Israël: décision scandaleuse du tribunal rabbinique de Jérusalem

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Décision scandaleuse du tribunal rabbinique de Jérusalem

Une décision inhabituelle et scandaleuse du tribunal rabbinique de Jérusalem: les conjoints cherchant à se marier sont refusés au motif qu'ils ont eu des relations sexuelles avant le mariage, contrairement aux règles de la halakha qui stipulent qu'une femme divorcée ne peut pas avoir de relation pendant trois mois suivant la procédure de divorce.

Anat a divorcé de son mari il y a 3 ans et a voulu se marier avec son nouveau conjoint, cependant le tribunal a statué que du fait qu'elle a eu des relations sexuelles pendant les 90 jours qui ont suivi son jugement de divorce, sa demande de mariage a été purement simplement refusé, c'est son ex-mari qui est venu témoigner contre elle.

Il y a environ trois ans, Anat a divorcé de son mari de la région de Jérusalem.

Elle connaissait Gil au travail et les deux ont donné naissance à une fille ensemble.

Récemment, malgré les restrictions sur les mariages et les événements, les deux ont décidé de se marier.

Cependant, lorsqu'ils se sont rendus au tribunal rabbinique régional de Jérusalem, le couple a été choqué d'apprendre que les dayanim leur interdisaient de se marier - car ils auraient eu des relations sexuelles avant même que le divorce de la femme soit prononcé ce qui est interdit par la loi.

La Halacha déclare qu'une femme mariée n'est pas autorisée à avoir des relations sexuelles pendant les 90 jours suivant le jugement du divorce prononcé- pas même avec son mari. Cette règle est dans le but d'éviter d'avoir des enfants mamzer, non légitimes  et  d'éviter toute confusion quant à la paternité.

L'ex-mari d'Anat a témoigné devant le tribunal rabbinique que sa femme avait eu une liaison avec Gil avant même leur divorce ce que Anat a nié avec véhémence.

Quoi qu'il en soit, les juges n'avaient aucune preuve de ces relations sexuelles et ils ont tout de même décidé de disqualifier le mariage.

Dans leurs arguments, les juges ont déclaré que Gil et Anat avaient péché deux fois, et qu'ils n'avaient pas attendu les 90 jours requis et ont donné naissance à une fille hors mariage - en conséquence  ils ne devraient pas être autorisés à se marier.

Le lobby des femmes a répondu:  «Israël est la seule démocratie au monde où il n'y a pas de mariage et de divorce civils et ceux qui en paient le prix sont avant tout les femmes. Il est temps de permettre à chaque femme et à chaque homme de choisir qui et comment se marier, et ainsi d'éliminer également les phénomènes tels que le refus de divorce"

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi