Israël : l'expérience du kibboutz désormais ouverte aux nomades numériques

Actualités, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : l'expérience du kibboutz désormais ouverte aux nomades numériques

La vie professionnelle des nomades numériques - pigistes, blogueurs, entrepreneurs et employés en télétravail depuis leur domicile, un café ou une bibliothèque publique - est heureusement exempte de trajets quotidiens et de pointage.

C'est pourquoi des programmes comme Remote Year et WiFi Tribe font leur apparition dans le monde entier pour donner aux travailleurs indépendants un moyen de voir le monde tout en travaillant dans un environnement social stimulant pendant un certain temps.

Un ancien nomade numérique israélien donne à cette idée une touche israélienne unique avec Gather, un programme d'un mois permettant à des groupes de nomades numériques de travailler à distance tout en faisant l'expérience de la vie communautaire dans les kibboutz et en profitant de contenus sur place tels que des cours de formation professionnelle et d'entraînement physique.

"J'ai réalisé que le kibboutz a tout ce dont les travailleurs nomades ont besoin parce que ce sont des communautés où les gens vivent, travaillent et jouent ensemble. Tout se trouve sur place, comme par exemple la salle à manger, l’épicerie et le service de blanchisserie ", explique Omer Har-shai, 30 ans, cofondateur de Gather. "Et il y a la valeur ajoutée de l'environnement naturel et de l'agriculture."

Le premier groupe de 25 personnes, sélectionnées parmi plusieurs centaines de candidats en ligne d'Amérique du Nord, d'Europe et d'Australie, se réunira au kibboutz Kfar Blum dans la vallée du Jourdain en décembre. Le deuxième groupe passera le premier mois de 2020 au kibboutz Tuval en Haute Galilée.

"Kibboutz" signifie "rassemblement" et c'est ce qui donne son nom – "Gather" - à la nouvelle entreprise.

Le mouvement des kibboutz est un modèle coopératif de vie et de travail unique en Israël, enraciné dans l'agriculture. Le premier kibboutz, Degania, a été établi près de la mer de Galilée en 1910. Aujourd'hui, plus de 120 000 personnes vivent dans 270 kibboutzim à travers Israël.

Les volontaires étrangers sont depuis longtemps attirés par la vie dans les kibboutz et la possibilité de nouer des liens personnels étroits sur une courte période. Les kibboutzim accueillent les mains supplémentaires dans les champs, les usines d'emballage, les étables, les poulaillers, la coopérative, etc.

Gather réinvente l'expérience du bénévolat dans les kibboutz en tant qu'option pour les jeunes du millénaire, adaptée aux ordinateurs portables. Bien que les participants puissent faire du bénévolat à n'importe quel titre et pendant autant d'heures qu'ils le désirent, la priorité est de faire leur propre travail dans un cadre inhabituel et motivant.

"La génération d'aujourd'hui veut voyager et vivre des expériences incroyables sans compromettre sa carrière et sans devoir reprendre sa vie à zéro à son retour à la maison", explique Har-shai à ISRAEL21c.

"Un bureau avec vue" sur le kibboutz Tuval, en Haute Galilée. Photo par Almog Gurevich pour Gather

"Un bureau avec vue" sur le kibboutz Tuval, en Haute Galilée. Photo par Almog Gurevich pour Gather

"Nous pensons que cet environnement encouragera vraiment une plus grande productivité parce qu'ils mèneront une vie plus équilibrée, peut-être en commençant leur journée en travaillant quelques heures dans les champs et en prenant leur petit déjeuner dans le réfectoire principal.

Pour un montant variant entre 2 000 $ et 3 000 $ par mois, les participants de Gather bénéficient d’un hébergement simple, d’un espace de bureau partagé et d’un accès aux installations du kibboutz, souvent une piscine ou des courts de tennis.

Les activités organisées peuvent inclure des randonnées pédestres, du yoga, des conférences et des excursions de fin de semaine dans des endroits comme Tel-Aviv et Jérusalem.

Har-shai, qui a de l'expérience dans le marketing, les ventes et le développement des affaires, a proposé son idée à 40 kibboutzim.

"Presque tous sont ouverts à l'idée. Les deux partenaires avec lesquels nous nous sommes associés pour commencer sont à la fois verts et beaux, mais différents l'un de l'autre. Le kibboutz Tuval est isolé et calme ; le kibboutz Kfar Blum est plus traditionnel avec un supermarché et un pub sur place. Nous aiderons chacun à trouver le kibboutz qui lui convient."

Un troisième lieu "Gather" est prévu dans l'Arava, la bande nord-est du désert du Néguev, où pousse la plus grande partie de l'agriculture israélienne.

Chaque site aura un responsable de la communauté sur place à plein temps pour s'assurer que tout se passe bien, explique Har-shai.

Reconnaissant les nombreux programmes numériques nomades déjà disponibles, dont Selina, fondée par Israël et concentrée principalement en Amérique du Sud, Har-shai souligne que Gather n'avait pas besoin de construire d'infrastructure car elle était déjà en place dans le kibboutz.

"Nous ne réinventons pas la roue, nous offrons juste une nouvelle approche pour l'ère du Wi-Fi et du travail à distance - vivre et faire du bénévolat dans un kibboutz tout en gardant votre emploi quotidien."

Source : ISRAEL21c

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi