Israël: le parcours atypique de quatre anciens manuscrits

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
le parcours atypique de quatre anciens manuscrits

Après 50 ans sur une étagère poussiéreuse en Allemagne, des manuscrits en hébreu reviennent en Israël.

Lorsque Leor Jacobi s'est rendu dans une bibliothèque catholique de la ville allemande de Mayence pour examiner leur collection de Judaica, il a été surpris de découvrir trois manuscrits hébreux centenaires perchés sur une étagère poussiéreuse depuis environ 50 ans.
Ce sont les responsables même de cette bibliothèque qui lui ont montré ces trois manuscrits.

Leor Jacobi, docteur en art juif à l'Université Bar-Ilan en Israël, s'est rendu à Mayence en mars.

Il était là en tant qu'invité de l'Université Johannes Gutenberg pour étudier la version particulière du livre de prières de Yom Kippour à Mayence. Mayence est connue sous le nom de Magentza en yiddish.

Durant sa  visite à la bibliothèque Martinus, Leor Jacobi a pu voir l'impressionnante collection d'art juif, comprenant des livres et des manuscrits rares.
Le directeur de la bibliothèque, Helmut Hinkel, a ensuite sorti trois rouleaux qui n'ont jamais été catalogués et a demandé à Leor Jacobi de lui dire ce qu'ils étaient.

Leor Jacobi a déterminé que deux des rouleaux étaient des versions ashkénazes du livre d'Esther datant d'au moins 200 ans. Le troisième était le début d'un rouleau samaritain de la Torah, comprenant les chapitres de la Genèse et de Noé.

Les rouleaux, dit-il, avaient été achetés par Nikolaus Adler en Israël dans les années 60 dans une boutique de souvenirs au prix de 25 dollars environ.
Nikolaus Adler est un prêtre catholique de Mayence décédé en 1970.

Leor Jacobi a rédigé un résumé d’une page sur chacun des manuscrits de la bibliothèque, afin que ses responsables puissent comprendre ce qu’ils avaient en leur possession, sans jamais imaginer qu’il reverrait les manuscrits.

Il a déclaré qu'un des rouleaux d'Esther, était une pièce rare et unique ,en ce sens qu'il était écrit en colonnes de longueur inégale, devait avoir une valeur sentimentale pour son propriétaire puisqu'il se trouvait dans un conteneur en laiton personnalisé. Leor Jacobi se demandait comment cela s'était-il  retrouvé entre les mains d'un marchand de souvenirs israélien, vendu à un prêtre et emmené en Allemagne.

Peu de temps après son retour en Israël, Leor Jacobi reçut un appel de Hinkel lui demandant s'il souhaitait aider la bibliothèque de Mayence à remettre les rouleaux à une bibliothèque en Israël. Leor Jacobi a déclaré qu'il avait consulté ses mentors à Bar-Ilan et qu'ils étaient tous d'accord pour que les manuscrits soient déposés à la Bibliothèque nationale d'Israël.

Leor Jacobi, qui a une maîtrise en Talmud, a accepté de retourner à Mayence le mois dernier pour récupérer les rouleaux, et a donné une conférence sur le Livre d’Esther dans le cadre de la cérémonie de passation des pouvoirs.

Et quand on lui a remis les rouleaux, il y en avait un quatrième, qui avait été découvert derrière certains des livres sur cette même étagère poussiéreuse. Et celui-ci était un peu plus rare: un parchemin du Cantique des Cantique  (Le Cantique des Cantiques est lu dans la synagogue le Chabbat de la Pâque.)

Les manuscrits Esther rejoindront la collection d'environ 200 manuscrits incomplets et complets d'Esther datant des XV e et XX e siècles, originaires d'Europe, du Yémen, de l'Iran, de l'Irak et du nord de l'Afrique. La bibliothèque possède également huit manuscrits samaritains de la Torah datant des XIIIe et XXe siècles.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi