Israël: des centres de protection pour éviter les tragédies familiales

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: des centres de protection pour éviter les tragédies familiales

Nouveau programme de lutte contre les violences domestiques : des professionnels interviendront dans les structures accueillant des enfants et effectueront des rapports sur les cas à risque.

Le Ministère des affaires sociale établira des centres de détection et de protection pour synchroniser les informations entre les bureaux et empêcher l'assassinat d'enfants par leurs parents et les questions de violence familiale.

L’année 2017 a commencé tragiquement, avec 5 enfants tués par leur mère respective. Ces dernières se sont suicidées après les faits. Dans ces cas présents, comme dans certains autres dans le passé, les familles étaient connues des services sociaux ou psychiatriques.

Ces jours-ci, les employés de bureau de l'aide sociale travaillent sur un programme de lutte contre les violences domestiques, qui englobera des centres de détection et de protection par les autorités locales. Ils seront gérés par les assistants sociaux.

Dans le même temps, chaque ministère concerné du gouvernement  tel que les services sociaux, l'éducation, la santé et autres représentant sera chargé de l'identification et de la protection.

Si un professionnel travaillant dans la structure dans laquelle les enfants reçoivent des services (écoles, PMI, centre médical etc.) pressent qu’un enfant pourrait se trouver en danger, il se tournera vers l’agent responsable pour recevoir des conseils et des orientations.

Prévenir la prochaine tragédie

Prévenir la prochaine tragédie

Si cet agent décide que l’enfant est effectivement en danger, il transmettra l’information à l’assistant social qui partagera avec les autres systèmes et travaillera sur les données collectées pour obtenir une image complète.

Iris Florentine, vice-présidente, directrice des Services sociaux et individuels au Ministère des affaires sociales, explique : «Le but de prévenir les situations à risque pour les enfants. Si par exemple une enseignante de maternelle constate qu’un enfant vient à l’école avec des vêtements ne correspondant pas à la saison, s’il est régulièrement malade ou présente des signes de violences, elle se tournera vers les responsables et fera part de ses inquiétudes. La situation sera alors prise en charge  par la direction du centre ».

Une recommandation de créer des centres de protection avait été déposée en 2010 par un comité autonome, mais n'a jamais été financée. Aujourd'hui, en coordination avec les autorités et en coopération avec d'autres ministères, une législation cohérente se met en place et le programme devrait commencer au plus tôt en 2019.

Le ministre du Travail et des Affaires sociales Haim Katz a déclaré : «Pour faire face à la violence domestique, une coopération étroite entre les autorités gouvernementales et locales est nécessaire, l'accent est mis sur le partage des informations entre les organismes, de sorte que nous puissions identifier la détresse et prévenir la prochaine tragédie. "

Entre temps, le Comité des droits des enfants tiendra ce matin une réunion d'urgence concernant le meurtre d'enfants par leurs parents. La députée Yifat Biton Shasha (Koulanou), qui travaille en partenariat avec le Ministère des affaires sociales sur le sujet, a déclaré «qu’il était de notre devoir de tout faire pour éviter que de telles catastrophes se produisent."

Source : Israel HaYom

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi