Israël: des facteurs de risques du cancer du sang différents chez les Arabes et les Juifs

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: découverte d'indices du cancer du sang différents chez les Arabes et les Juifs

Certains facteurs de risque pour le lymphome non hodgkinien des cellules B sont les mêmes dans les deux groupes, tandis que d'autres sont spécifiques à l'un ou l'autre.

Un nouvel éclairage a été fait sur l'interaction entre les gènes, l'environnement et la maladie avec la publication d'une étude israélienne sur les facteurs de risque du lymphome non hodgkinien (LNH) chez les populations juives et arabes.

À partir de 2012, Israël s'est classé premier dans le monde dans les taux d'incidence de la LNH. Ce cancer du sang représente la cinquième malignité la plus fréquente en Israël et la huitième malignité la plus fréquente parmi les Palestiniens de Judée-Samarie.

Pourtant, en dépit de la proximité, les deux populations ont tendance à différer en termes de style de vie, de comportements liés à la santé et de systèmes médicaux.

Des chercheurs israéliens et palestiniens, dirigés par l'hématologue Dr. Ora Paltiel, directrice de l'École de santé publique et de médecine communautaire de l'Université hébraïque-Hadassah Braun, ont mené une étude épidémiologique à grande échelle sur 823 Arabes palestiniens et Juifs israéliens porteurs d’un lymphome non hodgkinien à cellules B (B-NHL) et 808 témoins sains.

Jusqu'à présent, la plupart des études épidémiologiques de la LNH ont été réalisées dans des populations nord-américaines et européennes, quelques-unes se concentrant sur les populations d'Asie de l'Est et très peu sur la LNH-B dans les populations du Moyen-Orient.

En utilisant les données des questionnaires, l'examen de la pathologie, la sérologie et le génotypage, ils ont découvert certains facteurs de risque communs aux deux populations et d'autres sont propres à chacune.

Certains facteurs de risque sont communs aux deux populations et d'autres sont propres à chacune

Certains facteurs de risque sont communs aux deux populations et d'autres sont propres à chacune

Les données, rapportées dans la revue par les pairs PLOS ONE, ont montré que dans les deux populations, la LNH-B globale était associée à l'exposition récréative au soleil, à la coloration des cheveux noirs, à des antécédents d'hospitalisation pour infection et à un parent au premier degré avec un cancer du sang. Une association inverse a été notée avec la consommation d'alcool. Certaines expositions, y compris le tabagisme et l'utilisation plus intensive de pesticides à l'intérieur, étaient associées à des sous-types spécifiques de la LN-B.

Les données ont également mis en évidence les différences entre les populations. Parmi les Arabes palestiniens, les facteurs de risque incluent le jardinage et les antécédents d'herpès, de mononucléose, de rubéole ou de transfusion sanguine, alors que ces facteurs n'étaient pas identifiés dans la population juive israélienne. En revanche, les facteurs de risque qui s'appliquaient aux Juifs israéliens ne comprenaient que la culture des fruits et légumes, et des maladies auto-immunes auto-déclarées.

Les chercheurs ont conclu que les différences dans les facteurs de risque observés par origine ethnique pourraient refléter des différences dans le mode de vie, les systèmes médicaux et les modèles de déclaration, tandis que les variations par les sous-types de lymphomes induisent des facteurs causaux spécifiques pour différents types de la maladie. Ces constatations nécessitent une étude plus poussée quant à leurs mécanismes.

Le fait que les facteurs de risque fonctionnent différemment selon les groupes ethniques pose la possibilité que les expositions environnementales n'aient pas l'effet identique chez les individus de milieux génétiques différents. Mais cela pourrait également être une fonction de nombreux autres facteurs tels que le régime alimentaire, les habitudes culturelles, l'environnement et les conditions de logement.

«En dehors de la contribution scientifique que cette recherche fournit en termes de compréhension des facteurs de risque pour la LNH, l'étude a été une importante coopération de recherche entre de nombreuses institutions», a déclaré Paltiel.

Ces établissements comprenaient le Hadassah-Hebrew University Medical Center; l’Université d'Al Quds; l’Hôpital Augusta Victoria; l’Hôpital Beit Jalla; l’Université hébraïque; le Ministère palestinien de la Santé; le Centre médical Rambam; le Technion-Israël Institut of technology; le Chaim Sheba Medical Center; le Meir Medical Center; l'Université de Tel-Aviv en Israël, et l'École de Médecine Mount Sinai à New York.

"L'étude a fourni des opportunités pour la formation des chercheurs palestiniens et israéliens, et permettra une interaction intellectuelle pour les années à venir. Les données recueillies fourniront également une plate-forme de recherche pour l'étude future du lymphome ", a déclaré Paltiel. «La recherche épidémiologique a le potentiel d'améliorer et de préserver la santé humaine et elle peut aussi servir de pont au dialogue entre les nations».

L'étude a bénéficié d'une subvention MERC / USAID, de la Fondation scientifique israélienne et du Fonds compensatoire de l'Hôpital universitaire Hadassah.

Source : Israel21c

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi