif.
Mais laissons parler la Cité de David à la lumière de cette découverte.

Considérant les résolutions anti-israéliennes des organisations des Nations Unies à l'instar de l'UNESCO qui nie le lien entre les Juifs et Jérusalem, la route du pèlerinage revêt une importance bien plus grande pour Israël que la simple ouverture d'un nouveau site touristique impressionnant, a déclaré Zeev Orenstein, directeur des relations internationales à la citée de David.

Mais revenons à la petite histoire qui a permis la découverte de la grande  l'Histoire

En 2004, une canalisation d'égout éclate au milieu du quartier de Silwan, au sud-est de Jérusalem dans la partie arabe.

La municipalité a envoyé une équipe de la voirie pour réparer la fuite et, comme à Jérusalem et particulièrement dans les quartiers adjacents à la vieille ville, ils seront accompagnés d'une équipe d'archéologues.

Au fur et à mesure que les réparations progressent, les ouvriers tombent sur de longues et larges marches d'escaliers à quelques dizaines de mètres de l'endroit où se trouve Shiloah - l'ancienne piscine où les pèlerins juifs entraient avant de commencer l'ascension religieuse jusqu'au Temple, ceci jusqu'à sa destruction en 70 de notre ère.

Les marches ressemblaient à celles qui mènent aux portes de Hulda, un ensemble d'entrées étaient bloquées tout le long du mur sud du mont du Temple.

Cette découverte de la piscine de Shiloah a conduit à une autre découverte monumentale - le canal de drainage des eaux centrales qui avait servi pour alimenter en eau  l'ancienne Jérusalem.

Ce canal est le tunnel que les visiteurs de la Cité de David peuvent emprunter aujourd'hui, en partant du bas de la Shiloah pour ressortir environ 45 minutes plus tard, près du mur occidental.

Comme c'est souvent le cas avec l'archéologie, les deux premières découvertes ne sont que les prémices d'autres découvertes.

C'est ainsi que, il y a quelques semaines, je me suis retrouvé dans une visite exclusive d'une ancienne route creusée sous le village de Silwan et au-dessus du chenal fluvial désormais bien connu (également l'endroit où les rebelles juifs ont pris position définitive contre les envahisseurs romains).

L'ancienne rue est appelée «la route du pèlerinage», car les archéologues sont convaincus qu'il s'agit du chemin emprunté par des millions de Juifs trois fois par an pour exécuter le commandement de leur montée au Temple : "Monter dans la ville sainte de Jérusalem pour apporter des sacrifices. à Dieu pendant les trois fêtes juives principales du judaïsme, Pâque, Chavouot et Souccot."

La route de pèlerinage va de la piscine de Shiloah à la zone adjacente au mur occidental, connue sous le nom d’Arche de Robinson, où vous pouvez encore voir les vestiges de l’ancien escalier menant au temple juif.

Titus Flavius Josèphe, l'historien juif romain du premier siècle, écrit que 2,7 millions de personnes avaient l'habitude de se rendre à Jérusalem pendant les différentes fêtes juives, entraînant avec elles quelques 256 000 sacrifices d'animaux.

Selon Doron Spielman, vice-président de la Fondation cité de David (Elad), presque tous les pèlerins juifs seraient entrés dans la ville par cette route.

C'est une route que Jésus a certainement empruntée pendant la période du Second Temple, aux côtés de nombreux érudits et dirigeants juifs célèbres.

«Cet endroit est le cœur du peuple juif et ressemble au sang qui coule dans nos veines», a déclaré Spielman.

Voici un exemple: Hillel et Shammai - les célèbres érudits du premier siècle qui occupent une place prépondérante dans la Michna - débattent à partir de quel âge un  enfant doit il prendre part à ce pèlerinage.

Shammai, le rigoureux, dit qu'un enfant devrait participer dés qu'il peut s'asseoir sur les épaules de son père. Hillel dit " seulement si  l'enfant est capable de marcher sur la route de 750 mètres."

En marchant sur la route - à ce jour, 250 mètres de long ont été fouillées, vous pouvez imaginer la foule de personnes qui défilaient sur cette route,  il y a 2 000 ans.

Des jeunes garçons marchant à côté de leurs parents.
Les filles sur les épaules de leurs pères.
Jusqu'à présent, seuls quelques-uns des magasins qui bordaient ,autrefois la route, ont été partiellement découverts, mais avec un peu imagination, vous pouvez entendre les échanges entre les commerçants et clients et bien souvent le troc, échangeant du cuir pour de la fourrure, des graines pour du miel, des pièces de monnaie pour du vin.

Par exemple, des archéologues ont trouvé une série d'escaliers au milieu de la route, à côté d'un des magasins les plus anciens. Mais l'escalier ne va nulle part. Il se termine par une plate-forme.
Un seul escalier similaire avec une même plateforme se trouve à Rome et était utilisé comme une estrade pour des orateurs.
En fait c'est également le cas pour celui trouvé dans la cité de David,  un endroit où les gens pouvaient faire des annonces et faire des discours aux pèlerins lorsqu’ils montaient la route du Temple.

Puis les archéologues ont trouvé à côté de cet escalier menant à l'estrade, les restes d'un palmier mâle brûlé, qui ne donne pas de fruit.
Pourquoi y aurait-il un arbre ne produisant pas de fruits à cet endroit ? Pour donner un peu d'ombre et de fraîcheur à aux orateurs.

«Pour comprendre Jérusalem, vous devez rester ici», a déclaré Spielman. “Nous avons été exilés en 70   et avons prié trois fois par jour et finalement avons créé un État. Le dernier souffle des Juifs est ici  "

Spielman désigna du frêne noir découvert le long de la route et mentionna les milliers de pièces de monnaie découvertes par les archéologues portant l'inscription «Libérer Sion».

«C'était le cri de guerre lors de la bataille contre les Romains» a-t-il expliqué.

"Ils ont fabriqué des pièces et non des pointes de flèches, car ils savaient qu'ils ne pourraient pas battre Rome, mais ils ont fabriqué ces pièces pour laisser quelque chose aux personnes qui reviendraient un jour."

La Cité de David et ses découvertes ont changé notre compréhension de l'histoire.
C'est une chose de lire la Michna, d'imaginer ou de visualiser à quoi ressemblait autrefois la vie des Juifs.
C’est tout à fait autre chose de marcher exactement sur la même route où ils ont marché"

Depuis quelques mois, à la Cité de  David ont travaillent sans relâche pour relier la partie excavée de la route à la piscine de Shiloah.

C'est un travail fastidieux qui doit être fait lentement. Chaque pouce excavé doit être renforcé avec des poutres en acier pour protéger la ville moderne située au-dessus.

Le projet a coûté plusieurs centaines de millions de dollars et, bien que le gouvernement ait fourni une partie du budget, il provient principalement de donateurs privés, tels que Sheldon et Miriam Adelson, du fondateur d'Oracle Larry Ellison et du cofondateur de WhatsApp, Jan Koum.

Prochainement,  lorsque la route se ouverte officiellement  elle attirera environ un million de visiteurs par an.

Yisrael Hasson, directeur de l'Autorité des antiquités israéliennes, a déclaré: «Ce projet, route des pèlerins, fait partie du plan Shalem, qui a été approuvé par le conseil des ministres, dans le but de préserver et de développer la zone de l'ancienne Jérusalem.

Le plan concerne les sites de l'ancienne Jérusalem ce qui permettra de créer une expérience de visite globale dans cette région unique.

Nous en sommes actuellement à la deuxième phase du plan, ce qui améliorera considérablement la compréhension de l'histoire de Jérusalem.

«Le plan Shalem fait partie de la nouvelle vision de l'Autorité des antiquités israéliennes qui consiste à devenir une organisation basée sur des initiatives de préserver le patrimoine national juif et les sites culturels en Israël.»

Orenstein a souligné que cela prouve la longue et historique relation juive qui unit Jérusalem au peuple juif, non seulement dans les quartiers où vivent les Juifs mais dans toute la ville, même si cela vous mène sous les maisons et les rues de quartiers arabes comme Silwan.

L'ambassadeur américain David Friedman est d'accord.
"La Cité de David apporte la vérité et la science à un débat trop longtemps entaché de mythes et de mensonges", a-t-il déclaré au magazine.

"Ses découvertes, la plupart faites par des archéologues laïques, mettent fin aux efforts sans fondement visant à nier le fait historique de la relation ancienne de Jérusalem avec le peuple juif."

J'ai demandé à Friedman pourquoi la découverte de la route des pèlerins était importante pour le gouvernement américain.

"Le public américain a apporté un soutien considérable à la Cité de David", a-t-il déclaré. "C'est encore un autre exemple - et un grand exemple - de la reconnaissance des valeurs judéo-chrétiennes sur lesquelles les deux nations ont été fondées."

La route de pèlerinage, a déclaré Friedman, est «une preuve étonnante et tangible» de la prière juive à l'époque du Second Temple.

"Cela donne vie à la vérité historique de cette période capitale de l'histoire juive", a-t-il ajouté.

«La paix entre Israël et les Palestiniens doit être fondée sur un fondement de vérité.
La Cité de David fait progresser notre objectif collectif consistant à rechercher une résolution fondée sur la vérité. C'est important pour toutes les parties du conflit. »

Pour Spielman, la cité de David est le
« cœur du peuple juif »et« vous ne pouvez pas l'amputer. »

J'ai demandé à Friedman ce qui se passerait si un accord de paix était conclu un jour entre Israël et les Palestiniens.

Est-il possible de demander à l'Etat juif d'abandonner la Cité de David ou Silwan?

"Je ne crois pas qu'Israël tiendrait compte d'une telle idée", a-t-il déclaré. «La Cité de David est une composante essentielle du patrimoine national de l'État d'Israël.
Ce serait comme si l'Amérique rendait la Statue de la Liberté. "

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi