Israël: construction du plus haut minaret de Jérusalem-Est

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: construction du plus haut minaret de Jérusalem-Est

Le minaret est un acte de défi contre les autorités israéliennes à cause d’un projet de loi à la Knesset.

Les habitants du quartier d'Isawiya, à Jérusalem-Est, ont dévoilé ce vendredi le plus grand minaret de la ville, haut de 73 mètres. Il a été financé par les habitants d'Isawiya et a coûté 1 million de shekels.

Muhammad Abu al-Hummus, membre du comité de suivi d'Isawiya, a déclaré que le minaret est un acte de défi contre les autorités israéliennes. «Le minaret vieux de 50 ans devait être reconstruit, mais nous avons été surpris d'entendre parler du projet de loi du muezzin. En réponse, nous avons voulu affirmer notre existence ici et montrer que le son du muezzin était là avant l'occupation», a déclaré al- Hummus "Nous avons donc décidé de construire le plus grand minaret de Jérusalem."

Lorsqu'on lui a demandé si le minaret, construit sur la plus vieille mosquée du quartier, avait été érigé avec l'approbation de la Municipalité de Jérusalem, Hummus a répondu: "Nous n'avons pas parlé à la municipalité et ils ne nous ont pas parlé". C'est un minaret pour Dieu, donc il n'a pas besoin de permis, mais l'occupation n'est pas aveugle et ils nous ont évidemment vu construire au cours de la dernière année ».

Isawiya

Isawiya

Le législateur de la liste commune, Ahmad Tibi, a loué le minaret, déclarant dimanche: "Le minaret d’Isawiya est unique et magnifique, et j'accueille avec plaisir sa construction".

Cet événement intervient alors qu’une loi pour mettre en sourdine les appels amplifiés des mosquées à la prière en Israël a obtenu une approbation préliminaire au début du mois de mars dans une session parlementaire chargée où les législateurs arabes ont dénoncé la mesure comme raciste.

Comme le projet de loi en est à ses débuts, deux versions de la législation ont été examinées par le plenum: une version plus stricte, présentée par les députés Robert Ilatov et Oded Forer d’Yisrael Beytenou, qui suggèrent d'interdire l'utilisation de haut-parleurs extérieurs à tout moment, et une version plus douce, présentée par les députés Moti Yogev (Bayit Yehudi) et David Bitan (Likud), qui interdit l'utilisation de haut-parleurs extérieurs pour sonner l'appel à la prière dans les zones résidentielles de 11 heures à 7 heures.

L'appel à la prière est diffusé par haut-parleurs cinq fois par jour. Certains habitants juifs se plaignent du bruit, surtout en ce qui concerne celui fait avant le lever du soleil.

Les opposants disent que la législation, parrainée par les partis de droite, empiète sur la liberté religieuse de la minorité musulmane d'Israël. Les Arabes représentent près de 20% de la population et se plaignent depuis longtemps de discrimination.

L'application du projet de loi pourrait mettre la police d'Israël en état de blocage, car des centaines d'appels à la prière à Jérusalem et dans les villes israélo-arabes seraient considérés comme illégaux.

Le député Micky Levy (Yesh Atid) et ancien chef de la police de Jérusalem, a déclaré en novembre que l'application du projet de loi était «impossible».

«Si la police doit se rendre tous les jours dans les villages arabes, c'est impossible. Cela mènera à beaucoup de problèmes entre la police et les citoyens arabes », a déclaré Levy.

Dimanche, le porte-parole de la police Micky Rosenfeld a déclaré que les autorités ne font pas de commentaires sur la façon dont elles appliqueraient la loi potentielle.

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi