Israël : un couple religieux repousse son mariage pour réjouir des orphelins

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : un couple religieux repousse son mariage pour réjouir des orphelins

Adar Aharon et Yishai Drex, un jeune couple religieux du centre du pays, s’est fiancé il y a quelques mois. Ils étaient très impatients de se retrouver enfin sous le dais nuptial, mais au dernier moment, ils ont décidé de repousser, pour une raison qui en valait joliment la peine : l'organisation d'une bar-mitsva pour trente orphelins nécessiteux.

"Il y a quatre ans, mon père est décédé et j'ai décidé de faire quelque chose d'important à sa mémoire", explique Yishai Drex, responsable de médias originaire de Rosh Ha'ayin. "Certains choisissent d’inaugurer un Sefer Torah dans leur synagogue, d'autres organisent des conférences et personnellement, j’ai décidé que chaque année, j’organiserai la bar-mitzvah d’enfants orphelins afin de les rendre heureux, de veiller à ce qu'ils ne manquent de rien et de leur donner une chance égale de célébrer une bar-mitsva, comme tout autre enfant en Israël.

Il a rencontré Adar, secrétaire médicale à Bnei Brak, qui est devenue un élément naturel de l'initiative. Depuis lors, ils reçoivent de la part des services sociaux, de conseillers scolaires, de familles endeuillées, de programmes de radio, d’associations et de particuliers qui ont entendu parler du projet, une liste d'enfants qui ne peuvent pas se permettre d'organiser une bar-mitzvah.

Yishai explique que l'organisation de l'événement nécessite beaucoup de temps et d'efforts, il n'avait donc probablement pas prévu de le faire cette fois-ci le même mois que son mariage, mais les plans ont ensuite légèrement changé. "Un soir, environ un mois avant le mariage, nous nous sommes rendus à Ayalon et soudain, j'ai reçu un appel téléphonique d'une veuve dont le fils avait l'année dernière participé à notre Bar Mitzvah. Elle m'a dit qu'elle avait des jumeaux qui auront 13 ans en janvier, et m’a supplié d’organiser leur bar-mitsva ".

Il s'est dit qu'il ne pouvait pas refuser, mais il savait qu'il ne pourrait pas prendre la décision seul.  "C’est une mitsva de réjouir le hatan et la kala, alors je lui ai dit que je lui donnerai une réponse le lendemain. Adar a entendu toute la conversation et, à la fin, nous nous sommes regardés dans les yeux et je lui ai dit: "C’est ta décision". « Elle a hoché la tête et répondu : « Ce ne sera pas facile, mais faisons-le. "

Yishai et Adar

Yishai et Adar

Le lendemain matin, ils ont constaté que de nouvelles demandes leur avaient été adressées et ils ont finalement décidé de reporter le mariage pour organiser un nouvel événement très émouvant, une bar-mitsva, à laquelle environ 30 garçons et 400 invités ont pris part.

Yishai a recruté de nombreuses personnes, notamment des photographes, des DJ, des maquilleuses et une entreprise de limousines qui ont fait prêté une voiture pour amener les enfants à la salle "Nishayn" de Petah Tikva, dont les propriétaires ont contribué à l'événement. Un certain nombre d’hommes d’affaires de renom ont offert des tsitsit, des livres de prière et des téfilines, des costumes et des chaussures, ainsi que de nombreux cadeaux pour faire plaisir aux enfants. Yaniv Ben Mashiach a présenté cette émouvante soirée, accompagné de salutations spéciales enregistrées par Eyal Golan à l’attention des enfants.

Selon Yishai, les deux familles n'étaient pas enthousiastes face à la décision du couple. "Ils l’ont mal pris parce que dans le secteur haredi, il n'est pas acceptable de reporter un mariage, surtout lorsque tout est déjà prêt", explique-t-il, "mais quand ils ont compris la raison, ils nous ont soutenus. Honorer la mémoire de mon père lors d'un tel événement, était très important. "

Le mariage d’Yshai et d’Adar aura lieu dans environ trois semaines et les préparatifs sont en cours. "Je ne suis pas désolé que cette année, ce soit tombé sur mon mariage - au contraire", a-t-il déclaré, "j'étais ému aux larmes par les enfants, et les réjouir est la plus grande mitsva qui puisse exister au monde. Maintenant, ma fiancée et moi aurons l’esprit tranquille pour nous marier. "

Source : mako.co.il

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi