Israël: le Dôme du Rocher est inspiré du Temple juif

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : le Dôme du Rocher est inspiré du Temple juif

Les découvertes archéologiques et les documents historiques montrent que le Dôme du rocher est inspiré du Temple juif. Les résultats sont présentés aujourd'hui à la Knesset.

L'archéologue Assaf Avraham, ancien directeur du Jerusalem Walls National Park of the Parks Authority, est invité à la conférence d'ouverture du lobby de la Knesset pour renforcer les liens juifs avec le patrimoine du Mont du Temple.

Lors de l'événement, Avraham devrait exposer des données et des preuves suggérant que le Dôme du Rocher a été inspiré par le Temple juif. Dans une interview, il résume la recherche qui sera discutée lors de la conférence:

"La conférence est la continuation d'une conférence précédente datant d’il y a quatre mois lorsque j'ai publié une découverte d'écrits d'il y a mille ans, des écrits du village musulman Nuva près de Hevron, qui mentionne le terme "Sachrat Beit El Maqdis", traduit comme: "Le rocher du Temple Saint ".

Selon Avraham, cette découverte faite il y a quelques mois «rejoint les preuves de la littérature musulmane primitive qui définit le Dôme du Rocher comme Beit El Maqdis (Beit Hamikdash)».

"Avec mon collègue Peretz Reuven, nous avons montré qu'au début de la période islamique, la structure du Dôme du Rocher était attribuée à la tradition clairement tirée de la foi juive, le foyer rituel de la structure étant la pierre de fondation. La prière se dirigeait alors face à la pierre de fondation jusqu'à un temps très récent. Des peintures de la fin du 19e siècle montrent des adorateurs agenouillés vers la pierre de fondation et non vers la Mecque. Il ne fait aucun doute que la source originale de la sainteté du lieu est le Temple », dit Avraham.

Maquette du Temple de Jérusalem

Maquette du Temple de Jérusalem

Lorsqu'on lui a demandé si, selon sa compréhension, la construction du Dôme du Rocher était précisément coordonnée avec la géographie du Temple, Avraham a répondu avec insistance: "Sans doute, lorsque les musulmans arrivèrent au VIIe siècle et même probablement avant, ils absorbèrent la foi juive qui est ensuite entré dans la foi musulmane. C'est le Coran qui est lourdement chargé d'histoires bibliques. La perception musulmane dans son ensemble est une conceptualisation monothéiste qui correspond à la foi juive et il existe de nombreux exemples de cela".

"Même la construction du bâtiment à l’endroit exact du Saint des Saints visait à préserver la mémoire de la sainteté du lieu", explique Avraham, ajoutant que la théologie de remplacement, à savoir la croyance que leur religion remplace la religion juive, une croyance connue principalement en rapport avec le christianisme, est également devenue l'héritage de l'islam.

"Les premiers chrétiens se considéraient comme les nouveaux Juifs et ce phénomène affectait aussi les musulmans, qui se voyaient comme porteurs des traditions de la foi monothéiste et les vrais disciples de la Bible. Muhammad était considéré comme le Messie, et ils espéraient que les Juifs coopéreraient. Au début, Jérusalem était la direction déclarée pour la prière et le jeûne central était Yom Kippour, mais lorsque les Juifs ont refusé de coopérer, ils ont changé la direction de la prière vers la Mecque. Ce n'est pas une surprise, mais le renforcement d'une théorie existante. "

Avraham souligne que tout ce qu'il dit et toutes les idées présentées à sa conférence ne sont pas les siennes. «Ce ne sont pas des idées que j’ai moi-même élaborées mais qui s'appuient sur des études de gens célèbres de l'époque musulmane. Ce n'est pas ma découverte. Ma découverte est l'échantillon d'écriture du village de Nuva précédemment inconnu dans l'érudition occidentale. C'est une preuve supplémentaire qui renforce la question, ainsi que d'autres constatations telles que les pièces musulmanes avec une ménorah à sept branches et d'autres conclusions.

En ce qui concerne la réponse attendue des musulmans arabes et des musulmans religieux contemporains, Avraham dit: «Je ne suis pas un politicien, je viens présenter les faits au fur et à mesure qu'ils sortent du sol. En outre, le patrimoine musulman doit aussi se respecter et voir de quelle manière il est lié à leur foi aujourd'hui, mais ce sont toutes des questions politiques et sociales qui m'intéressent moins ".

Source : Arutz 7

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi