Israël: l'acronyme HOB soulève une vive émotion auprès des habitants de Bat Yam et de Holon

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
l'acronyme HOB soulève une vive émotion auprès des habitants de Bat Yam et de Holon

Pour les résidents de Holon et de Bat Yam, l’acronyme "HOB" est un mot péjoratif les désignant comme des barbares qui ne savent pas se comporter en société.

Ils ont donc été surpris de constater que le réseau Tiv Tame utilise le surnom sur son site officiel pour désigner les résidents de ces deux villes
L'entreprise l'a retirer de son site et s'en excuser auprès de ses clients

Un étranger ne  peut pas comprendre cette expression mais pour les habitants de Holon et de Bat Yam, le mot "HOB" est encore considéré comme un terme péjoratif qui ne devrait pas être utilisé.
"Tiv Tame l'enseigne en question ignorait la connotation négative et la façon dont il est perçu par un segment important de sa clientèle et s'en excuser"

La découverte embarrassante s'est produite il y a quelques semaines. Un résident de Holon a ensuite révélé qu'après avoir passé une commande de produits alimentaires sur le site Web de Tiv Tame la zone de livraison était indiqué avec le mot "HOB".
L'homme a été furieux et l'a fait savoir sur les réseaux sociaux et auprès de l'enseigne.

La société a compris son erreur et s’est empressée de changer la région en Holon et Bat Yam et a même présenté ses excuses au client concerné.

Nous avons voulu comprendre pourquoi l’acronyme qui unit les deux villes voisines est considéré comme un mot aussi péjoratif?

Une recherche sur Internet a révélé que sur la page de Wikipedia, le mot "HOB" est défini comme une expression en argot qui représente les habitants de Bat Yam et de Holon: Une expression de mépris, considérant une personne comme un barbare qui ne sait pas comment se comporter en société. "

Les résidents locaux peuvent également expliquer. "C’est un mot qui nous est resté, qui date de l’époque où les deux villes étaient traitées comme une seule entité et  leurs habitants étaient dénommés de manière péjoratives par les termes" ermites "," barbares "et" sudistes "par rapport aux" nordistes "les habitants de Tel Aviv

Cela a changé pour le mieux, nous avons à présent une belle promenade, une éducation de haut niveau, et ce surnom est un mauvais souvenir qui devrait, avec le temps ,disparaître  "affirme un habitant de Bat Yam.

Même à Holon, qui a connu un bouleversement et qui est aujourd'hui considéré comme la ville des enfants, refuse d'accepter leur surnom unificateur par les voisins de l'ouest

"C'est une ville différente, avec un style bien à elle et elles ne sont vraiment pas liées .
Une fois, nous avons essayé de nous associer à Rishon LeZion également, mais nous n'avons pas réussi", déclare Frieda Cohen de Holon, retraité du secteur de l'éducation.

Je ne suis pas offensée par le mot, mais évidemment, lorsque vous n'obtenez pas le respect de votre différence, lorsque l'on nous refuse notre distinction c'est assez insultant, nous savons tous que cela vient du langage condescendant de Tel-Aviv, les nordistes."

Les jeunes de la région ne se sentent pas concernés par ce surnom péjoratif, selon eux ces deux villes n'ont rien à voir. " Il vaut mieux en rire". dit un élève du lycée à Bat Yam, ajoutant: "Les habitants de Holon meurent d'envie de prendre quelques jours de congés pour aller à la plage, et nous nous l'avons, la plage ."

La réponse de Tiv Tame indiquait en réponse:  "Il s’agit d’un raccourcissement innocent du nom de la région et des initiales des villes centrales situées dans la même zone de transit géographique." tout simplement

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi