Israël ferme le poste-frontière d'Erez dans le nord de la bande de Gaza

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël a fermé mercredi le poste-frontière d'Erez dans le nord de la bande de Gaza

A la suite d’affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et des manifestants palestiniens, le gouvernement israélien a décidé de fermer mercredi le poste-frontière d'Erez dans le nord de la bande de Gaza.

Selon le porte-parole de Tsahal, des centaines de personnes ont participé aux émeutes et ont lancé des pierres sur le passage, ce qui aurait gravement endommagé les infrastructures. L’Armée a répondu avec du gaz lacrymogène.

Le passage est fermé jusqu'à ce que les dommages soient réparés. L'entrée sera autorisée uniquement dans les cas humanitaires et sera approuvée sur une base individuelle.

Mardi, le ministère de la Santé à Gaza a signalé que plusieurs Palestiniens avaient été blessés par des tirs israéliens alors qu'ils protestaient près du principal passage du territoire traversant avec Israël.

À la lumière des négociations en cours pour un accord de cessez-le-feu à long terme, l’armée israélienne s’est abstenue d’annoncer de manière proactive que l’émeute avait eu lieu.

Le mois dernier, Israël a également partiellement fermé le passage d’Erez en réponse aux manifestations violentes organisées par les habitants et à la suite des retards pris dans les négociations pour un cessez-le-feu avec le Hamas.

Le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a récemment évoqué le calme relatif le long de la frontière sud et ses implications sur la fermeture des passages à niveau.

Libermann

Israël a également partiellement fermé le passage d’Erez en réponse aux manifestations violentes organisées par les habitants

« Récemment, nous avons vu que le Hamas contrôlait totalement ce qui se passait ici. Toutes les violences ont presque disparu », a t-il déclaré.
« J'essaie de créer l'équation entre la sécurité calme et l'économie. S'il y a de la terreur, il n'y a pas d'économie. S'il n'y a pas de terreur, il y aura une économie », a expliqué le ministre de la Défense.

« Il doit y avoir une connexion directe. C'est le message important que nous essayons de communiquer aux habitants de Gaza, aux habitants qui souhaitent travailler et subvenir aux besoins de leurs familles. »

« Par conséquent, s'il y a du calme, les passages à la frontière resteront ouverts. S'il n'y a pas de calme, ils seront fermés », a t-il conclu.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi