Israël et les EAU prennent sous leur aile la préservation d'un oiseau mais pas pour les mêmes raisons

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un oiseau outarde houbara en Israël. Photo par le Dr Haim Shohat / Flash90.

 

Israël et les EAU prennent sur leur aile la préservation d'un rare oiseau du désert

Les accords d'Abraham sont une bonne nouvelle pour les outardes houbara, un oiseau emblématique du désert, une espèce phare et  dont le nombre diminue.

Les accords d'Abraham récemment signés entre Israël et les Émirats arabes unis sont une bonne nouvelle non seulement pour les habitants de la région, mais aussi pour ses oiseaux.

Plus précisément, pour une outarde houbara en voie de disparition pour laquelle les défenseurs de l'environnement des deux côtés du Moyen-Orient se donnent désormais la main pour préserver.

Des houbaras de différents types résident dans la région qui s'étend de la Mongolie aux îles Canaries. En Israël, leur population n'est que de 400 habitants, mais cela ne diminue pas leur importance, car ce sont des oiseaux du désert emblématiques d'une espèce phare dont l'existence est révélatrice de l'état de leur écosystème.

«C'est un indicateur environnemental. Ils signifient qu'une grande variété d'animaux, des insectes et plantes aux petits mammifères et reptiles, existe dans le système », explique Ohad Hatzofeh, l'écologiste aviaire de l'Autorité israélienne de la nature et des parcs.

«L'humanité, avec sa technologie les a chassés, les a blessés et nui à leur habitat, et il y a un effort mondial pour les préserver en tant que groupe et cette espèce spécifique, les outardes houbara», dit Hatzofeh.

Projet de recherche de cinq ans

L'INPA travaille depuis 20 ans pour essayer de les préserver en déclarant leurs habitats comme réserves naturelles et en les empêchant d'être chassés. l'INPA était sur le point de commencer de renouveler leurs efforts pour déterminer un plan de conservation de l'espace, lorsque la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis a eu lieu.

Dans le cadre de cette normalisation, l'INPA a soulevé des sujets d'intérêt et les Emiratis ont répondu favorablement à la question de la conservation du houbara. Le résultat est un protocole d'accord pour un projet de coopération de recherche de cinq ans avec le Fonds international d'Abou Dhabi pour la conservation du Houbara.

Les Emiratis, explique Hatzofeh, s'inquiètent également de la diminution du nombre des houbaras, bien que pour des raisons légèrement différentes: ils sont préoccupés par les houbaras parce qu'ils les chassent.:-)

«De notre point de vue, ce n'est pas bon et même obscène, mais ils ont compris que l'espèce allait disparaître et qu'ils n'auraient pas quoi chasser et ils en assument la responsabilité», dit-il. «Ils veulent que les populations deviennent plus importantes pour pouvoir également les chasser

Ceci, dit-il, s'appelle l'utilisation durable, et bien que cela ne soit pas pratiqué en Israël - où la chasse est illégale - elle a lieu dans différents endroits à travers le monde.

En conséquence, les Emiratis mènent des projets de conservation de la houbara au niveau international, et la recherche conjointe à venir avec Israël fait partie de cet effort.

«Ils dirigent les efforts de conservation du houbara selon les normes professionnelles les plus élevées du Maroc à l'Extrême-Orient», dit-il. «Ils savent qu'Israël a l'une des populations de ces oiseaux les plus stables, c'est-à-dire une population qui ne migre pas. La population israélienne, bien qu'elle soit naturellement petite parce que nous sommes un petit endroit, est l'un des endroits où la population a gardé ses effectifs.

La population houbara israélienne, ajoute-t-il, intéresse également les Emiratis car elle est génétiquement unique.

Les bons outils

Des réunions entre les deux parties ont maintenant lieu via Zoom en raison de la pandémie COVID-19, mais Hatzofeh s'est déjà rendu aux EAU pour ses recherches il y a de nombreuses années.

«Le but ultime est la préservation de la houbara, à la fois pour eux et pour nous», dit-il. «Pour eux, il s'agit de réduire le risque d'extinction. Pour nous, il s'agit d'avoir les bons outils pour s'occuper d'eux et par conséquent pour que leur population s'améliore, grandisse et soit protégée.

Hatzofeh note que d'autres espèces peuvent également recevoir une attention conjointe israélo-émiratie.

«Nous allons commencer par les houbaras parce qu'ils sont une espèce parapluie. Les protéger crée beaucoup de protection pour les autres espèces sur le terrain », conclut-il.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 7

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi