Israël : des lunettes intelligentes qui téléportent les experts sur le terrain

Actualités, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : des lunettes intelligentes qui téléportent les experts sur le terrain

L'explosion en 2010 de la plate-forme de forage pétrolier Deepwater Horizon a été un signal d'alarme pour BP, la multinationale pétrolière et gazière britannique qui l'exploitait à l'époque. La marée noire qui en a résulté dans le golfe du Mexique a causé d'importants dommages écologiques et a coûté 20 milliards de dollars à BP.

Les catastrophes peuvent souvent stimuler le développement de meilleures pratiques. C'était l'objectif de BP lorsqu'elle a commencé à chercher des moyens d'améliorer la maintenance en continu et d'urgence de ses puits de pétrole.

BP a découvert qu'il n'y avait tout simplement pas assez de techniciens sur le terrain ayant l'expérience nécessaire pour s’attaquer à des problèmes aussi graves que celui rencontré par Deepwater HorizonComme il n'est pas encore possible de téléporter des experts sur place, les "lunettes intelligentes" se sont révélées être la meilleure option.

Les lunettes utilisant un logiciel de réalité augmentée peuvent transmettre ce que voit un technicien sur le terrain à un expert hors site, qui peut alors " dessiner " sur l'image pour guider le technicien afin de résoudre le problème.

L'entreprise à l'origine de cette technologie, aujourd'hui mise en œuvre dans 13 000 puits BP, est la startup israélienne Fieldbit.

Le produit phare de Fieldbit, Hero, est une plate-forme de collaboration qui permet aux techniciens et experts de communiquer à distance.

Un deuxième produit, Fieldbit Knowledge, enregistre leurs interactions et les catégorise pour une récupération rapide dans une base de données sur le cloud.

BP n'est pas le seul client de Fieldbit, pas plus que les puits de pétrole. Mais c'était une industrie opportune pour Fieldbit pour commencer.

"BP nous a contactés il y a presque deux ans avec un besoin pressant", explique Evyatar Meiron, PDG de Fieldbit, à ISRAEL21c.

La mise en place d’un plus grand nombre de petits puits, principalement aux États-Unis, a obligé les techniciens à couvrir davantage de terrain sans augmenter les coûts pour BP.

L'intérêt de BP est clair dans son rapport annuel 2018 : "Les nouvelles technologies nous aident à développer des opérations intelligentes dans toutes nos activités. Nous utilisons des appareils de réalité augmentée (RA) tels que des " lunettes intelligentes " à travers BPX Energy... nous utilisons maintenant la plate-forme mobile pour dépanner les équipements, effectuer des vérifications de sécurité et dispenser de la formation à distance".

Meiron décrit à ISRAEL21c le fonctionnement du système Fieldbit.

Les instructions de réalité augmentée «collent» à des objets réels. Capture d'écran fournie par Fieldbit

Les instructions de réalité augmentée «collent» à des objets réels. Capture d'écran fournie par Fieldbit

"Nous autorisons le technicien de terrain à envoyer des informations numériques à un expert. L'expert dispose d'un éditeur et peut prendre un instantané de la vidéo. Il peut dessiner sur l'instantané et le renvoyer au technicien, qui reçoit cette annotation projetée sur son appareil. Le technicien peut tourner la tête et regarder dans différentes directions. La réalité augmentée maintient les annotations en place. Il peut montrer où couper un fil ou exactement où ouvrir une vanne, des choses qui sont très difficiles à expliquer avec des mots."

Bien que les lunettes soient l'idéal, la réalité augmentée peut également fonctionner sur les smartphones et les tablettes. C’est comme cela que Pokemon Go fonctionne. Les Pokemons du jeu ne sont visibles que lorsque vous dirigez l'appareil vers un emplacement du monde réel où les créatures virtuelles se "cachent".

La RA deviendra un jour omniprésente pour les applications grand public, mais pour l’instant, «la valeur est bien plus élevée lorsque nous parlons d’applications inter-entreprises, avec des machines coûtant des centaines de milliers de dollars», explique Meiron.

Fieldbit a été fondée en 2014 et son système de collaboration bidirectionnelle Hero a été opérationnel un an plus tard. Fieldbit Knowledge a été dévoilé cette année.

Le tout dernier produit de l'entreprise, Fieldbit Cosmic, permet aux entreprises clientes de connecter Fieldbit à leur propre logiciel de gestion des services sur le terrain. M. Meiron indique que le marché des logiciels de répartition et d'ordonnancement qui indiquent à un technicien où aller et ce qu'il faut prendre pour réparer un mauvais fonctionnement est évalué à quelque 3 milliards de dollars.

"Envoyer un expert sur un site peut coûter quelques centaines de dollars par visite ", souligne Meiron. "Un technicien peut faire quatre ou cinq visites par jour. Pour une entreprise comptant 100 techniciens, cela peut représenter des millions de dollars d'économies potentielles, sans compter le temps d'immobilisation de la machine."

De plus, les techniciens de terrain qualifiés sont de plus en plus difficiles à trouver. La "vieille garde" de techniciens (surtout des baby-boomers) commence à prendre sa retraite. "Dans bien des cas, les jeunes du millénaire ne veulent pas de ces emplois, travaillant à l'extérieur avec les clients. Ils veulent s'asseoir dans un bureau ", dit M. Meiron, ajoutant qu'on s'attend à ce que 30 % des experts en service sur le terrain prennent leur retraite au cours des trois prochaines années. "Les organisations risquent de perdre beaucoup de connaissances."

Meiron suggère-t-il qu'avec les lunettes AR de Fieldbit, n'importe qui peut réparer une plate-forme pétrolière ? "Pas du tout," répond-il. "Ce ne devrait pas être un profane, bien sûr. Mais vous n'avez pas non plus besoin de comprendre toute la mécanique de la machine. Il vous suffit d'être les mains et les yeux des experts ou d'utiliser les connaissances de notre appareil."

Utilitaires, imagerie médicale, impression

L'entreprise européenne du secteur de l'énergie ENGIE a nommé Fieldbit sa startup de l'année en 2018.

Alors que Fieldbit a fait la plus grande explosion dans le monde du pétrole et du gaz, son premier client pilote a été un service public - Mekorot, le transporteur d'eau national israélien. Fieldbit a aidé les techniciens à réparer les ruptures de conduites et à effectuer régulièrement des tests de contrôle de la qualité de l'eau.

L'entreprise est également en pourparlers avec des industries telles que l'impression et l'imagerie médicale.

"Nous sommes encore petits, moins de 100 personnes, donc nous ne sommes pas encore en mesure de faire des appels impromptus pour chercher des clients", dit Meiron, ajoutant que 90% des ventes proviennent de demandes non sollicitées.

Fieldbit a collecté 7 millions de dollars à ce jour, dont 1 million auprès de l'Autorité israélienne pour l'innovation et le reste auprès du fonds russe Skolkovo Ventures, Eldad Weiss (président de l'entreprise) et le fonds familial israélien Atooro. Un deuxième cycle est en cours.

Fieldbit est la troisième start-up de Meiron. Il préfère "les marchés conservateurs où les nouvelles technologies peuvent aider."

C'est ce qui l'a motivé à créer le programme Hashavshevet en hébreu utilisé par la plupart des cabinets comptables israéliens, la société de logiciels Wizcon, qui fabrique des logiciels permettant de contrôler les ateliers de production depuis un navigateur Web, et PC Soft International, également spécialisé dans les logiciels de contrôle automatique sur Internet.

S'il y a un dénominateur commun à toutes les entreprises de Meiron, c'est parce que " plus de premières réparations et moins de temps d'immobilisation se traduisent par des clients plus satisfaits ", dit Meiron.

Ces clients pourraient un jour nous compter parmi eux, vous et moi : Armés de lunettes à AR, nous pourrions peut-être effectuer nous-mêmes des réparations ménagères guidées par un expert.

Source : ISRAEL21c

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi