Israël : les relations israélo-égyptiennes au beau fixe

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : les relations israélo-égyptiennes atteignent des sommets

Tous deux veulent en effet la paix avec les Palestiniens et la victoire sur le terrorisme.

Le vaste boulevard à six voies menant de l'aéroport international du Caire au centre-ville est bordé de bâtiments et de bureaux reliés aux puissantes forces militaires égyptiennes. Les hôtels s'adressent aux officiers de l'armée de l'air et les bâtiments commémorent, avec de magnifiques peintures murales, l'histoire de combat du pays. On y voit des soldats égyptiens traverser le canal de Suez en 1973 pour frapper les forces israéliennes dans le Sinaï.

Beaucoup d'Egyptiens considèrent la guerre de 1973 comme une victoire. De cette guerre est né le traité de paix signé à Washington en 1979 entre le président Anwar Sadat et le Premier ministre Menachem Begin. Les initiés disent qu'Israël et l'Égypte vivent la coopération la plus étroite depuis des décennies, basée sur des intérêts communs.

En surface, il n'y a rien qui le montre. Israël n'était pas représenté à la Foire internationale du livre du Caire qui s'est achevée vendredi. Les réunions officielles avec les Israéliens sont controversées - un parlementaire nommé Tawfik Okasha a été fortement réprimandé pour s'être entretenu avec l'ambassadeur israélien l'an dernier.

Israël a rouvert son ambassade, bien que dans un quartier plus petit, en septembre 2015, quatre ans après qu'une foule en colère l'ait assaillie pendant le chaos du printemps arabe. «Nous travaillons ensemble dans un souci de stabilité et de prospérité au Moyen-Orient. L'Egypte sera toujours l'état le plus grand et le plus important de notre région ", a déclaré le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Dore Gold. Toutefois, des rapports ont indiqué que le bâtiment de l'ambassade lui-même ne serait pas rouvert et que la résidence de l'ambassadeur serait utilisée jusqu'à ce qu'un emplacement approprié soit trouvé.

Cela montre que la relation avec Israël est multi-couches. Une grande partie de la population est hostile à Israël, nourrie par les médias populistes. Cela peut avoir légèrement changé pour le mieux ces dernières années. "Il y a encore beaucoup de ouï-dire et de théories du complot en cours", a déclaré Ayman el-Khatib, un ancien professeur.

Une grande partie de la population est hostile à Israël, nourrie par les médias populistes.

Une grande partie de la population est hostile à Israël, nourrie par les médias populistes

L'Egypte et Israël partagent tranquillement des intérêts stratégiques dans la région. Les dirigeants égyptiens voient le résultat du printemps arabe comme une instabilité incroyable et une hausse de l'extrémisme islamiste . Au cours de discussions avec des personnes connaissant la situation actuelle, on a souligné que le Caire considérait le conflit dans la région comme un conflit entre l'islam politique, comme les Frères musulmans et ses affiliés, et des régimes plus traditionnellement «laïques».

La relation égypto-israélienne est aussi un fondement de la politique américaine dans la région. Avec les États-Unis fournissant plus de 80 milliards de dollars de financement pour l'Égypte depuis les Accords de Camp David en 1978, et un soutien militaire semblable pour Israël, les deux pays ont beaucoup en commun. "Les relations bilatérales sont les meilleures de l'histoire récente" et "la relation avec Israël n'a jamais été meilleure", ont déclaré des initiés.

Le 22 décembre, l'Égypte a retiré un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant les colonies israéliennes, après les rapports qualifiés de lobbying "frénétique" par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le porte-parole du président Abdel Fattah al-Sisi a déclaré aux journalistes qu'ils allaient permettre à l'administration américaine entrante de Donald Trump d'aborder la question.

Le Conseil de sécurité a adopté un jour plus tard une résolution qui a été validée par la Nouvelle-Zélande, le Venezuela, le Sénégal et la Malaisie. L'Égypte a fini par soutenir une résolution qu'elle avait retirée.

Aujourd'hui, l'Égypte veut que Washington déclare la Fraternité musulmane qui a été éjectée du pouvoir en 2013, comme une organisation terroriste et elle voit un intérêt pour la lutte contre le terrorisme aux côtés d'Israël. L'Islam politique du Hamas est considéré comme similaire à celui de la Fraternité. La semaine dernière, l'Egypte a détruit six tunnels reliant la bande de Gaza et le Sinaï.

Les diplomates et les politiciens égyptiens craignent que le déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem puisse enflammer la région. Les commentaires de Trump avant d'être assermenté au sujet du déménagement de l'ambassade ont causé beaucoup d'inquiétude au Caire, et ils soulignent que cela ne doit pas se produire.

En 1978, Sadat a souligné la nécessité de donner des droits aux Palestiniens. L'Egypte soutient toujours qu'Israël doit faire la paix avec l'Autorité palestinienne et créer ce qui, selon une source, est une "solution gagnant-gagnant pour les Palestiniens et Israël". Cela devrait être inspiré de l'Initiative de paix arabe de 2002 qui appelle Israël à se retirer de la Judée Samarie en échange de la reconnaissance par les Etats arabes.

Ils craignent que le public israélien continue à dériver vers la droite, ce qui rendrait toute solution impossible. Ils ont porté une attention particulière à l'adoption de la «loi sur la réglementation» la semaine dernière et pensent qu'elle mènera à une tentative d'annexer la Judée-Samarie.

Selon le Dr Eric R. Mandel, fondateur et directeur du Middle East Political and Information Network, qui a récemment dirigé un voyage en Egypte organisé par Keshet Insight Seminars, il y a lieu d'être optimiste. "Ils devraient élargir et renforcer leurs relations avec Israël, non comme une faveur faite à Israël, mais pour faire progresser les intérêts égyptiens, y compris le renforcement des relations américaines."

Mandel voit beaucoup à gagner pour l'Egypte dans la coopération sur le développement des ressources en eau douce et le dessalement qui peuvent bénéficier à la population croissante du pays. Il soutient que la relation ne devrait pas être prise en otage par la question palestinienne. "Ils sont handicapés par des générations d'incitation contre Israël", a-t-il souligné. "S'ils pensaient en quelque sorte hors des normes communément admises, ils pourraient améliorer profondément leur situation économique et leur relation avec les États-Unis."

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi