Israël leader de l'intelligence artificielle avec un budget de 1 milliard de NIS par an

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
DrArena Berry

Le Comité d'Intelligence Artificielle, dirigé par le Dr Arena Berry , a recommandé ce matin (mardi) un programme de promotion du domaine de l'intelligence artificielle en Israël, dans le but de faire d'Israël "un pays leader dans le domaine, ce qui est essentiel pour la résilience, les opportunités économiques et l'avancement de ses capacités de sécurité". 1 milliard de shekels sont prévu en terme d'investissement dans ce domaine au cours des cinq prochaines années

Le comité a été créé en février 2020 par le TLM Forum (National R&D Infrastructure, un forum composé du ministère de l'Innovation, de l'Innovation Authority, des Ministères de la défense, des sciences et des finances et de l'Académie nationale des sciences). Ses recommandations ont été approuvées par le forum et seront présentées pour déterminer qui sera inclus dans le budget 2021.

En raison des retards dans l'approbation du budget, la recommandation à ce stade est de transférer un budget partiel, d'un demi-milliard de shekels, afin de lancer un certain nombre d'actions urgentes.

Le comité, fonctionne séparément du projet national pour les systèmes intelligents du professeur Yitzhak Ben Israel et du professeur Eviatar Matanya, dont les recommandations dans le domaine de l'intelligence artificielle ont également été récemment publiées.

La principale recommandation du comité Berry est de créer un programme national qui fera progresser la recherche et le développement dans le domaine de l'intelligence artificielle et de la science des données, et qui conduira à une amélioration des capacités universitaires, de la sécurité nationale, du travail gouvernemental et de la productivité dans l'industrie après des années sans stratégie nationale.

Le comité met en garde: "Si un tel plan n'est pas mis en œuvre, Israël se trouvera dans un fossé scientifique, technologique et économique qui pourrait être infranchissable".

Une question clé en arrière-plan est de savoir s'il y a un besoin d'intervention gouvernementale dans le domaine de l' intelligence artificielle , qui attire déjà pas mal d'investissements en capital et l'entrepreneuriat privé.

Services informatiques pour chercheurs et développeurs

La première impulsion, sera budgétisée à 550 millions de shekels, qui  comprend un certain nombre de tâches particulièrement urgentes. Le premier: la mise en place d'un supercalculateur israélien avec 88 000 cœurs et 1 000 accélérateurs graphiques pour des tâches d'intelligence artificielle, ainsi qu'un système de stockage de données. Le coût est de 270 millions de shekels au premier tour et d'environ 1 milliard de shekels pour 5 ans.

Afin de  fournir des services informatiques avancés aux chercheurs et développeurs du monde universitaire, de l'industrie et du système de défense, dans le but de réaliser des projets dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Ceux-ci rejoindront le centre de données que l'un des géants de la technologie établira en Israël dans le cadre de l'appel d'offres Nimbus, qui offrira des services informatiques avancés similaires.

Une autre recommandation clé est de promouvoir la recherche et le développement d'infrastructures technologiques. L'accent est mis principalement sur un sujet négligé depuis des années: le développement des capacités de traitement du langage naturel en hébreu et en arabe par des machines et des ordinateurs.

Son but est de créer une base de données qui permettra aux organismes gouvernementaux et aux entreprises commerciales en Israël et à l'étranger de créer des logiciels et des services numériques capables de comprendre et de déchiffrer la parole naturelle et le texte en hébreu. 180 millions de shekels ne seront consacrés qu'à cela dans un premier temps.

Concentration de la base de données

Le déchiffrement d'une langue naturelle en hébreu est d'une importance stratégique fondamentale.

Le rapport cite à titre d'exemple un cas dans lequel l'hôpital de Sheba a examiné des cas de 400 patients corona pour prédire la dégénérescence due à la respiration artificielle, mais le personnel n'a pu utiliser que des informations structurées dans des catégories ordonnées, pas des textes libres ce qui aurait pu lui permettre d'utiliser leurs propres informations afin de  produire des prévisions beaucoup plus fiables »

Robots avec intelligence artificielle

Une autre recommandation est de créer un programme académique qui vise à augmenter le nombre de chercheurs engagés dans l'intelligence artificielle de 70 à 100 en cinq ans, et autour d'eux établir des équipes de recherche complètes d'étudiants diplômés.

Ce processus comprend l'allocation de budgets de recherche, le financement de nouvelles normes, l'achat d'équipement, etc., et coûte environ 100 millions de shekels dans la première phase.

Le Comité d'Intelligence Artificielle du TLM Forum n'a pas été le seul à soumettre des recommandations en matière d'intelligence artificielle.

En septembre, un rapport a été soumis au gouvernement sur les recommandations de l'Initiative nationale pour les systèmes intelligents, dirigée par les professeurs Itzik Ben-Israel et Eviatar Matanya , qui a été préparé à la demande du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Il est clair que cela a produit une situation confuse et lourde, dans laquelle deux rapports "concurrents", avec des recommandations provenant de deux organes différents, sont sur la table du gouvernement et du ministère des Finances.

Ben-Israel et Berry ont déclaré dans une interview  qu'ils travaillent en coordination et que les rapports se complètent.

Le rapport de Ben Israel et Matanya est plus complet et comprend également des recommandations concernant l'introduction de l'intelligence artificielle en tant que profession dans les écoles, la mise en place de projets nationaux d'intelligence artificielle dans de nombreux domaines tels que la santé, les transports, la sécurité et l'agriculture.

Le principal point de discorde entre les deux rapports est que Ben-Israël veut créer un organe dédié - l'Administration nationale des systèmes de renseignement au cabinet du Premier ministre - avec un budget de 1 milliard de shekels par an, et un comité consultatif auprès du Premier ministre sur l'intelligence artificielle. Et recommande de gérer le problème sous les autorités existantes - par exemple sous le CBS.

Le premier rapport celui du Dr Erna Berry comprend des recommandations qui coûtent 5 milliards de shekels pendant 5 ans, tandis que le rapport de Ben-Israel et de Matanya demande 10 milliards de shekels pour la même période.

Le Ministère des finances, qui est l'un des facteurs à l'origine du rapport de Berry, s'était auparavant opposé au plan de Ben-Israël en raison du budget élevé et de la proposition de créer une administration dédiée au sein du cabinet du Premier Ministre.

En revanche, le rapport de Ben-Israel a été préparé à la demande du Premier Ministre. - et peut donc gagner son soutien.

Ainsi, il est encore trop tôt pour savoir lequel des rapports sera promu, en tout ou en partie, ou pas du tout - mais il est clair que les considérations seront également politiques.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi