Israël : la banque Mizrahi-Tefahot toujours en grève

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : la banque Mizrahi-Tefahot toujours en grève

La grève des employés de la Banque Mizrahi-Tefahot est entrée dans son huitième jour aujourd'hui, sans aucune  nouvelle indication de la direction de la banque. Les employés ont quitté la table des négociations.

La banque Mizrahi-Tefahot est la quatrième plus grande banque d’Israël et la plus grande banque hypothécaire du pays, détenant 37% des prêts hypothécaires. La grève provoque des perturbations sur le marché des prêts hypothécaires.

Le comité des travailleurs affirme que la banque n'a pas signé de nouveaux accords de salaires en 2016-2017, ce qui affecte 4300 employés. Il demande que de nouveaux contrats soient proposés.

Israël : la banque Mizrahi-Tefahot toujours en grève

Israël : la banque Mizrahi-Tefahot toujours en grève

Il y a trois jours, un rapport dans The Marker a déclaré que les deux parties étaient proches d'un accord dans tous les domaines, en particulier les augmentations et les bonus d'ici 2020, mais les représentants des travailleurs ont finalement fait échouer les négociations en raison de deux questions qu’ils refusent d'accepter, à savoir l’interdiction de faire grève pendant la période où les nouveaux contrats sont en vigueur et un plan de retraite volontaire.

La direction de la banque affirme que 95% des succursales sont ouvertes, mais beaucoup d'entre elles qui ne sont exploitées que par des gestionnaires, ne sont pas en mesure de fournir un service complet.

Les clients engagés dans des emprunts-logement sont les plus touchés par la grève, car ils ne peuvent pas obtenir de prêts hypothécaires ou même d'estimations pour les prêts hypothécaires pour comparer les taux avec ceux d'autres banques.

Hier, la chef des ressources humaines de la banque, Rita Rubinstein a envoyé un courriel aux employés, leur annonçant clairement qu'ils ne seront pas payés pour les jours de grève. Rubinstein a illustré ses paroles « pour les cinq premiers jours de la grève, un employé touchant un salaire mensuel d'environ 10 000 NIS, se verra retenir la somme approximative de 2.250 NIS sur son prochain salaire. Chaque jour supplémentaire de grève sera également retenu », a écrit Rubinstein .

Hier également, le comité des travailleurs dirigé par Daniel Dahan a tenu une autre manifestation devant les bureaux de gestion de la banque à Ramat Gan, accompagné d'environ cent participants. "Notre lutte est une première flamme qui allume le feu de protestation publique en Israël", a déclaré Dahan.

Source : Jewish Press

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi