Israël: le père, la mère et les enfants sur les bancs de la fac

Actualités, Insolites, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: le père, la mère et les enfants sur les bancs de la fac

La famille Eyal n'est pas une famille ordinaire. Le père Nahi, la mère Racheli et les deux fils Amotz et Yotam étudient ensemble pour décrocher une maîtrise à l'université Ariel. Comment réussir à gérer une maison quand tout le monde se prépare à l'examen ensemble, qui est le meilleur des quatre et que se passe-t-il dans le groupe familial Whatsapp?

"Nous avons étudié pour notre licence dans différentes structures mais cette fois nous avons décidé de le faire ensemble. Nous avons maman qui peut résumer pour nous et nous aider avec les examens". La famille Eyal passe ensemble sa maîtrise. Que veut dire ensemble ?  Le papa Nahi, la maman Raheli et les deux garçons, Amotz et Yotam, ont cessé de compter les heures qu'ils ont passé ensemble dans les couloirs de l'Université Ariel et à la maison, pour étudier pour les examens de leur maîtrise en gestion d’entreprise.

"Nous avons sept enfants, ce sont les deux grands, l'aîné  Amotz et Yotam le second. Et nous sommes quatre membres de la même famille biologique à avoir décroché notre licence il y a deux ans et à finir avec l'aide de Dieu notre maîtrise cette année". "Nous remercions tous Maman pour ce Master 2, il lui appartient à 100%."

"Au début, elle était très, très obsessionnelle, même pour que tout le monde soit à l’heure. Dans ce but elle nous préparait à tous les sandwichs et les repas. A un moment donné, elle en a eu assez de nous courir. "Je me suis rendu compte que si je voulais décrocher ma maîtrise, il fallait que je m’accroche à elle, parce que tout seul je n’y arriverai pas."

À quoi ressemble le groupe familial Whatsapp?

«Quand il y a des notes, le groupe Whatsapp de la famille se réveille immédiatement. Vous avez reçu des notes ? Des comparaisons, des plaisanteries les uns sur les autres fusent de tous les côtés. Qui a réussi à atteindre la note minimale de 60 et qui a dépassé les 90 ? », ajoute Nachi avec un sourire.

Le groupe Whatsapp de la famille Eyal est très studieux

Le groupe Whatsapp de la famille Eyal est très studieux

Qui est le meilleur?

«Beaucoup de gens ont été surpris que je retourne étudier à mon âge», explique Racheli. "Je suis arrivée à un stade où je pouvais me libérer un peu de la maison et c'est en partie la raison pour laquelle je ne l’ai pas fait avant. J'ai vu qu'il était très difficile d'avancer et d'être acceptée même n'importe où sans diplôme. J'ai donc décidé de passer ma licence. Et pour la maîtrise, aussi, de nombreuses entreprises recherchent des employés avec un diplôme de second cycle. "

"Le fait que je sois venu ici après l'âge de cinquante ans m'aide", dit Nahi. «L'université n’exige pas le diplôme du baccalauréat des personnes qui arrivent à cet âge, et cela m'a également aidé à prendre la décision positive d'aller étudier avec Raheli pour la licence".

Amotz: "Nous avons les gènes de l'entrepreneuriat dans la famille, ce diplôme nous donne de nouveaux objectifs, et j'espère que ce n'est que le début".

«Quand nous sommes tous devenus une famille d’étudiants, l'atmosphère de la maison a complètement changé et il ne fait aucun doute que cette ambiance studieuse laisse une forte impression sur nos filles plus jeunes. Elles s’investissent dans leurs études d'une manière complètement différente.

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi