Israël: transformer la tragédie en triomphe de la coexistence

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: transformer la tragédie en triomphe de la coexistence

En 2012, la petite Rozana Salawhi, âgée de quatre ans, est tombée du neuvième étage de l'appartement de sa famille dans un village près de Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne.

Sa mère, la journaliste Maysa Abu Ghannam, a insisté pour que l'enfant soit emmené au Centre Médical Hadassah à Jérusalem parce qu'elle savait que son expertise dans les soins d'urgence pédiatriques dépassait largement celle de l'hôpital local. Cette décision a probablement sauvé la vie de Rozana.

A l’autre bout du monde, le président de Hadassah Australie, Ron Finkel, a regardé une vidéo sur l'histoire de Rozana et a été inspiré pour utiliser cet incident comme base pour un nouveau pont de compréhension en partageant l'expertise médicale entre Israéliens et Palestiniens.

Ayant vécu en Israël pendant neuf ans, il savait que la santé était un secteur clé pour l'engagement.

"Dans le domaine des soins de santé, chaque minute, chaque jour, les Palestiniens et les Israéliens interagissent de manière significative. Cent mille permis sont accordés chaque année aux Palestiniens pour qu'ils puissent se faire soigner dans les hôpitaux israéliens ", explique Finkel.

Et il savait que les Israéliens étaient prêts à travailler avec des collègues arabes pour améliorer la qualité des soins dans les territoires administrés par l'AP et à Gaza.

"Israël possède l'un des systèmes de santé socio-médicale les plus avancés au monde; Les Palestiniens ont le besoin et le désir d'améliorer leur système de santé pour s'assurer que tous les membres de leur communauté aient accès au même niveau de soins que leurs homologues israéliens », explique le capital-risqueur dont le fils est né au Hadassah Medical Center en 1981.

Le projet Rozana a été lancé en 2013 - la même année, de nombreux dirigeants palestiniens ont commencé à décourager toute activité signalant une «normalisation» parmi les Arabes et les Juifs. Cette politique a réduit davantage les points de contact entre les deux populations, mais dans les hôpitaux l'interaction quotidienne a continué comme toujours.

"Si vous ne connaissez pas 'l'autre', vous pouvez croire tout ce qu'on vous dit à son sujet", dit Finkel. Il est fier que le conseil d'administration australien de Project Rozana comprenne trois musulmans, trois juifs et quatre chrétiens.

Rozana Salawhi et sa mère, Maysa Abu Ghannam. Photo gracieuseté du Projet Rozana

Rozana Salawhi et sa mère, Maysa Abu Ghannam. Photo gracieuseté du Projet Rozana

Capacité de construction

Le projet Rozana a des objectifs spécifiques à court et à long terme.

"Nous croyons qu'il est dans l'intérêt à long terme de tout le monde que les Palestiniens ne soient pas dépendants des services de santé israéliens. Le renforcement des capacités prend beaucoup de temps, donc à court terme nous nous concentrons sur trois domaines », explique Finkel.

Le premier est le transport des patients palestiniens vers les hôpitaux d'Israël via un réseau de chauffeurs bénévoles. Le second couvre le coût de certaines procédures médicales que l'AP ne pratique pas, par exemple des opérations chirurgicales complexes à Hadassah et au centre médical Chaim Sheba à Tel Hashomer pour des troubles génétiques causés par des mariages consanguins. Le projet Rozana soutient également le centre médical de Ziv à Safed (Tzfat) pour aider à soigner les victimes de la guerre civile en Syrie.

«Notre troisième objectif à court terme est la formation», explique Finkel. "Depuis un an et demi, par exemple, nous parrainons un programme de formation de psychologues pour enfants israéliens et palestiniens de Judée-Samarie et de Gaza pour traiter le SSPT, qui est un problème omniprésent dans les deux populations. Un autre exemple est une série d'ateliers dans des domaines tels que la médecine d'urgence pédiatrique. "

Les 22 participants au premier atelier de pédiatrie, animé par le Dr Saar Hashavya à Hadassah, comprenaient également quatre médecins d'Irak et des médecins kurdes de Turquie. En dehors de la formation, son objectif principal était d'établir des relations continues entre les professionnels de santé palestiniens et israéliens au bénéfice de leurs patients.

Les objectifs à long terme du Projet Rozana sont axés sur trois problèmes de santé courants dans les populations arabes: le diabète de type 2, la dégénérescence maculaire et l'insuffisance rénale.

"Les cliniques de dialyse dans les hôpitaux de l'AP sont surchargées", dit Finkel, "et personne n'est formé pour soutenir une forme moins perturbatrice de dialyse faite à la maison pendant que le patient est endormi". Le projet Rozana permet d'établir un modèle de formation reliant l'hôpital d'Assuta à Ashdod à l'hôpital Augusta Victoria du côté est de Jérusalem pour résoudre ce problème.

Un autre domaine consiste à former des soignants palestiniens pour fournir des soins palliatifs aux enfants en phase terminale.

«Il y a des lacunes dans la formation médicale parce qu'il n'y a pas de financement pour former les médecins palestiniens et le personnel de soutien dans les sous-spécialisations», explique Finkel.

Il est heureux de voir comment le projet Rozana a déjà contribué à améliorer la situation, en particulier en ce qui concerne la capacité des hôpitaux palestiniens à traiter le cancer infantile.

"Il y a dix ans, tout enfant présentant un cancer du sang devait être soigné dans un hôpital israélien. Aujourd'hui, 90% des enfants au stade précoce peuvent être traités dans des hôpitaux palestiniens et seuls les patients ayant subi une greffe de moelle osseuse doivent se rendre dans des hôpitaux israéliens. Même cela va changer dans cinq ans ", dit Finkel.

Une unité de greffe de moelle osseuse pédiatrique est en cours de mise en place à Augusta Victoria par la spécialiste en oncologie pédiatrique, Dr Khadra Hasan Ali Salami, qui a travaillé en Jordanie et poursuit sa formation en greffe osseuse pédiatrique à Hadassah. Elle a été l'une des conférencières invitées lors d'une récente tournée visant à faire connaître le projet Rozana aux États-Unis et au Canada.

L'organisation s'est inscrite comme organisme de bienfaisance au Canada et en Australie et a demandé le statut d'organisme sans but lucratif aux États-Unis. «Au total, nous avons recueilli 650 000 $ l'an dernier et nous commençons à peine», dit Finkel. "Notre objectif est d'amasser 1 million de dollars en 2018."

Source : Israel21c

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi