Israël: la haute technologie n’est pas toujours l’amie des espions du Mossad

Actualités, Contre la désinformation, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : la haute technologie n’est pas toujours l’amie des espions du Mossad

"L'espionnage est de plus en plus difficile car les mêmes technologies qui attrapent les terroristes peuvent parfois révéler des opérations de renseignement étrangères", a déclaré lundi le directeur du Mossad.

Yossi Cohen a prononcé de rares remarques publiques lors d'une conférence sur le budget organisée par le ministère des Finances. Cela laisse penser qu'il aurait pu sortir de l'ombre pour protéger les fonds et l'affectation de personnel qui, selon Haaretz, ont fait du Mossad "la deuxième plus grande organisation d'espionnage de l'Ouest" après la US Central Intelligence Agency.

Cohen a décrit le Mossad comme le fer de lance israélien contre des menaces telles que les projets nucléaires et de missiles iraniens et le soutien iranien aux militants du Hamas.

Mais, soulignant les défis auxquels sont confrontés les agents secrets du Mossad, tels que la technologie de reconnaissance faciale et les documents d’identification numériques améliorés, il a déclaré: "Partout où nous allons, nous devons tenir compte du fait que les services de sécurité se renforcent.

"Pour les gens normaux, la technologie est bonne. Pour ceux qui n'en veulent pas autant, le sujet est bien sûr un défi d'un autre ordre."

"Vous pouvez imaginer qu'une grande partie des problèmes ou difficultés de l'agence parlent du fait que votre passeport se trouve essentiellement dans votre empreinte digitale, dans votre rétine ou dans votre visage", a déclaré Cohen, décrivant de telles mesures comme étant souvent conçues principalement pour le contre-terrorisme plutôt que le contre-espionnage.

Le président Trump

Le président Trump

"Cette arène, qui nous affecte beaucoup, a changé d'une façon incomparable et monte en flèche."

En 2010, les Émirats arabes unis ont accusé le Mossad d'avoir tué un fournisseur d'armes du Hamas à Dubaï et ont publié une vidéo sur CCTV du groupe de criminels fugitifs, ainsi que leurs faux passeports occidentaux - un embarras pour Israël, bien que personne n’ait souhaité commenter.

Depuis que Yossi Cohen a pris ses fonctions en 2016, le Mossad aurait assassiné des hommes du Hamas en Malaisie et en Tunisie. Contrairement à Dubaï, les images n’ont été rendues publiques dans aucun de ces incidents, ce qui indique que les tueurs ont échappé à la surveillance.

Mr Cohen a salué le président américain Donald Trump, qui s'est retiré de l'accord nucléaire international avec l'Iran et a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël. Cette décision a respectivement consterné les principaux alliés européens de Washington et a provoqué la colère des Palestiniens, qui revendiquent Jérusalem-Est comme la capitale de l'État qu'ils convoitent.

Yossi Cohen a déclaré que le traitement de points chauds du Moyen-Orient par diverses puissances comme la Syrie "est évidemment très affecté par le changement d'approche intervenu depuis l'entrée en fonction du président Trump, ce qui est très agréable pour nous, en tant qu'État d'Israël.

"Il y a une sorte de sentiment - y compris chez moi - qu'il existe une différence, entre les bons et les méchants, qui se fait de manière plus dichotomique, plus simple et plus claire."

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi