La secte de Jérusalem :les femmes esclaves et leurs conditions de vie - vidéo-

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Il y a cinq ans, une  journaliste de la chaîne de télévision israélienne 12 est entré dans la petite maison de Jérusalem où son propriétaire est soupçonné d’esclavage,.
Des dizaines de femmes et d’enfants vivaient entassées dans des conditions misérables dans 2 petites pièces. 

Elle a été frappée par les conditions de précarités, et a réalisé que quelque chose de suspect se passait dans ces petites pièces. Mais, malgré les tentatives de persuasion, aucune des femmes n'a accepté de porter plainte et l'homme qui se définit comme un rabbin a continué  de régir son domaine avec ses esclaves comme il le souhaitait jusqu'à hier.

il a fallu cinq ans pour rassembler des preuves, des témoignages et des photos qui transmettront l'horreur dans la petite maison de Jérusalem.

Une maison, dans laquelle je suis entrée il y a près de cinq ans pour essayer de comprendre ce qui se passait dans les coulisses, où les autorités n'ont pas d'yeux et les femmes n'ont pas de bouche.

Je ne pouvais pas vraiment comprendre le rabbin ait accepté de me faire rentrer et je me suis dit que tout serait finalement plus clair par la suite et ainsi confirmer, comme il me le disait que nous les médias "disons des bêtises".

Ensuite, nous sommes entrés, avec un petit appareil photo que je portais, il y avait également un autre appareil photo, celui qu'ils ont apporté. Le rabbin et ses "co-locataires" ont cherché à voir chaque photo prise  chaque question que je posais et les réponses reçues.
Personne n'a répondu à aucune question sans que cela soit vérifier préalablement par le dit rabbin.
Il a vérifié chaque séquence, malheur à celle qui aurait mal répondu, elle le paiera cher mais comment ? Elles seules le savent et maintenant moi aussi alors les horreurs sont exposés sous mes  yeux et à mes oreilles.

Comment ai-je eu vent de cette secte ?

Un jour, je suis tombée , sur un post sur Facebook, c'était celui d'une maman qui voulait juste prendre soin de sa fille. L'amour qu'elle avait pour elle était immense et elle se faisait du soucis pour elle.
Elle était inquiète et pensait que quelqu'un "avait ensorcelé" sa fille.
Une fille diplômée de l'armée, une soldat exceptionnelle qui est monté dans un bus un jour et n'est jamais rentrée chez elle

C'est dans ce bus qu'elle a rencontré un membre de la secte qui  l'a convaincue d'entrer et d'être membre à son tour du  Beit Midrash à Jérusalem.

Après que nous ayons commencé à accumuler de plus en plus de témoignages de parents, le rabbin n'a pas pu l'ignorer et a accepté de me présenter comme journaliste dans son séminaire.

L'endroit était impeccable mais le nettoyage ne pouvait pas cacher la dure vie de la maison.

Deux minuscules chambres où environ 30 jeunes filles dorment, certaines même mineuresIl y avait une femme avec un bébé - elle a épousé un homme que le rabbin lui avait ordonné. Une salle de bain, une douche (ne vous y trompez pas, il n'y a pas trop d'eau chaude même pour une douche rapide dont chaque personne a besoin).

Des matelas dans le salon ou dans les chambres, des lits superposés pour les plus âgés et ce qui m'a le plus ennuyé, c'est que j'ai demandé d'ouvrir le réfrigérateur - il était vide. Et la nourriture qui était là était expirée.

Suite à nos publications, la police et les autorités ont fait une descente dans la maison, mais les filles ont continué à garder le silence, peut-être par peur. A présent selon la police, il existe des preuves. Peut-être ont-ils cessé d'avoir peur et peut-être ont-ils réalisé que la vie "dans le midrash beit" est un cauchemar. Peut-être que la justice sera enfin rendue.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi