Israël: découverte d'une mutation génétique causant l'infertilité masculine

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: découverte d'une mutation génétique causant l'infertilité masculine

Des recherches ont été faites sur cinq hommes d'une seule tribu bédouine souffrant d'azoospermie, un manque de production de sperme.

Des chercheurs de la Faculté des sciences de la santé de l'université Ben-Gurion du Negev et de l'unité de fertilité et de Fécondation In-Vitro du Centre médical de Soroka, tous deux situés à Beersheva, ont découvert une mutation génétique qui entraîne un manque de production de sperme.

La mutation du gène TDRD9 conduit à une sorte de stérilité appelée azoospermie. 5% des hommes souffrent d'infertilité et environ 1% d'entre eux ont une azoospermie. Cette mutation génétique n'affecte pas les femmes.

L'identification du gène n'a pas permis de remédier à ce type de stérilité, mais elle peut aider à rechercher un traitement futur. De nouvelles analyses, spécifiques à l'identification de la mutation du gène TDRD9, peuvent maintenant être développées.

Les chercheurs, dirigés par le professeur Eitan Lunenfeld, ont examiné des échantillons de sperme de cinq hommes d'une seule tribu bédouine du Negev qui se sont plaints de stérilité. Les chercheurs ont découvert qu'ils avaient tous le même type de mutation dans le gène TDRD9.

Recherches dans un laboratoire de FIV

Recherches dans un laboratoire de FIV

Lorsque le gène TDRD9 fonctionne comme il est supposé le faire, il aide à surveiller le processus de production de sperme. La mutation stoppe cela.

"Avec le lien entre ce gène endommagé et la stérilité masculine maintenant identifiés, des analyses spécifiques seront disponibles pour tester la mutation qui sera importante pour le traitement de la stérilité d'un couple", affirment les chercheurs.

L'étude a été publiée dans le Journal of Medical Genetics. Le premier auteur de l'article est Maram Arafat du groupe de recherche du Professeur Ruti Parvari au département Shraga Segal de Microbiologie et Immunologie de l'Université Ben-Gurion.

L'étude a reçu un financement partiel de la Natural Science Foundation of China et de la Israel Science Foundation.

Source : Israel21c

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi