Israël : deux mères juives extrémistes placées en garde à vue

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Deux mères juives extrémistes placées en garde à vue

Les forces de police ont prolongé mercredi la détention provisoire de deux mères juives extrémistes arrêtées pour avoir enlevé leurs enfants de la garde, ainsi que pour négligence sur enfants.

Les femmes doivent être détenues pendant cinq jours jusqu'à dimanche, la veille de Roch Hachana, le Nouvel An juif.

L'une est mère de huit enfants et l'autre de quatre. Dix des enfants ont été pris en charge par les services sociaux, à l'exception de deux filles de 13 ans (une de chaque famille) qui sont toujours portées disparues.

Selon la police, une enquête a été ouverte suite à une plainte déposée par le père. Accompagnés par des assistants sociaux, les agents de police ont perquisitionné l’appartement où les femmes et les enfants vivaient dimanche soir.

Les enfants vivraient dans un appartement négligé, « dans des conditions de vie médiocres qui ne sont pas du tout dignes d’une personne, et surtout pas pour un enfant », a déclaré la police.

Le site d'information de Walla a signalé qu'une des filles de 15 ans de la femme était déjà mariée et qu'elle souhaitait que son fils de 15 ans épouse une fille de 13 ans.

L'âge minimum légal du mariage en Israël est de 18 ans et l'âge du consentement est de 16 ans. Dans certains cas, le mariage peut est autorisé à partir de l’âge de 17 ans.

Les femmes, membres du culte Shahalim, portent des capes noires de la tête aux pieds, semblables à celles du chador musulman. Selon les adhérents, c'est ainsi que les femmes s'habillaient dans les temps anciens.

Les femmes, membres du culte Shahalim, portent des capes noires de la tête aux pieds, semblables à celles du chador musulman. Selon les adhérents, c'est ainsi que les femmes s'habillaient dans les temps anciens.

Initialement trois femmes ont été arrêtées, mais une a été libérée après avoir été interrogée.
Lors d’une audience, il a été affirmé que les enfants ne mangeaient pas correctement et étaient réduits à la mendicité.

À l'audience du deuxième suspect, la police a déclaré que le père avait témoigné que le suspect avait rejoint une secte juive extrémiste et que l'ordonnance du tribunal lui avait retiré la garde de ses enfants.

Les femmes étaient membres du culte Shahalim, dans lequel les femmes portent des capes noires de la tête aux pieds, semblables à celles du chador musulman. Selon les adhérents, c'est ainsi que les femmes s'habillaient dans les temps anciens. En Israël, il y a deux groupes résidentiels membres à cette secte, l'un à Jérusalem et l'autre à Beit Shemesh.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi