Israël : le Hamas utilise What'app pour récolter des informations sur les soldats de Tsahal

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le Hamas a mis la main sur les informations confidentielles.

LE HAMAS UTILISE WHATSAPP POUR RECOLTER DES INFORMATIONS SUR LES FORCES DE L'ARMEE ISRAELIENNE

Les FDI ont mis en garde leurs soldats et de signaler tous les messages suspects à leurs supérieurs.

Le Hamas a de nouveau essayé d'obtenir des renseignements des troupes israéliennes stationnées le long de la frontière avec Gaza à l'aide d'applications de messagerie en ligne.

Se présentant comme des soldats, les membres du Hamas ont contacté les troupes par le biais du service de messagerie texte WhatsApp et ont demandé des informations telles que des mouvements de troupes.

Un soldat servant dans la brigade de parachutistes a reçu un SMS sur WhatsApp d'une personne inconnue lui demandant de lui envoyer les dates des prochains exercices que la brigade comptait organiser dans les mois à venir et au moment où les troupes devaient quitter la zone.

Bien que l'agent du Hamas ait envoyé au soldat des informations sur la brigade, probablement auprès d'un autre soldat qu'il avait contacté, le parachutiste n'a divulgué aucun renseignement et a alerté ses commandants. 

Selon Ynet News, une enquête a été ouverte sur la manière dont le membre du Hamas a mis la main sur les informations confidentielles.

L’unité du porte-parole de l’armée israélienne a reconnu les efforts déployés par le Hamas pour collecter des informations auprès des soldats, affirmant dans un communiqué:

"Les forces de défense israéliennes sont au courant des activités de l’ennemi et suivent leurs activités sur les médias sociaux. Nous invitons tout le personnel civil et militaire à agir avec prudence. de manière responsable.

« Nous tenons à souligner que cette année marque l'anniversaire de l'opération Heartbreaker, où l'armée israélienne a démontré l'activité du Hamas contre des soldats de Tsahal sur les réseaux sociaux. L'opération a grandement contribué à la sensibilisation et la vigilance des soldats. », a ajouté l’armée.

Les FDI ont récemment lancé deux opérations découvrant des réseaux de membres du Hamas essayant d'attirer des soldats par le biais d'applications pour smartphones.

Selon l'armée, des centaines de personnes soupçonnées d'approcher des soldats en ligne depuis janvier 2017 ont été signalées.

L'armée a d'abord découvert la tentative du Hamas d'enregistrer des hommes en ligne en janvier, dans le cadre d'une opération baptisée "Hunter's Network" (réseau du chasseur), au cours de laquelle des dizaines de comptes sur des réseaux sociaux comme Facebook ont été identifiés comme étant exploités avec des identités fausses ou volées, dans le but d'extraire des informations classifiées. soldats réguliers et réservistes. 

La direction du renseignement militaire de l'armée israélienne a ensuite lancé «Opération Heartbreaker» et a dévoilé une autre cellule derrière des actions en ligne suspectes visant les soldats sur les réseaux sociaux, ainsi que sur des applications de messagerie telles que WhatsApp, utilisant des numéros israéliens pour permettre aux soldats de télécharger des applications depuis la boutique officielle de Google.

L'armée a exhorté les troupes à ne confirmer que les demandes d'amitié de personnes qu'ils connaissent personnellement, à ne télécharger aucune information classifiée sur un réseau social et à ne télécharger que des applications à partir de l'App Store d'origine (plutôt que de télécharger des applications à partir de liens).

Les soldats ont également été avertis que s’ils étaient approchés en ligne par un étranger, ils devaient savoir qu’il pourrait s’agir d’une tentative d'extorsion d'informations et de localisation , particulièrement si la personne refuse de rencontrer physiquement  le soldat contacté.

Les FDI ont exhorté tous les soldats, y compris les réservistes, à signaler à leur commandant et aux responsables de la sécurité si la personne suspecte leur demandait de télécharger des applications et si elle estimait que leur téléphone avait pu être contaminé par un virus permettant de les localiser.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi