Israël : des documents révèlent la rénovation du Kotel en 1967

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : des documents révèlent la rénovation du Kotel en 1967

Un échange de lettres et une première carte architecturale de l'esplanade du lieu saint après sa libération sont exposés pour la première fois à l'occasion du 50e anniversaire de la réunification de Jérusalem.

"Arrêter le travail au milieu pourrait causer des dommages inimaginables et un scandale public sans précédent", a déclaré le Ministre des Religions Zerach Warhaftig en 1967, immédiatement après la libération du Mur occidental, au ministre des Finances qui avait arrêté le transfert de fonds nécessaires à la rénovation. Le ministre a envoyé une copie de la lettre, y compris une annexe spéciale, au Premier ministre Levi Eshkol, lui demandant son aide.

Pendant des années, la femme d'Eshkol a gardé les lettres de la correspondance concernant la décision de gérer et de rénover le Mur occidental. Elles ont été conservées dans les archives de « Yad Levi Eshkol » et sont exposées pour la première fois avant les célébrations du jubilé de la réunification de Jérusalem.

Ils incluent une première carte architecturale de l’esplanade du Mur occidental à sa libération et les plans montrant à quoi elle ressemblerait après la destruction du quartier de Mughrabi, en préparation pour les visites de millions de fidèles.

Depuis la libération de la vieille ville de Jérusalem dans la guerre des Six Jours, de nombreux architectes ont essayé de planifier ce à quoi l’esplanade du Kotel et ses environs ressembleraient.

À la fin de la guerre, un conflit a éclaté entre l'Autorité des Parcs Nationaux et le Ministère des Religions pour savoir qui serait responsable des travaux d'expansion du Mur occidental et qui gérerait le site.

La première carte architecturale de la place du Mur occidental à sa libération

La première carte architecturale de la place du Mur occidental à sa libération

L'Autorité des parcs nationaux a vu les lieux comme parc national, alors que le ministère des Religions a insisté sur le fait qu'il s'agissait d'un site de nature religieuse et qu’il devrait donc en être responsable.

Le Premier Ministre Levi Eshkol a alors statué en faveur du Ministère des Religions et l'architecte Yosef Scheinberger a été nommé par le Ministre Warhaftig pour esquisser un premier plan de régulation du trafic au Mur occidental, pour rendre le site accessible à des millions de croyants du monde entier.

Les éléments de planification ont commencé à résister au plan, devenant les premières objections à de nombreux plans ayant été soumis et n'ayant pas été complétés à ce jour.

Le ministre des Religions a écrit au ministère des Finances: «La mise en service de l'œuvre et son exécution est extrêmement urgente, car nous devrions d'abord préparer l’esplanade pour le rassemblement de dizaines de milliers de fidèles à Tisha B'Av. Deuxièmement, en raison de l'approche des grandes fêtes et troisièmement, en raison des jours de pluie qui approchent. Si le travail n'est pas fait, l’esplanade se transformera en un grand marécage ».

Il s'est plaint de la rétention de fonds pour le travail, qui coûte un total de 680.000 livres israéliennes, malgré l'interdiction du Trésor de recevoir "des dons de personnes bienveillantes".

"Dans ce contexte, je voudrais mentionner, par exemple, que le député de la Knesset Yaakov Meridor a donné au maire de Jérusalem, Teddy Kollek, un chèque de 1 000 livres pour l'achat de tuiles pour les environs du Mur occidental", a-t-il écrit. «... Un philanthrope d'Angleterre a offert au Grand Rabbin d'Israël 5 000 livres sterling pour la création d'une station de premiers secours sur le site.

Selon le professeur Alona Nitzan-Shiftan, architecte et historien en architecture du Technion, qui a passé en revue les documents: «Dans la nuit du 10 juin 1967, dernière nuit de la guerre, des bulldozers israéliens ont démoli le quartier de Mughrabi. Après la destruction du quartier, l’esplanade du Kotel avait une largeur de 3,60 mètres.

"L'endroit ressemblait à des tas de décombres et il fallait préparer la zone pour l'arrivée de millions de personnes d'Israël et du monde qui voulaient venir pour la première fois au mur occidental sous souveraineté israélienne. Le plan que nous voyons ici ne comporte pas de grands changements: il y avait une décision de séparer l'esplanade de prière de celle des visites générales, et on peut voir une liste des arrangements d'accessibilité pour le Mur occidental.

Nitzan-Shiftan ajoute : «la partie importante du plan était d'abaisser l’esplanade de prière et de séparer les femmes et les hommes. Le fait que le ministère des Religions ait été chargé d'exécuter les travaux, en tant qu'élément responsable, a transformé le lieu en une synagogue orthodoxe. Cela n'aurait peut-être pas eu lieu si le Premier ministre Levi Eshkol avait transféré l'autorité de gestion et de rénovation des lieux à l'Autorité des parcs nationaux.

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi